Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2019 6 25 /05 /mai /2019 14:45

Samedi 25 mai 2019  Gap  Alysa MORGON a dédicacé son nouveau roman, La Dentellière des Prés, publié par la maison d’édition Lucien SOUNY, à la Librairie Davagnier. Avec la régularité d’une horloge, l’auteure gapençaise et provençale propose chaque année une œuvre inspirée le plus souvent d’anecdotes qu’elle a vécues, remontant parfois loin dans son enfance. Il s’agit ici de son onzième ouvrage littéraire.

 

Jamais à court d’idées, Alysa inscrit ses récits dans un terroir au sens noble du terme, campant ses personnages dans un environnement familier où le destin vient frapper et sceller le sort du personnage principal, avec parfois une issue inattendue. Le style littéraire caractéristique de l’auteure, imagé et descriptif, soucieux du détail et du parler réel, le rend reconnaissable entre tous, apprécié des lecteurs du cru comme au-delà de nos frontières, comme en témoignent les courriers reçus par l’écrivaine.

 

Dans la Dentellière des prés, il est question du destin d’Armande, mariée de force, qui trouve dans la nature les ressources nécessaires pour apaiser ses tourments, tressant avec adresse les fleurs et les herbes. Son destin, à priori tout tracé, sera-t-il influencé par un événement extérieur ? Gardons le plaisir de la découverte…

 

Alysa Morgon reprendra prochainement la tournée des salons du livre où elle est régulièrement invitée. Mais elle est aussi disponible, à l’invitation des communes haut-alpines, pour présenter ses œuvres ou participer à une animation littéraire.

Alysa MORGON, un nouveau roman
Alysa MORGON, un nouveau roman
Alysa MORGON, un nouveau roman
Alysa MORGON, un nouveau roman

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2019 6 26 /01 /janvier /2019 23:05

26 janvier 2019  GAP  Chapelle des Pénitents 18h00  Dans le cadre des Samedis des Pénitents, le Quintette à vent Oxygène a séduit les nombreux mélomanes venus assister à ce concert reliant histoire de la musique et petites histoires des 19ème et 20ème siècles.

 

Il Signor Bruschino, opéra comique en un acte de Gioachino Rossini (ouverture), a tout d’abord fait découvrir cette œuvre méconnue du compositeur, décriée en son temps car comportant des effets de percussions sur les instruments, jugées superficielles (voir extrait vidéo).

 

Puis la Suite Peer Gynt du compositeur romantique Edvard Grieg, inspirée du drame poétique de l’auteur norvégien Henrik Ibsen, a permis de narrer musicalement les aventures du personnage principal à l’origine du titre, à travers cinq des vingt-trois tableaux de cette musique de scène. Un héros aventureux, inconstant et cruel qui connaît une rédemption finale en retrouvant Solveig, la promise qu’il avait abandonnée et dans les bras de laquelle il rend son dernier soupir. On reconnaît notamment les airs connus que sont la Plainte d’Ingrid, Dans l’antre du roi de la montagne, Danse arabe et Chanson de Solveig.

 

Ensuite, Nikolaï Andreïevitch Rimski-Korsakov, immense compositeur et orchestrateur russe, a emmené le public en 1888, année de création du monumental poème symphonique Schéhérazade, ou plutôt, dans l’univers oriental des Contes des Mille et une nuits, avec des extraits célébrissimes comme La mer et le vaisseau de Simbad le marin, Le récit du prince Kalender, Le jeune prince et la jeune princesse et Fête à Bagdad. Un véritable voyage onirique dont on ressort sous le charme.

 

Enfin, Luciano Berio, compositeur italien de l’époque moderne, précurseur de la musique expérimentale et électroacoustique, a conclu ce très agréable voyage musical avec une œuvre de musique de chambre, Number zoo,  écrite exactement pour un quintette composé de flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, avec la particularité que les instrumentistes sont aussi récitants. On découvre avec amusement dans les quatre courtes parties de cette œuvre un bal champêtre, une biche méditative, une vieille souris qui en sermonne de plus jeunes et l’affrontement des deux chats Omar et Bartholomé. Un vrai régal. A noter, l'utilisation rare d'une flûte traversière basse.

