Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 22:41

31 juillet 2013  La place aux Herbes a accueilli en deux parties une soirée jazz. A 18h30, c’est le Alfio Origlio Quartet qui a enchanté les quelque 300 spectateurs présents. Puis à 21h30, c’est le Salvatore Origlio Sextet, emmené par le papa qui a fait résonner les standards des années 50-60 devant 500 spectateurs. Une affaire de famille donc. Mais un style différent.

 

Alfio Origlio fait partie d’une école moderne du jazz, explorant des territoires nouveaux tout en se référant aux pointures telles que Manu Katché ou Salif Keita avec lesquels il a collaboré. Il fait partie des pianistes de jazz doués de sa génération.

 

Salvatore Origlio, qui a passé son enfance à Gap et revient y jouer 44 ans après, rend hommage aux  Jazz Messengers, formation nord-américaine mythique née en 1953 qui a contribué à faire émerger le hard bop, style de jazz se référant aux racines africaines des noirs américains (Black is beautiful) en réaction au jazz des « blancs ».

 

 

18h30

 

Alfio Origlio Quartet

P1460278.JPG

 

 

 

Un jazz doux et inspiré...

P1460292.JPG

 

 

 

...avec une dimension corporelle

P1460300.JPG

 

 

Au piano, Alfio Origlio

P1460302.JPG

 

 

 

 

P1460307.JPG

 

 

 

Un public mûr et averti

P1460318.JPG

 

 

 

 

P1460319.JPG

 

 

 

 

21h30

 

 

Salvatore Origlio Sextet

P1460362.JPG

 

 

Au piano, le fils, Alfio Origlio

P1460326.JPG

 

 

 

A la batterie, Salvatore Origlio, le père

P1460335.JPG

 

 

 

 

P1460349

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anima Gap
commenter cet article

commentaires