Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 18:00

Lundi 13 avril 2015  Gap  Théâtre de la passerelle  Énorme succès pour les élèves des classes de chant du conservatoire de musique de Gap et les classes CHAM du collège de Verdun. Ils ont interprété la pièce de Hans KRASA, Brundibár, opéra du souvenir et de la liberté qui deviendra dans le camp de Terezin (Theresienstadt) un véritable symbole d'espérance.

 

Cet opéra , écrit dans l'esprit des contes d'Hansel et Gretel, raconte la vie de deux enfants Aninka et Pepiček dont la mère est malade. Afin de lui trouver du lait et des médicaments, ils décident de chanter sur la place du marché. Mais Brundibár (qui signifie "bourdon" en tchèque), affreux tyran et joueur d’orgue de barbarie refuse la concurrence et essaie de les en empêcher.

 

Un chat, un chien, deux oiseaux et des enfants des rues vont s'unir pour venir en aide à Aninka et Pepiček, et la pièce s'achève sur une formidable leçon.

 

Cette pièce jouée au Théâtre de la passerelle est l'aboutissement d'un projet ambitieux. On peut remarquer la performance des enfants qui ont chanté dans la langue d'origine de l'opéra : le tchèque.

 

Iréna ROSIER, professeur de chant au conservatoire de Gap a accompli un travail remarquable soutenue par Madame BOUCHARDY, maire adjointe à la Culture et par Alexandre GIRARDIN, directeur du CEDRA (Centre Départemental de Ressources des Arts, service du conseil départemental qui soutient les projets amateurs notamment celui de l'école de musique).

 

La mise en scène a été assurée par Martine DANIEL.

 

La pièce a été interprétée par les élèves de la classe d'Iréna ROSIER (solistes), par la classe de Jean-Emmanuel JACQUET, professeur de chant choral, par les élèves des classes CHAM (6ème à la 3ème) à dominante vocale du collège de Verdun.

 

L'ensemble instrumental composé des grands élèves ainsi que des professeurs, a été dirigé par Marie-Noëlle BOURBON.

 

Les enfants ont évolué sur la scène dont le décor a été réalisé par les membres de l'atelier vidéo du CMCL (Xavier PETIT et Laurent BERGUES).

 

Cyril HENRY à la guitare, Luc ARMITANO au saxhorn accompagné au piano par Stef FRANSSEN, l'ensemble orchestral du Conservatoire ont assuré la première partie de cette agréable soirée.

 

 A noter que l'orchestre est en pleine renaissance grâce à une équipe dynamique de professeurs. Une classe de saxhorn  vient d'ailleurs d'ouvrir ; n'hésitez pas à prendre contact avec le conservatoire si cet instrument vous intéresse.

 

Texte et photos : PasTel

Tous en scène

L’opéra pour enfants Brundibár à Gap

Des heures de répétition, notamment des week-ends à la salle des Pénitents:

Il faut une sacrée motivation et beaucoup de persévérance...

L’opéra pour enfants Brundibár à Gap

Yves RAMBAUD au micro. Une vraie figure du conservatoire: professeur, musicien, directeur...

L’opéra pour enfants Brundibár à Gap

Stef FRANSSEN et Cyril HENRY, cordes frappées et cordes grattées...

L’opéra pour enfants Brundibár à Gap

Luc ARMITANO au saxhorn

L’opéra pour enfants Brundibár à Gap

Brundibár, un opéra du souvenir et de la liberté avec des acteurs formidables...

L’opéra pour enfants Brundibár à Gap
L’opéra pour enfants Brundibár à Gap
L’opéra pour enfants Brundibár à Gap
L’opéra pour enfants Brundibár à Gap
L’opéra pour enfants Brundibár à Gap
L’opéra pour enfants Brundibár à Gap

Les applaudissements du public à la fin, toujours un moment fort...

L’opéra pour enfants Brundibár à Gap

Sous la baguette de Marie-Noëlle BOURBON, professeure au Conservatoire de Gap

L’opéra pour enfants Brundibár à Gap

N'oublions pas tous les adultes, en plus des enfants, qui ont oeuvré pour la réussite du spectacle...

L’opéra pour enfants Brundibár à Gap

Et pour terminer, quelques vidéos:

Partager cet article

Repost0
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 19:28

Lundi 6 avril 2015 Gap  Rue Carnot  Au lendemain d’une victoire acquise après 12 jours et 7 matchs de suspense, Les Rapaces ont paradé dans la rue Carnot jusqu’à la place Alsace-Lorraine où « la bande à Basile » a dédicacé, deux heures durant, affiches et maillots.

