Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 23:30

29 juillet 2013  Impressions d’Afrique, c’est l’intitulé du concert donné par le  Quatuor Bela et le musicien conteur  Moriba Koïta dans le cadre du  Festival de Chaillol. Pour la première fois de la saison estivale, et comme le souhaitait Michaël Dian, directeur musical, les jardins de La Providence ont pu accueillir le public (700 spectateurs environ) après un épisode pluvieux qui n’a cessé qu’en début d’après-midi.

 

 Impressions d’Afrique, c’est le titre d’un roman de Raymond Roussel, mais c’est aussi la rencontre d’une formation de musique contemporaine cherchant à revisiter avec des savoirs modernes la tradition musicale, et d’un griot malien gardien d’un savoir, et d’un savoir-faire ancestral.

 

Du coup, on assiste à un moment rare, où après s’être exposées successivement, les deux entités musicales se  mêlent pour créer une musique ne ressemblant à aucune autre, mélange d’ostinato et de mélopée, mais aussi de sons inédits évoquant une Afrique rêvée qui n’existe pas, revisitant les instruments à cordes par l’exploration de sonorités nouvelles. La plupart des œuvres interprétées ont été composées par le violoniste  Frédéric Aurier.

 

 

Moriba Koïta en parfait griot utilise le  n’goni, sorte de guitare naviforme à quatre cordes, et l’on découvre le musicien, chaleureux et taquin,  plus que le conteur car ici, il s’agit d’une collaboration musicale entre deux univers qui s’ignorent le plus souvent.

 

Le Festival de Chaillol possède le don, outre d’irriguer les territoires, de porter une exigence en matière de programmation et de s’ouvrir aux influences les plus diverses du monde contemporain, comme il est rappelé sur son site internet. Cette 17ème édition ne déroge pas à la règle et le concert donné à la Providence n’est que la partie émergée d’un iceberg qui dérivera encore dans l’espace sud-alpin jusqu’au 12 août.

 

 

L'affiche 2013

P1460191.JPG

 

 

 

La maire adjointe à la Culture, Martine Bouchardy, accueille Michaël Dian, directeur musical du festival

P1460121-copie-1.JPG

 

 

 

Le quatuor Bela

P1460129.JPG

 

 

 

L'instrument classique revisité

P1460134.JPG

 

 

 

Là aussi

P1460136.JPG

 

 

 

Sous les applaudissements du public

P1460151.JPG

 

 

 

L'arrivée souriante de Moriba Koïta

P1460154.JPG

 

 

 

Le griot et son n'goni

P1460165.JPG

 

 

 

Exploration d'un territoire musical africain du troisième type

P1460169.JPG

 

 

 

 

Le public est sous le charme

P1460176.JPG

 

 

 

Etrange symbiose

P1460178.JPG

 

 

 

Environ 700 spectateurs

P1460183.JPG

 

 

 

Salut final

P1460194.JPG

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anima Gap
commenter cet article

commentaires