Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 00:21

Lundi 4 août 2014 Gap Salle des Pénitents   Parler du  Festival de Chaillol, c’est ouvrir un livre qui narre une aventure musicale et humaine née en 1997 et qui a irrigué tout un territoire. D’ailleurs, ce livre existe, publié en 2012 aux Editions Aedam Musicae , CHAILLOL Portraits d’un festival, qui retrace à travers entretiens, portraits et témoignages, l’itinéraire peu commun de ce projet collectif qui a semé des graines de Culture dans un vaste espace rural de montagne à proximité de Gap, dans les Hautes-Alpes, et conquis ses lettres de noblesse jusqu’à recueillir une audience nationale.  Entretien avec Michaël Dian, son directeur musical.

 

 

P1720659.JPG

 

D’ailleurs, c’est d’un concert à Gap dont il est question aujourd’hui, avec Asafea du  duo Rémy Yulzari à la contrebasse et Nadav Lev à la guitare. Deux musiciens d’exception, l’un français du Jura et l’autre israélien, solistes à la carrière internationale (Paris, New-York, Jérusalem, Tokyo…).

 

Dans un programme exhaustif où ils puisent des œuvres au gré de leur inspiration du moment, ils emmènent le public de l’Europe centrale ou de l’Est aux rives proches et plus lointaines de la Mer Méditerranée en passant par la France (Erik Satie, Gnossienne n°1). Musique migratoire klezmer, traditionnelle juive ashkénaze ou séfarade, turque ou espagnole, ils nous emportent plus particulièrement d’Isaac Albeniz (Asturias) à Joaquín Rodrigo (Quatre Chansons Séfarades) en passant par Manuel de Falla (Sept chansons populaires espagnoles). Et nous font découvrir leurs compositions personnelles, Blues de Sefarad pour Nadav Lev et Il était une fois pour Rémy Yulzari, extraites de leur dernier album, sorti il y a trois mois, qui évoque Espagne et migrations, et déjà localement en rupture de stock...

 

Le festival propose une approche plurielle de la musique. Rémy Yulzari et Nadav Lev offrent une sensation unique de voyage infini bercé par le chant de l’archet et la vibration des cordes, la résonnance des mains sur la caisse et la rythmique dansante des sonorités klezmer. Le jeu, précis, subtil et sensible, crée une osmose perceptible entre les deux musiciens même si chacun assume sa ligne mélodique. On est ici dans de la HQM, comprendre Haute Qualité Musicale. Regardons maintenant Michaël Dian présenter le spectacle :

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lev-Yulzari Duo

P1720652.JPG

 

 

Rémy Yulsari (contrebasse)

P1720665.JPG

 

 

Nadav Lev (guitare)

P1720667.JPG

 

 

 

P1720677.JPG

 

 

P1720682.JPG

 

 

P1720683.JPG

 

 

P1720693.JPG

 

 

P1720700.JPG

 

 

 

Le concert a été déplacé des jardins de la Providence à la salle des Pénitents en raison d'une incertitude météo. L'atmosphère y est plus intimiste et propice à l'acoustique pour ces instruments. Mais bien évidemment il n'est pas possible d'y accueillir autant de public. Ce dernier n'a pas regretté d'être un peu serré tant la perfection musicale était au rendez-vous et les musiciens ont été rappelés deux fois pour prolonger le concert.

Le Festival de Chaillol, ce n'est pas encore fini et il est possible de retrouver ces musiciens (et d'autres) jusqu'au 12 août 2014, voir  ici la programmation et le calendrier.

 

Petit lot de consolation ou souvenir sonore, deux extraits vidéo:

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anima Gap
commenter cet article

commentaires