 

Au sommet de la Ligue Magnus qui regroupe l’élite du hockey sur glace en France, le club gapençais succède à Briançon, les frères ennemis, et la coupe reste donc dans les Hautes-Alpes. Pourtant la combativité d’Epinal aura tenu en haleine les spectateurs jusqu’au bout et Gap, en retard dans la série de rencontres, a dû batailler ferme pour remonter la pente. Cette victoire n’en est que plus belle. Voir ici l’article de notre confrère L’e-media 05.

 

Il aura fallu attendre 37 ans pour que Gap obtienne son troisième titre de champion de France, après ceux de 1977 et 1978. Cette victoire, un homme l’incarne sans doute, Luciano Basile, l’entraîneur emblématique des Rapaces, qui entraînait encore les Diables Rouges de Briançon au cours de la saison précédente et vit donc, avec émotion, et grâce aussi à son talent, deux podiums consécutifs.

 

Quelques images de cette parade…

Gap fête ses Rapaces

L'Alp'arena, stade de glace de Gap

Gap fête ses Rapaces

La parade, rue Carnot, avec une foule compacte

Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces

Luciano Basile, entraîneur emblématique...et sympathique

Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces

Séance de dédicaces avec les Rapaces (ça rime)

Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces

Luciano Basile, très sollicité, prend la pose, et soulève la Coupe Magnus.

Il pose également avec Daniel Galland, ancien hockeyeur et maire adjoint en charge des sports.

Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces
Gap fête ses Rapaces

Ambiance

Partager cet article

Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 18:41

Dimanche 29 mars 2015  Gap  Le Quattro  Devant un public un peu clairsemé mais motivé, Léa Gomez, étudiante embrunaise âgée de 19 ans, a été élue Miss Alpes du Sud 2015. Elle pourra ainsi défendre ses chances pour l’élection de Miss Provence à Istres le 31 juillet prochain. La première dauphine est Ophélie Batton, 18 ans, de Gap, la deuxième dauphine est Maeva Chabassier, 19 ans, de Champoléon.

 

Les neuf prétendantes, presque exclusivement haut-alpines avec une exception bas-alpine, ont défilé sur scène à cinq reprises avec des tenues différentes, après s’être présentées individuellement. Les motivations étaient diverses mais cependant, on pouvait dégager la volonté commune de faire l’expérience de se confronter à un public et de se faire plaisir, même si le stress n’était jamais loin. Les intermèdes musicaux étaient assurés par Myriam et Sylvain que l’on avait pu découvrir le 7 septembre 2014 au Quattro dans le spectacle Le plus beau Cabaret s’invite à Gap.

 

La manifestation était organisée localement par le Comité des fêtes et d’animations de la Ville de Gap en partenariat avec le Comité Miss Provence – Côte d’Azur, émanation régionale de la Société Miss France.

Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015

Le public était appelé à exprimer sa préférence

Election Miss Alpes du Sud 2015

André, présentateur expérimenté et pétri d'humour

Election Miss Alpes du Sud 2015

Myriam a chanté en alternance ou avec Sylvain durant les intermèdes

Election Miss Alpes du Sud 2015

Lydia Podossenoff, Miss Provence 2005 élue à Gap, a présenté la soirée

Election Miss Alpes du Sud 2015
Miss Alpes du Sud 2014

Miss Alpes du Sud 2014

Miss Provence, Miss Côte d'Azur et Miss Alpes du Sud 2014, en compagnie de Lydia Podossenoff, ont fait partie du jury

Election Miss Alpes du Sud 2015

Arrivée sur scène des postulantes

Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015

Présentations individuelles avec plus ou moins de trac ou d'assurance

Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015

Sylvain et Myriam en duo

Election Miss Alpes du Sud 2015

Passages sur scène en tenues de plage...enjolivées.

Les chorégraphies ont été mises en oeuvre par Cindy.

Volontairement, nous ne présentons pas de vidéos pour ces deux entrées en scène.

Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015

La préparation des miss au défilé nécessite la présence de professionnel(le)s compétent(e)s, coiffure, maquillage, habillement... ici remerciés sur scène.

