Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 12:56

Qu'est-ce qui a poussé il y a plusieurs millénaires des Hommes à graver la roche, plus particulièrement dans les régions alpines de France, de Suisse et d'Italie?

La question reste ouverte tant le sens de ces pétroglyphes (gravures rupestres) se perd dans les méandres de la Protohistoire et de l'Histoire.

 

Plus éclairantes sont les gravures pastorales des 19ème et 20ème siècle, qui évoquent le pastoralisme, la solitude des bergers dans l'immensité des alpages, leurs joies et leurs peines (dans tous les sens du terme). Ces graffitis ont fait l'objet d'études poussées, notamment par  Nathalie Magnardi, qui a réalisé sa thèse sur les gravures pastorales du Mont Bego.

 

Point commun de ces gravures en creux, elles interrogent sur le sens des traces que laissent les hommes à travers le temps et sur l'interprétation, forcément subjective, qui en est faite bien longtemps après. Occupation de sédentaire, démarche artistique et/ou mystique, conscience de la précarité de la vie terrestre,souci de transmettre, ces témoignages rupestres ont traversé le temps mieux que des objets plus fragiles et témoignent très partiellement d'une réalité ancienne dont d'autres vestiges ont montré la diversité et la richesse.

 

Autre intérêt de ces traces, permettre une relecture contemporaine à travers des approches diverses.

C'est à quoi se sont attelés Emmanuel Breteau, photographe, et la Compagnie Tramaluna avec son chorégraphe Marcelo Sepulveda.

 

 Emmanuel Breteau conjugue trois passions: la montagne, le pastoralisme et les graffitis. Dix années de travail ont conduit le photographe à proposer une exposition intitulée "Roches de mémoire, 5000 ans d'Art rupestre dans les Alpes" installée au  Musée Muséum départemental de Gap jusqu'au 30 septembre 2012, inaugurée le 19 mai 2012 dans le cadre de la huitième Nuit européenne des musées.

A travers 70 photographies réalisées en France, Suisse et Italie, l'auteur propose une relecture de ces gravures rupestres, témoignage de vie et de spiritualité, rendues visibles malgré leur érosion par un travail minutieux sur la lumière, effectué le plus souvent de nuit avec des éclairages rasants qui, selon la provenance de la lumière, peuvent laisser penser à des motifs en relief (éclairage venu d'en bas à droite) et non en creux (éclairage venu d'en haut à gauche).

 

La  Compagnie Tramaluna avec son chorégraphe Marcelo Sepulveda, a proposé quant à elle une lecture dansée des gravures rupestres, associant pastoralisme, chamanisme et rituels (voir photo de la démarche un peu plus bas).

 

Retour en images:

 

 

Roche gravée, roche reflet...

P1260496.JPG

 

 

 

 

 

Emmanuel Breteau, photographe, inventeur de l'exposition "Roches de mémoire, 5000 ans d'Art rupestre dans les Alpes"

P1260304.JPG

 

 

 

 

 

Vernissage de l'exposition "Roches de mémoire, 5000 ans d'Art rupestre dans les Alpes"

P1260307.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260312.JPG

 

 

 

 

 

 

 

L'exposition "Roches de mémoire, 5000 ans d'Art rupestre dans les Alpes"

P1260313.JPG

 

 

 

 

 

REGARDS

 

 

P1260314.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1260321.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1260328.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1260330.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260331.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260332.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1260335.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1260339.JPG

 

 

 

 

 

SPECTACLE DE LA COMPAGNIE TRAMALUNA

 


 

Venus du ciel

P1260346.JPG

 

 

 

 

 

Descendus parmi nous

P1260362.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260367.JPG

 

 

 

 

 

La démarche

P1260503.JPG

 

 

 

 

 

 

Quand la danse sublime la roche gravée

P1260375.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260388.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260419.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260427.JPG

 

 

 

 

 

P1260429.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260434.JPG

 

 

 

 

 

Dans l'intimité de la nuit et des croyances

P1260442.JPG

 

 

 

 

 

P1260447.JPG

 

 

 

 

 

Chamane

P1260450.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260458.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1260460.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260463.JPG

 

 

 

 

 

 

Pastoralisme, outil prolongement de la main, rite communautaire

P1260476.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260477.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1260480.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260481.JPG

 

 

 

 

Les acteurs

P1260488.JPG

 

 

 

 

 

Le public, 60 personnes par représentation

P1260492.JPG

 

 

 

 

 

C'ETAIT AUSSI LA HUITIEME NUIT EUROPEENNE DES MUSEES


 

Croquis

P1260493.JPG

 

 

 

 

 

 

Aspect lunaire de la roche avec ses cupules, magnifié par l'éclairage

P1260495.JPG

 

 

 

 

 

Autre style de peinture

P1260499.JPG

 

 

 

 

 

Maquette de Gap au XVIe siècle

P1260500.JPG

 

 

 

 

 

 

Des visiteurs(teuses) parfois venus de loin pour cette Nuit des musées

P1260501.JPG

 

 

 

 

 

 

Collection ethnographique de meubles du Queyras

P1260502.JPG

 

 

 

 

 

Sans doute le plus grand tableau du musée, dans la salle consacrée à Lesdiguières

P1260506.JPG

 

 

 

 

 

Arts mêlés

 

 

P1260507.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1260510.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1260511.JPG

 

 

 

 

 

 

P1260512.JPG

 

 

 

 

 

FIN

Partager cet article

Repost 0
Published by Anima Gap
commenter cet article

commentaires