 

Les membres du quintette sont principalement issus des conservatoires haut-alpins où ils enseignent leur instrument. La distribution était la suivante :

 

Myriam CONSTANT, hautbois

Olivier BRISVILLE, cor d’harmonie

Alberto BRONDELLO, basson

Sylvie BAUX, clarinette

Julie CHEVALIER, flûte

 

Ce cycle de concerts gratuits s’étend sur l’ensemble de l’année scolaire et permet de faire découvrir des œuvres du répertoire, aussi bien aux élèves du conservatoire à rayonnement départemental qu’au public gapençais et extérieur. Initiative soutenue par la Ville de Gap, le Département des Hautes-Alpes, le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

Le Quintette à vent Oxygène

Le Quintette à vent Oxygène

DIAPORAMA

Concert présenté par Martine BOUCHARDY, maire adjointe en charge de la Culture et Jean-Pierre MOUTOT, directeur du conservatoire à rayonnement départemental de Gap
Concert présenté par Martine BOUCHARDY, maire adjointe en charge de la Culture et Jean-Pierre MOUTOT, directeur du conservatoire à rayonnement départemental de Gap
Concert présenté par Martine BOUCHARDY, maire adjointe en charge de la Culture et Jean-Pierre MOUTOT, directeur du conservatoire à rayonnement départemental de Gap
Concert présenté par Martine BOUCHARDY, maire adjointe en charge de la Culture et Jean-Pierre MOUTOT, directeur du conservatoire à rayonnement départemental de Gap
Concert présenté par Martine BOUCHARDY, maire adjointe en charge de la Culture et Jean-Pierre MOUTOT, directeur du conservatoire à rayonnement départemental de Gap
Concert présenté par Martine BOUCHARDY, maire adjointe en charge de la Culture et Jean-Pierre MOUTOT, directeur du conservatoire à rayonnement départemental de Gap
Concert présenté par Martine BOUCHARDY, maire adjointe en charge de la Culture et Jean-Pierre MOUTOT, directeur du conservatoire à rayonnement départemental de Gap
Concert présenté par Martine BOUCHARDY, maire adjointe en charge de la Culture et Jean-Pierre MOUTOT, directeur du conservatoire à rayonnement départemental de Gap

Concert présenté par Martine BOUCHARDY, maire adjointe en charge de la Culture et Jean-Pierre MOUTOT, directeur du conservatoire à rayonnement départemental de Gap

Vidéo

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2018 7 23 /12 /décembre /2018 21:10

Dimanche 23 décembre 2018  Gap  Chantons Noël, tel était l’intitulé du programme et c’est dans l’écrin chaleureux de l’église Saint-Roch transformée en salle de concert pour l’occasion que trois ensembles vocaux ont uni leurs voix pour enchanter un public venu si nombreux qu’il a fallu refuser des entrées.

Pourpre Noire, tout d’abord, ensemble dirigé par Christophe UBAUD, a dynamisé la salle avec des gospels alliant la joie, la positivité et les remerciements, terminant avec un chant symbolique du temps de la lutte contre l’apartheid, Asimbonanga de Johnny Clegg. Un chef bon dynamiseur de salle et d’excellentes solistes.

Puis l’Alpe qui Chante, dirigée avec sensibilité par Serge OLLIVE, connu aussi comme organiste et compositeur, a apporté une touche classique (Ave Verum de Mozart) et traditionnelle (chants du monde), concluant avec un monument de la musique romantique, La Barcarolle, initialement duo féminin, extraite de l’opéra fantastique de Jules Barbier sur une musique de Jacques Offenbach : « Belle nuit, ô nuit d'amour… »

Ensuite, Les Petits Chanteurs des Hautes-Alpes* dirigés de main de maître par Tobias Sebastian DREHER ont allié chants de Noël, chant du monde et gospel pour le plus grand plaisir du public. En réalité plusieurs groupes constituaient ce chœur, La Prémané (écoliers de 7 à 10 ans) des écoles du Saint-Cœur et  Jeanne d’Arc de Gap, Sainte-Agnès de Tallard, la Maîtrise, rassemblant des jeunes de Briançon, de Tallard, de Laragne, du Champsaur et du Gapençais.