Election Miss Alpes du Sud 2015

Surprise pour Cyrille, régisseur du Quattro, appelé sur scène pour...écouter un "Happy birthday to you" entonné par le public

Election Miss Alpes du Sud 2015

Une jolie note florale

Election Miss Alpes du Sud 2015

Pour des raisons légales, nous avons dû remplacer la musique originale par une musique libre de droit

Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015

Un public chaleureux et participatif, au premier rang, le jury

Election Miss Alpes du Sud 2015

Tourbillon des robes et pose finale...

Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015

Et, en apothéose de ce spectacle de 2h30, entracte compris pour que le jury puisse délibérer, proclamation des résultats et appel des heureuses élues, deuxième dauphine, première dauphine, Miss Alpes du Sud.

Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015
Election Miss Alpes du Sud 2015

A peine élue Miss Alpes du Sud 2015, et déjà sollicitée par les médias, Léa Gomez, étudiante de 19 ans

Election Miss Alpes du Sud 2015

Partager cet article

Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 20:44

Dimanche 22 mars 2015 Gap Salle du Royal  Le 17e Printemps des Poètes, du 7 au 22 mars 2015, a été décliné sur un week-end dans la cité gapençaise. La thématique retenue nationalement était « L’Insurrection Poétique ».

 

Le samedi 21 mars, le Théâtre en liberté et le Théâtre de la Marelle ont donné le ton à la Médiathèque, avec des poètes contemporains, russes notamment comme Anna Akhmatova et Vladimir Vladimirovitch Maïakovski ou le français Luc Bérimont dont on célèbre le centenaire de la naissance cette année, et Aimé Césaire, l’un des fondateurs du courant littéraire et politique de la négritude.

 

Le dimanche, les associations Le Pays Gavot, Contes et Ecrits d’Aumanacée, association des Arméniens, ont ouvert la manifestation, suivis par d’autres poètes amateurs sur une scène ouverte. Théâtre en Liberté refermait la scène.

Des intermèdes musicaux ont entrecoupé les interventions, assurés par les jeunes membres du groupe Twinkle.

Près de 80 personnes ont assisté à ce moment de poésie.

 

Dans le hall du Royal, une exposition retraçait la carrière et l’œuvre de Luc Bérimont. Cet après-midi poétique, organisé par l’Office municipal de la Culture en partenariat avec la Ville de Gap et la Médiathèque, s’est achevé par un verre de l’amitié, un verre pour…des vers…

Printemps des Poètes à Gap

Françoise Faure, présidente de l'OMC, présente le programme

Printemps des Poètes à Gap

Premier intermède du groupe Twinkle

Printemps des Poètes à Gap

Les poètes du Pays Gavot

Printemps des Poètes à Gap
Printemps des Poètes à Gap
Printemps des Poètes à Gap

Contes et Ecrits d'Aumanacée

Printemps des Poètes à Gap

Deuxième intermède du groupe Twinkel

Printemps des Poètes à Gap

L'Association des Arméniens avec plusieurs mélodies harmonieuses jouées au qanûn

Printemps des Poètes à Gap
Printemps des Poètes à Gap
Printemps des Poètes à Gap

Troisième intermède du groupe Twinkle

Printemps des Poètes à Gap

La scène ouverte, avec notamment Marie-Madeleine et Stéphane, très inspirés

Printemps des Poètes à Gap
Printemps des Poètes à Gap

Exposition autour de Luc Bérimont

Printemps des Poètes à Gap

La poésie finit autour d'un verre/vers (forcément)

Printemps des Poètes à Gap

Partager cet article

Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 19:03

Samedi 21 mars 2015  Gap  Alysa Morgon, romancière féconde et inspirée, dédicaçait son dernier roman, Un Miroir en bois d’amandier, à la Librairie Alpine.

 

Dans ce huitième ouvrage, Alysa met en scène un patriarche provençal, Josselin, déchu par son propre fils de la responsabilité du mas des Amandiers. Le  vieillard va se mettre en tête d’acheter un miroir, objet de luxe en ce temps-là, avec la complicité de sa petite-fille Amparine.

