Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 23:55

8 août 2013  On aurait tort de limiter la chanteuse sahraouie Aziza Brahim à une belle voix empruntant à la musique soul, pop africaine, blues et rock.

 

Aziza Brahim chante aussi, en arabe hassinya et en espagnol, les souffrances du peuple du Sahara Occidental, territoire revendiqué par le Maroc et antérieurement colonisé par l’Espagne (jusqu’en 1976) où Aziza s’est installée en 2000, après avoir connu dès sa naissance, en 1976, les camps de réfugiés en Algérie, du côté de Tindouf, où sa mère avait trouvé refuge. Elle ne connaîtra jamais son père, resté à El Aaiun (Laâyoune) où il est décédé. Elle vit à León en Espagne où elle mariée et mère d’une fille.

 

 Après un détour par Cuba, à l’âge de 11 ans, pour étudier, elle commence à se produire en 1995 avec des musiciens déracinés comme elle (Groupe National Sahraoui, groupe Leyoad) en Algérie, Mauritanie, Espagne, France et Allemagne. Elle forme en 2007 son propre groupe (Gulili Mankoo), après avoir collaboré avec le groupe de latin jazz Yayabo, où figurent des musiciens sahraouis, espagnols, colombiens, et sénégalais, parcourt en 2009 la France et l’Espagne avec le groupe basque Oreka Tx. Elle fait ses débuts d’actrice et de compositrice de musique de film en 2011 dans le film espagnol Wilaya, médaillé d’argent au festival de Malaga en Andalousie. En 2012 elle sort l’album Mabruk.

 

Cet album, largement repris au cours de ce concert à Gap, dans le parc de la Pépinière, mêle la percussion sahraouie traditionnelle avec le blues, le rock ou même le funk.  Aziza Brahim dénonce le colonialisme, évoque l'exil des siens, chante les poèmes de sa grand-mère (surnommée la « poétesse du fusil »),  ou évoque les morts tombés pour la cause du Front Polisario. On est pris par la puissance de la voix et la force de l’émotion.

Organisation : Direction de la Culture de la Ville de Gap dans le cadre de la programmation Gap en Famisol.

 

Le groupe Gulili Mankoo

P1460772.JPG

 

 

 

De gauche à droite: Ignasi (guitare), Anna (basse), Aziza (chant), Nico (percussions)

P1460770.JPG

 

 

 

Pupitre 1

P1460774.JPG

 

 

 

Pupitre 2

P1460775.JPG

 

 

 

 

Une voix puissante bien servie par une rythmique très présente

P1460781.JPG

 

 

 

 

P1460786.JPG

 

 

 

 

Toute la détresse du peuple sahraoui dans le regard d'Aziza

P1460796.JPG

 

 

 

 

P1460800.JPG

 

 

 

 

P1460802.JPG

 

 

 

 

P1460806.JPG

 

 

 

 

P1460818.JPG

 

 

 

 

 

 

P1460812.JPG

 

 

 

Rayhan, 18 mois et déjà le sens du rythme

P1460821.JPG

 

 

 

 

P1460824.JPG

 

 

 

800 spectateurs dans la pénombre du parc de la Pépinière

P1460828.JPG

 

 

 

Depuis la régie

P1460829.JPG

 

 

LES MUSICIENS

 

Aziza, chant

P1460835.JPG

 

 

Nico, percussions (congas, darbouka, cajón)

P1460843.JPG

 

 

Anna, guitare basse

P1460847.JPG

 

 

Ignasi, guitare acoustique

P1460849.JPG

 

 

 

Le public, sous le charme, a ovationné les musiciens...

P1460855.JPG

 

 

 

...et Aziza a chanté, seule, un dernier titre

P1460863.JPG

 

 

Fin, en douceur. Plusieurs spectateurs sont venus féliciter, en espagnol, la chanteuse,

et se faire prendre en photo avec elle.

P1460858.JPG

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anima Gap
commenter cet article

commentaires