Enfin, les trois formations ont uni leurs choeurs pour un final grandiose dirigé tour à tour par chacun des trois chefs, dans un registre de chants traditionnels mais avec une fin très gospel et participative…

C’est l’Alpe qui chante qui avait invité les deux autres chorales. Pourpre Noire se produira à nouveau le 25 janvier 2019 à 18h30 dans cette même église Saint-Roch, au profit du Réseau Hospitalité, tandis que Les Petits Chanteurs des Hautes-Alpes se produiront à Embrun le 6 janvier. Chacun des ensembles recrute de nouvelles voix, selon les affinités musicales de chacun/e.

 

* Présentés par erreur sur le programme comme Les Petits chanteurs de Gap (activité chœur d’enfants d’Anima Gap)

Chantons Noël à Gap
Chantons Noël à Gap
Chantons Noël à Gap
Chantons Noël à Gap
Chantons Noël à Gap
Chantons Noël à Gap
Chantons Noël à Gap
Chantons Noël à Gap
Chantons Noël à Gap
Chantons Noël à Gap

Vidéos

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2018 6 15 /09 /septembre /2018 13:57

Samedi 15 septembre 2018  Gap  Librairie Davagnier  Disponible dans les bacs depuis le 24 août, le dixième roman d’Alysa Morgon, paru cet été, nous avait inspiré le texte suivant :

 

« Comment le souvenir ancien d'un arbre "courageux" peut-il aboutir à l'écriture d'un roman? C'est là tout le talent d'Alysa Morgon, conteuse autant que romancière, qui signe là son dixième ouvrage disponible en librairie à partir d'aujourd'hui.

Lorsque Cesario décide de perpétuer la tradition familiale en plantant un arbre à la naissance de sa fille, il ne se doute pas du tourbillon qu'il va déclencher dans le pays jusqu'à envisager d'abattre l'arbre pour retrouver une certaine sérénité...

Avec le langage imagé et ensoleillé qu'on lui connaît, Alysa Morgon , autant gapençaise que provençale, emmène une fois de plus le lecteur sur des sentiers semés de mystère, de fantaisie et d'émotion.

C'est le roman à lire pour conclure cet été en douceur et conserver en tête un brin de rêverie et de poésie... »

 

Alysa MORGON, en parfaite harmonie avec son éditeur, les Editions Lucien SOUNY, a inventé un langage et un univers qui lui sont propres. Loin des romans de gare standardisés qui se lisent au kilomètre et sont sans aspérités, c’est le concept, les œuvres d’Alysa se dégustent comme autant de petits trésors et nécessitent d’adhérer à un style littéraire qui privilégie l’expression des terroirs,  des émotions et des sentiments, fait ressortir les forces et les faiblesses de la nature humaine. Avec des mots simples mais justes et précis, le souci de la description et du détail.

 

Avec la romancière, on est toujours ailleurs et ici, tant les destins contés ont une portée universelle mais pourraient s’accomplir dans un environnement qui nous est familier, donnant à méditer, à compatir, s’attendrir ou à sourire. Des personnages bien campés, souvent humbles mais courageux, parfois naïfs mais toujours sincères, témoignent de la permanence des destins en dépit du progrès, donnant au passage des leçons de vie.

 

Un roman souriant qui nous incite à découvrir ou à relire les œuvres précédentes de l’auteure régionaliste.

Alysa MORGON en dédicace

Alysa MORGON en dédicace

Alysa Morgon en dédicace pour son nouveau roman
Alysa Morgon en dédicace pour son nouveau roman

Partager cet article

Repost0
5 juin 2018 2 05 /06 /juin /2018 22:16

Mardi 5 juin 2018  Gap  Le Quattro  Chaque année, les classes de danse du conservatoire à rayonnement départemental de Gap présentent au public le résultat des efforts consentis par les jeunes danseuses et danseurs au cours de l’année scolaire.

Cette année, le spectacle, intitulé Terra, s’inspirait du légendaire Petit Prince de Saint-Exupéry, faisant successivement entrer en scène les différentes classes de danse, de l’éveil aux plus aguerris.