 

Dès les premières lignes, on est emporté dans un univers familier fleurant bon le thym poivré, le cade acide et le fenouil anisé. Entre garrigue et champs d’oliviers, le décor est planté. Mais comme toujours, l’absence de localisation précise permet à l’esprit de situer l’action dans un environnement choisi et de s’identifier plus fortement aux personnages. Difficile de ne pas lire le roman d’une seule traite, tant la suite de l’histoire nous aspire toujours plus avant. Mais on peut aussi le déguster par petites touches pour mieux le savourer…

 

Alysa a déjà de nouveaux romans en préparation. Mais dès le mois de mai elle va reprendre le chemin des salons du livre qui vont la conduire parfois au-delà des frontières de la Provence et des Alpes. Consécration d’écrivain, son roman Un Hameau près du ciel est sorti en livre de poche l’an dernier et un autre de ses romans va prochainement suivre.

Alysa Morgon en dédicace

Séance de dédicaces

Alysa Morgon en dédicace

Des lecteurs fidèles et des nouveaux...

Alysa Morgon en dédicace

Alysa Morgon

Alysa Morgon en dédicace

Une bibliographie déjà étoffée

Alysa Morgon en dédicace
Alysa Morgon en dédicace

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 17:13

Mercredi 11 mars 2015 Gap CMCL 15h30   Poésie et magie se sont installées sur la scène du centre municipal de la Culture et des loisirs avec le Cirque Filyfolia qui présentait son spectacle Retour à la terre.

 

Ce spectacle met en scène, avec poésie, des situations humoristiques et acrobatiques rythmées par une "musique vivante" faite de contrebasse, batterie et orchestre de casseroles.

 

Les enfants comme les adultes se sont laissé transporter dans une ambiance digne d'une fête foraine :

 

Sur la scène déambulent des poissons volants, des jongleries de balles, des canards, les noix sont musicales et acrobatiques, les chaises volent, mais le public est aussi sollicité puisque nos deux compères, Eliasse et Mialdo, l'invitent à prendre part à une partie de pêche endiablée et à jouer à un gigantesque chamboule-tout.

 

Plus de 150 personnes, adultes et enfants, sont venus et ont apprécié ce "spectacle vivant".

 

Texte et photos : PasTel

Humour et dérision

Retour à la terre, spectacle délirant

Magie

Retour à la terre, spectacle délirant
Retour à la terre, spectacle délirant

L'instrument est un partenaire à part entière

Retour à la terre, spectacle délirant
Retour à la terre, spectacle délirant

On retrouve la dimension cirque

Retour à la terre, spectacle délirant
Retour à la terre, spectacle délirant

Tout devient accessoire, objet ou animal

Retour à la terre, spectacle délirant

Eliasse et Mialdo

Retour à la terre, spectacle délirant

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 15:23

Jeudi 5 mars 2015 Gap  La petite histoire rejoint souvent la grande et inversement. Côté grande histoire, Les Cent-Jours, du 20 mars au 22 juin 1815, période au cours de laquelle Napoléon 1er fut de retour au pouvoir entre son entrée à Paris et son abdication, quatre jours après la défaite de Waterloo. Auparavant il avait quitté l’île d’Elbe sur laquelle il était parti en exil le 20 avril 1814 (arrivé le 4 mai) lors de sa première abdication à la fin du Premier Empire (6 avril 1814). Il détenait la propriété et la souveraineté sur cette île en vertu du Traité de Fontainebleau (11 avril 1814).

 

Côté petite histoire, Napoléon, persuadé qu’il a un nouveau destin à accomplir, débarque le 1er mars 1815 à Golfe-Juan, entre Cannes et Antibes, sur la commune de Vallauris, et  « l'aigle impérial vole de clocher en clocher jusqu'aux tours de Notre-Dame ». Il remonte vers Paris par la Provence et les Alpes, s’arrêtant à Gap où il passe la nuit du 5 au 6 mars 1815, à l’auberge Marchand, rue de France.

 

Quelques extraits d’ouvrages historiques

 

A travers les Alpes Françaises, ouvrage du 19ème siècle de Gustave Derennes, lauréat de l’Académie Française :

 

Evitant avec soin la vallée du Rhône profondément royaliste, laissant Marseille s’agiter derrière lui, l’empereur s’enfonce hardiment dans les Alpes françaises. Il traverse Grasse, Digne, Sisteron. Le voilà dans les Hautes-Alpes où un médecin qui l’avait suivi à l’île d’Elbe était venu le mois précédent pour préparer les voies au retour.

 

Une foule d’officiers supérieurs cheminaient lentement, hissés sur de tristes rosses enlevées à la culture, un grand nombre sur des mulets rétifs. La caravane allait pêle-mêle, avec une gaieté folle. Quelques lanciers polonais, talonnant leurs chétives montures, ouvraient et fermaient la marche, suivis à peu de distance par le bataillon des grenadiers, dont les moustaches grisonnantes et le teint noirci justifiaient l’épithète de vieux grognards : les uns à pied, les autres sur des charrettes et des montures de toute espèce, faisant retentir les airs de chants patriotiques ; les habitants les arrêtaient à chaque pas, en leur offrant des vivres et des rafraîchissements. A quelque distance venait l’arrière-garde, commandée par le général Drouot, et composée de 400 chasseurs corses et elbais, petits mais robustes… L’empereur arriva à Gap à neuf heures du soir ; la ville était spontanément illuminée ; un nombreux piquet de garde nationale en uniforme stationnait devant la mairie ; les tambours battirent aux champs, et la troupe présenta les armes pendant que le cortège défilait, aux acclamations universelles.

 

A Gap, Napoléon ne perd pas une minute. Il lance une proclamation qui contenait ce passage :

« Citoyens des Hautes-Alpes, j’ai été vivement touché des sentiments que vous avez montrés ; vos vœux seront exaucés, la cause de la nation triomphera encore ! Vous avez raison de m’appeler votre père, je ne vis que pour l’honneur et le bonheur de la France. Mon retour dissipe toutes vos inquiétudes ; il garantit la conservation de toutes les propriétés, l’égalité entre toutes les classes ; et les droits dont vous jouissez depuis vingt-cinq ans, et après lesquels nos pères ont soupiré, forment aujourd’hui une partie de votre existence. Dans toutes les circonstances où je pourrai me trouver, je me rappellerai toujours avec un vif intérêt tout ce que j’ai vu en traversant votre pays. »

 

Le ciel était superbe. Dans l’après-midi du 6, Napoléon quitte Gap  (par la porte Lignole et le pont de Burle NDLR) et s’engage sur la route de Saint-Bonnet par le col Bayard. […]

 

Histoire de la Ville de Gap, ouvrage publié sous les auspices de la Société d’Etudes des Hautes-Alpes

 

N’ignorant pas que Napoléon pouvait arriver à Gap d’un jour à l’autre, Harmand (préfet) fit, sans désemparer, imprimer une proclamation où il mettait en garde ses administrés contre toute tentative qui pourrait être faite pour les détourner de leurs devoirs. « Un aventurier auquel la France a trop longtemps sacrifié ses enfants essaye de nous armer pour sa propre querelle. Restons calmes et fidèles… » Il la répandit aussitôt mais, « constatant que la population restait inerte et que, sans être précisément hostile aux Bourbons, elle ne voulait pas arborer aucune couleur », il fit filer les caisses publiques sur Embrun et donna l’ordre au général Rostollan, commandant le département, qui se trouvait à Gap avec un bataillon du 47ème de ligne, de se replier sur la même ville (ce qui fut fait le 5 au matin).

 

Le préfet, jugeant qu’étant donnée l’attitude qu’il venait de prendre, il n’y avait pas lieu pour lui de rencontrer l’Empereur, estima opportun de se replier sur Grenoble. Le 5 mars, dans l’après-midi, son sous-préfet, Joseph Serres, étant en inspection, il confia la préfecture à son secrétaire général, monta en voiture avec sa femme, son fils et son secrétaire particulier Merlet et alla se poster à un kilomètre de la ville, sur la route du Champsaur. Il vit de loin, vers 17 heures, arriver l’avant-garde impériale, entendit des cris « Vive l’Empereur » saluer son arrivée et prit la route de Corps à vive allure.

 

D’après les traditions gapençaises, Cambronne entra dans la ville vers 17 heures (à l’entrée de la nuit). Plusieurs personnes se portèrent à sa rencontre, lièrent conversation avec lui. Le général lança divers ordres de réquisition (que le maire tint pour nuls et non avenus) et fit retenir, pour le logement de son maître, l’auberge tenue par Marchand, sa femme et ses deux fillettes, rue de France, qu’on lui avait signalée comme étant la moins mauvaise. Sans que personne intervînt, il donna l’ordre de faire placer des lumières à toutes les fenêtres donnant sur les rues et de poster un piquet de garde nationale place Saint-Etienne (Jean Marcellin). Il fut obéi.