Sur des chorégraphies de J. Liberatore et V. Perret, avec la participation des ensembles Big Band Jazz, Grupetto et Cham, le soutien des professeurs du conservatoire et de l’association des parents d’élèves (APEC), le savoir-faire de l’équipe technique du Quattro, les enfants ont parcouru la planète danse à la rencontre du Petit Prince, croisant en chemin un allumeur de réverbère, un homme d’affaire, une rose, un serpent, passant du désert à l’espace, d’un dessin de mouton à un désir mutuel de s’apprivoiser…

Un moment de poésie et de féerie qui a réjoui le public venu en nombre remplir la grande salle du Quattro.

Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap

DIAPORAMA

Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap
Spectacle de danse 2018 du conservatoire de Gap

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 17:55

Dimanche 26 novembre 2017  Gap  Le Quattro  L’Orchestre d’Harmonie de la Ville de Gap a offert au public gapençais un condensé musical mêlant styles, époques et lieux différents.

 

De Juana of Castille (Paolo Baratto) à Una Noche Cubana (Marcel Saurer) en passant par la Marche Militaire (Enrique Granados) et un extrait de L’Arlésienne (Georges Bizet), l’ensemble instrumental a montré la diversité de son répertoire et fait découvrir des œuvres moins familières. Chaque œuvre était précédée d’une présentation à caractère informatif et pédagogique.

 

Si les spectateurs auront apprécié A portrait (George Gershwin) et Serenade for Django (Jérôme Thomas), ils auront également vibré sur des sonorités latino-américaines et se seront enthousiasmés à l’écoute du Morceau Symphonique (Alexandre Guilmant) qui a permis d’apprécier la virtuosité de la jeune Elise Marcellin au trombone solo ; laquelle se dirige vers une carrière professionnelle. En effet, le chef d’orchestre, Bruno Espitallier, souhaite mettre en valeur, chaque année, un(e) musicien(ne) issu(e) de la formation diplômante du conservatoire à rayonnement départemental.

 

L’occasion de remarquer que la moitié de la soixantaine de musiciens est constituée de jeunes gens issus essentiellement de l’établissement gapençais, lesquels ont réservé une surprise musicale au public après l’entracte. Le concert, d’une durée de deux heures, s’est achevé par deux rappels.

 

A noter encore que Thierry BIGOT, président de l’association, à l’occasion de ses remerciements, a indiqué que l’orchestre pourrait être intégré dans le tournage d’un film long-métrage en 2018, appelé à concourir dans un festival d’une certaine renommée…

 

Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap

Diaporama

Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap
Concert de Sainte-Cécile 2017 à Gap

Vidéos

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 16:53

Dimanche 3 septembre 2017  Lardier-Valença  Patrick PELLOUX était l’un des invités de la huitième édition du salon du livre "A livres perchés" de Lardier-Valença (05). Le médecin urgentiste, écrivain, chroniqueur, est venu présenter son nouvel ouvrage, L'instinct de vie. Il y relate sa lente reconstruction psychique après l'attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, pour lequel il écrivait des chroniques. Parmi les premiers arrivés sur les lieux, il avait découvert les corps inertes de ses amis dessinateurs et de leurs invités tués par les terroristes  Chérif et Saïd Kouachi tout comme des membres chargés de la sécurité ou de la maintenance.

 

Pendant six mois, il a eu l’impression que l’envie d’écrire l’avait abandonné. Il a quitté la rédaction de Charlie Hebdo car certaines images étaient trop présentes. Dans son livre, il ne donne pas de recette. Il essaie d’expliquer comment lui a fait pour aller mieux.

 

Questionné par Philippe ARIAGNO, directeur du Théâtre la passerelle à Gap, Patrick PELLOUX s’est attaché à démontrer que la reconstruction passait par une aide prolongée et a dénoncé en passant l’insuffisance des moyens mis à disposition des victimes, de même que la suppression du secrétariat d’état dédié. En effet, la mémoire traumatique empêche l’oubli et il faut mettre en œuvre des aides de différentes natures pendant le temps nécessaire pour se construire la vie d’après car plus rien ne sera comme avant : traitements médicaux réévalués de semaine en semaine, psychiatres, psychologues, yoga, méditation, hypnose…

 

Il indique que 2000 personnes sont encore suivies depuis les événements de 2015 et regrette « cette société de m… » où il faut aller tout le temps vite sans respecter le fait de ne pas aller bien. Et réfute en partie le concept de résilience popularisé par Boris CYRULNIK.