 

Vers 21heures (après 22 heures, dit Farnaud), Napoléon arriva à son tour avec 500 hommes environ. Il se présenta Porte Colombe. Venait d’abord un escadron de cavalerie sonnant de la trompette puis des « officiers » marchant à pied, avec des sacs sur le dos, jetant des pièces de monnaie à la foule descendue dans la rue pour voir passer le cortège. L’un d’eux disait à haute voix : « L’Empereur est là ».

 

Il était monté sur un cheval gris et, à droite et à gauche de lui, marchaient des soldats l’arme au bras, qui criaient de temps à autre : « Vive l’Empereur », mais leurs voix n’avaient que peu d’échos. D’après Sibour, l’Empereur témoigna son contentement : « Ici nous sommes en France », dit-il d’abord, puis : « Je suis tranquille depuis l’heure où j’ai mis le pied sur le territoire des Hautes-Alpes ». Passant rue Colonel Roux, place Jean Marcellin, rue de France, il descendit à l’auberge Marchand. Quant aux troupes, elles bivouaquèrent dans les rues.

 

Célébration du bicentenaire

 

L’Action Nationale des Elus pour la Route Napoléon (A.N.E.R.N.) organise en 2015, de mars à décembre, des événements de Golfe-Juan à Grenoble, à caractère culturel, sportif, à l’occasion du bicentenaire du retour de l’Empereur Napoléon 1er de l’Ile d’Elbe.
 
C’est ainsi que seront proposés des conférences, colloques et expositions, des créations -dans les domaines de la parfumerie ou des arts culinaires, des randonnées équestres et pédestres, labellisées par l’A.N.E.R.N.

 

Missions de l'A.N.E.R.N.

 

Créée le 4 février 1969, à l'initiative du Préfet Jacques BIGET, Maire de Saint-Vallier-de-Thiey, soutenu par Don-Jean BELLON, Conseiller Général, Maire de Saint-Auban, et Honoré LIONS, Maire de Grasse, L'Action Nationale des Elus pour la Route Napoléon est née de la volonté des Elus de défendre la Route Napoléon qui se trouvait alors dans un état d'évident délabrement...


Cette association regroupe 42 communes situées sur cette route qui dessert 4 départements et 2 régions. Sa mission demeure de faire valoir le caractère essentiel et national, au sens de l'aménagement du territoire, de ce parcours emprunté par Napoléon et dédié désormais au tourisme. Il s'agit donc d'une tâche d'intérêt général.
Depuis sa création, l'ANERN s'est consacrée à la sauvegarde et à la promotion de la Route Nationale 85, ce dont témoignent les travaux de réfection de la chaussée et les nombreuses campagnes d'information menées auprès du grand public. Elle a également obtenu une signalisation routière, tant directionnelle qu'informative, dont le fer de lance a été, dès 1986, le premier "Relais Information Service". Il a été mis en place une signalisation routière spécifique "Aigle" (fait unique dans le réseau national) à l'entrée de nos villes et à la sortie des autoroutes. Au total, pendant la dernière décennie, plus de 30 millions de francs auront été investis pour la mise en valeur de la R.N. 85.


L'ANERN poursuit ses efforts afin que la Route Napoléon, route maritime de Portoferraïo à Golfe Juan et route terrestre de Golfe Juan à Grenoble, demeure ce grand itinéraire touristique européen et, au sein du réseau routier national, cette voie structurante pour l'économie des régions traversées, ce lien indispensable entre l'Europe du Nord et la Méditerranée, en complément de la percée alpine ouverte par l'autoroute A51, de Marseille à Grenoble.


Ainsi, l'ANERN demeure fidèle aux engagements de ses fondateurs : sauvegarder et promouvoir cet itinéraire prestigieux qu'est la ROUTE NAPOLEON.

 

Agenda indicatif, susceptible de changements, non exhaustif :

 

GOLFE-JUAN - Samedi 28 février dimanche 1er mars « Napoléon à Golfe-Juan »

SAINT VALLIER – 28 Février et 1er Mars – exposition de figurines et concours écoles

GRASSE – les 28 février – 2 mars – 7 mars – 14 mars - à 15h – visite guidée « Napoléon à Grasse » tarif plein 4€

GOLFE JUAN à GRENOBLE Du 1 au 7 mars les cavaliers reconstitueurs (M. Symzak) refont la route ainsi que des marcheurs