 

Il parle aussi de la nécessité d’unir les forces entre police, SAMU et pompiers qui représentent les couleurs du drapeau français. Il est attentif à combattre le terrorisme par son métier et de participer au bien commun, et réaffirme enfin sa volonté de défendre la liberté d’expression.

Patrick PELLOUX en dédicace

Patrick PELLOUX en dédicace

Suivez la direction

Suivez la direction

Pendant la présentation

Pendant la présentation

Un public venu en nombre

Un public venu en nombre

La parole d'un homme de conviction

La parole d'un homme de conviction

L'auteur s'est prêté gentiment au jeu des dédicaces

L'auteur s'est prêté gentiment au jeu des dédicaces

Patrick PELLOUX à Livres Perchés
Un arbre un peu particulier

Un arbre un peu particulier

Un salon sous haute surveillance

Un salon sous haute surveillance

Une forte affluence

Une forte affluence

Gérard Davet et Fabrice Lhomme, deux grands journalistes du journal Le Monde, étaient aussi les invités du salon pour leur ouvrage "Un président ne devrait pas dire ça"

Gérard Davet et Fabrice Lhomme, deux grands journalistes du journal Le Monde, étaient aussi les invités du salon pour leur ouvrage "Un président ne devrait pas dire ça"

A livres perchés, tel est le nom du salon

A livres perchés, tel est le nom du salon

Difficile de se perdreDifficile de se perdre
Difficile de se perdreDifficile de se perdre

Difficile de se perdre

Partager cet article

Repost0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 16:07

Samedi 11 juin 2017  Gap  Esplanade du conseil départemental  20h00 Intitulé «Un pied dans la ville» le spectacle annuel du Cirque de la lune a attiré 1000 spectateurs au cœur de la cité pour plus de deux heures de féérie circassienne.

 

En plusieurs dizaines de tableaux, les artistes amateurs, au noble sens du terme, ont présenté au public le « fruit » d’une année d’entraînement et de répétitions. Des plus petits aux plus grands, chacun a eu à cœur d’offrir le meilleur de lui-même, qu’il s’agisse de jouer les équilibristes, les funambules, les trapézistes, faire des acrobaties, des portés, de jongler, d’évoluer en hauteur et avec grâce accrochés à des rubans ou, tout simplement, de faire rire le public par des pantomimes et intermèdes humoristiques.

 

L’association, présidée par Jean-Noël EYNAUD, accueille des publics variés pour une initiation, du perfectionnement et des stages de formation. Mention spéciale pour l’activité famille qui permet de prolonger la relation parent-enfant à travers le cirque.

 

De nombreux bénévoles s’investissent pour les spectacles car la logistique est lourde. Et rien n’aurait lieu, évidemment, sans l’action des éducateurs qui encadrent les activités, au premier rang desquels Noma, figure indissociable du Cirque de la lune, et le soutien de la Ville de Gap.

Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune

Diaporama

Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune
Spectacle 2017 du Cirque de la lune

Vidéos

 

BONUS: Pour les adhérents du Cirque de la lune, des vidéos supplémentaires seront accessibles par l'intermédiaire de leur association.

Partager cet article

Repost0
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 16:24

Samedi 13 mai 2017 Gap Centre Hospitalier Intercommunal des Alpes du Sud (CHICAS) Le premier robot chirurgical qui va entrer en service à la fin du mois de mai a été présenté au public, de 10 à 17h00, dans le hall de l’hôpital gapençais. Ce robot chirurgical Da Vinci développé par l'entreprise américaine Intuitive Surgical, doté de quatre bras, va permettre de réaliser un certain nombre d’interventions chirurgicales selon la technique de chirurgie mini-invasive robotique, outre la laparoscopie ou cœlioscopie, déjà pratiquée, dans le domaine urologique, gynécologique et des pathologies colorectales.