CANNES – Dimanche 1er mars – 18 h 30 Arrivée de 9 cavaliers et 15 à 20 fantassins en uniforme par le bord de mer bld de la Croisette

jusqu’à la rue Notre Dame – square Mérimée - 18h30 à 7h lendemain matin – 20 h 30 dîner Hôtel Five Brasseerie Sea Sens avec cavaliers –

Napoléon et public

CANNES – 1ermars - 20 h Espace Miramar- spectacle historique et musical« quel roman ma vie »chorale Souvenir napoléonien entrée gratuite

GAP – 1er mars parution d’un livre « Napoléon 4-5-6 mars 1815 - réalisé par Jean-Pierre Jaubert, historien local

LE CANNET – lundi 2 mars – traversée de la commune par les cavaliers – arrêt devant la stèle napoléon – Square Cité Jardin – avenue Franklin

Roosevetl

GRASSE – lundi 2 mars – 9 h 30 - arrivée des cavaliers (M. Symzak)

SERANON – 2 mars – 18 h - accueil des cavaliers – bivouac en dessous des ruines de Broundet – repas - animation

BARREME – 2 mars au 30 mars – exposition sur le thème Napoléon (à la médiathèque) et inauguration

LE CANNET – mardi 3 mars au samedi 14 mars – médiathèque centrale – rue des Michels – exposition d’objets napoléoniens – collection privée

de René Battistini – entrée libre

LE CANNET – mardi 3 mars au mardi 31 mars – médiathèque centrale et médiathèque de l’Etoile – découverte d’une sélection d’ouvrages – tout

public – entrée libre

CASTELLANE – 3 mars 2015 – accueil des cavaliers des lanciers polonais

BARREME – 3 mars – Journée bivouac napoléonien – Annonce de l’évènement à la population par le moyen de « coups de canons » en

début d’après midi – Vers 17h accueil des cavaliers devant la maison de Tartanson – fresque – le soir souper de « Napoléon » et des grognards de

l’empire à l’hôtel de la Gare, avec un menu rappelant celui du 3 mars.

DIGNE LES BAINS – vers 12 h - Accueil des cavaliers du premier régiment de la garde impériale

MALIJAI – 4 mars - accueil à 18h du premier régiment des lanciers (Peloton français) devant le château à Malijai et installation du bivouac.

Reconstitution historique de l’itinéraire de l’empereur à cheval.

L’ESCALE -VOLONNE –SALIGNAC– 5 mars – passage de la garde impériale, reconstitution historique sur les pas de Napoléon par le premier

régiment des lanciers. Ils empruntent le tracé historique de l’empereur, en traversant les villages de L’Escale, Volonne et de Salignac.

SISTERON- 5 Mars arrivée des cavaliers (M. Symzak) accueil population et apéritif public devant la mairie, à 18h Conférence « Napoléon à

Sisteron’’, en soirée repas public sur le thème napoléonien

LA SAULCE – 5 mars – arrivée des cavaliers reconstitueurs de M. Symzak ; vers 16h place de l’église ; vin chaud et jus de pomme à la cannelle

seront offerts aux cavaliers et aux visiteurs ; un petit récit de la bataille de « Gandière » sera lu. Pour se rendre à Gap, Ils traverseront ensuite le

village en empruntant le vrai tracé route Napoléon, aujourd’hui baptisée « Rue de Provence » qui sera décorée de fanions et lanternes.

GAP – 5 mars – arrivée des cavaliers (M. Symzak) : réception – inauguration panneau et fresque – vin chaud

Puis départ 6 mars vers Col Bayard Puis en mars – dimanche - saynètes

VIZILLE - 5 au 8 Mars : Exposition et conférences Napoléon salle du Taco et reconstitution le 7 mars : l’accueil de Napoléon par les vizillois à

16h place du Château.

LE CANNET – vendredi 6 mars et vendredi 13 mars - 17 h 30 cinéma « Cannet Toiles » - projection film « Monsieur N. » (2003) réalisé par

Antoine de Caunes avec Philippe Torreton – entrée 4 €

CORPS - 6 mars Accueil des cavaliers (M. Symzak) et marcheurs M. Bezanger lancement de la liqueur Napoléon 1825 (Salettina)

LA MURE – 7 Mars – grand Banquet Populaire : omelette géante offerte par les commerçants autour de l’hôtel de Ville de La Mure

GRENOBLE – 7 mars : Visite guidée Grenoble à l’époque de Napoléon à 14h30

GRENOBLE – 7 mars : Défilé nocturne avec les cavaliers, verre de l’amitié dans le jardin de ville