 

Techniquement parlant, le chirurgien est installé devant une console près du patient et commande, à l’aide d’une visionneuse numérique et de manettes, des instruments miniatures articulés reproduisant ses gestes convertis en micromouvements extrêmement précis à l’intérieur du corps (voir vidéo). Cela nécessite une ou plusieurs petites incisions à travers l’abdomen. Une caméra 3D haute définition offre une vision agrandie du champ opératoire. La caméra envoie des images à un écran vidéo pour guider le(s) chirurgien(s) durant l’intervention.

 

Le personnel médical appelé à utiliser cet outil performant a été formé sur différents sites déjà équipés, avec le concours de l’entreprise qui loue le robot à l’établissement. Cette technologie, qui permet une chirurgie « douce », semble avoir fait ses preuves depuis 2010. Cependant, plusieurs polémiques liées à sa fiabilité et son efficacité ont été relayées par les médias (voir ici, ici et ).

 

Il y a 106 robots installés en France. En région PACA, 6 robots sont installés dans les Bouches-du-Rhône, 2 dans le Var, 3 dans les Alpes Maritimes. Le robot chirurgical du CHICAS est le premier robot installé sur la zone nord-ouest de la région, aucun robot n’étant installé dans le 04, ni dans le 84.

 

Les bénéfices attendus pour le patient :

 

- Diminution des douleurs post-opératoires
- Réduction de la durée d’hospitalisation
- Temps de rétablissement et de retour à une activité normale plus court
- Diminution du risque d’infection
- Moins de saignements.

 

Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap

Diaporama

Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap
Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap
Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap
Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap
Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap
Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap
Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap
Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap
Un robot chirurgical à l’hôpital de Gap

Vidéo

Partager cet article

Repost0
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 16:11

Samedi 13 mai 2017 Gap Place Jean Marcellin L’auteure gapençaise Alysa MORGON a présenté son dixième ouvrage, La Dernière transhumance, dans les locaux de la Librairie Davagnier, vénérable institution du livre puisque créée en 1843. De nombreux lecteurs se sont présentés à cette séance de dédicace. L’écrivaine régionaliste est maintenant largement reconnue au-delà des frontières de sa terre d’élection. Dans ses romans, elle exprime la puissance des sentiments de personnages simples que l’on croirait à priori dénués de tourments de l’âme, leur vie quotidienne souvent laborieuse à travers des paysages et des terroirs, de la Provence aux Alpes, que l’on ne peut vraiment situer mais qui nous sont familiers. Ici, ce voyage littéraire nous conduit même au-delà de l’Océan Atlantique.

 

Ainsi, La Dernière transhumance, raconte-t-elle l’histoire de trois jeunes bergers qui vont quitter les alpages pour partir en Californie, eldorado des gardiens de moutons pensent-ils, mais est-ce vraiment le cas ? Une évocation romancée de ces 6000 Haut-Alpins partis tenter leur chance aux Etats-Unis comme moutonniers.

 

Un livre à déguster, comme une madeleine, assis dans son fauteuil ou allongé sur la plage, blotti dans son lit à la lueur d’une lampe de chevet ou bercé par le léger roulis du wagon dans le compartiment d’un train, pour replonger dans l’univers imagé, descriptif et poétique d’Alysa Morgon, une raconteuse de talent qui nous invite à un voyage dont on ressort dépaysé et sous le charme.

 

Les prochaines signatures de l’auteure :

 

21 mai 2017, Banon (04), Salon du livre, Librairie Le Bleuet

25 mai 2017, Nyons (26), Librairie Pinet

27 mai 2017, Nyons, Salon du livre

 

Alysa MORGON en dédicace

Alysa MORGON en dédicace

Diaporama

Gap : le dixième roman d’Alysa MORGON
Gap : le dixième roman d’Alysa MORGON
Gap : le dixième roman d’Alysa MORGON
Gap : le dixième roman d’Alysa MORGON
Gap : le dixième roman d’Alysa MORGON
Gap : le dixième roman d’Alysa MORGON
Gap : le dixième roman d’Alysa MORGON

Partager cet article

Repost0