TALLARD – 7 mars – Journée napoléon : vers 11h à l’aérodrome : inauguration des nouveaux panneaux « Route Napoléon » - Au château ; à

partir de 14h30 : « Si Napoléon m’était Conté » ; conférence sur les 100 jours, causeries avec M. Jean-Pierre Jaubert, historien, alternées avec

des danses de l’empire animées par le groupe folklorique « La Taïole » et musiques du conservatoire de Tallard-Barcillonnette - A l’occasion du

bicentenaire, 6 restaurateurs de Tallard-Barcillonnette proposeront des menus, plats, desserts « Napoléon » ; informations à l’office de tourisme à

Tallard : 04 92 54 04 29

GRENOBLE – 8 mars : dans l’amphithéâtre de la maison du tourisme, cycles de conférences autour du thème « Napoléon »

SISTERON– 10 Mars - repas napoléoniens au Lycée hôtelier

CANNES – 14 et 15 mars – Moulin Forville - Exposition d’objets époque napoléonienne

SAINT VALLIER – 14 mars -10 h dépôt de gerbe en présence d’un détachement du 1er régiment de grenadiers à pied de la garde Impériale, sur la

tombe d’Honoré Roustan, capitaine dans la grande Armée., puis randonnée avec reconstitueurs et 19 h spectacle « Vol de l’Aigle » avec MM.

Branda-Casali-Chanteranne (Souvenir Napoléonien) –

Suite 1 – Mois de Mars 2015 - A.N.E.R.N. – Bicentenaire 2015

GOLFE JUAN – SAINT VALLIER – ESCRAGNOLLES : Fin Mars début avril – Rallye des Cent Jours avec Conseil Général des AM et Service de

l’Education Nationale

GRENOBLE - Création de produits destinés aux boutiques de l’office de tourisme ; en vente à partir de mars

LAFFREY – LA MURE – GRENOBLE – 7 mars - Reconstitution par Laffrey Développement ; grande reconstitution historique sur le site de la

prairie de la rencontre de 11h45 à 13h ; soirée festive à 20h

CHATEAU ARNOUX – Toute l’année 2015 – Menu Napoléon à la BONNE ETAPE

GAP – création par les maîtres restaurateurs d’un gâteau « Chapeau de Napoléon »

GAP – printemps – causerie animée par Jean-Pierre JAUBERT

UPAIX : Création d'un « menu Napoléon » au restaurant Beausoleil. A l’occasion du Bicentenaire du passage de Napoléon le restaurateur offrira

une pomme et un verre de vin comme ils furent offerts à Napoléon par le maire du village pour l’accueillir en 1815.

CANNES - 26 mars – Espace Miramar -14h30 Cannes cinéma et GIP Cannes Bel Age - projection de films sur Napoléon (Abel

 

 

Retour en images sur l’épisode gapençais du bicentenaire…

 

Napoléon de retour à Gap

L'arrivée à Gap, Porte Colombe

Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap

La troupe arrive en ville, accompagnée de musiciens et habitants en costume d'époque, avec le concours du conservatoire de musique et du Pays Gavot. En même temps, une exposition, à l'Hôtel de Ville, retrace cet épisode de l'histoire, relaté par l'historien Jean-Pierre JAUBERT, qui publie un livre consacré à ce sujet.

Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap

Au Y, à l'intersection de la rue Pérolière et de la rue de France.

Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap

Au Y justement, discours du maire de Gap, Roger Didier, et explications historiques de Jean-Pierre JAUBERT. A leurs côté, les époux Marchand réincarnés pour accueillir Napoléon dans leur auberge de la rue de France.

Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap

Reconstitution, dans les lieux mêmes, du repas que Napoléon prit dans l'auberge des époux Marchand. Sauf que c'est Cambronne qui est ici à table. Les locaux ont été aimablement mis à disposition par l'Association généalogique gapençaise présidée par Eliane DENANTE.

Dehors la foule patiente, pendant qu'un repas est servi, concocté par les maîtres des lieux.

Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap

Cambronne se montre à la fenêtre avec le maire de Gap. Le maire de l'époque, ancien officier de la Révolution et de l'Empire (colonel) s'appelait Charles-Louis d'Abon (une rue de Gap porte son nom).

Napoléon de retour à Gap

En musique, une nouvelle plaque est dévoilée par le maire de Gap et Jean-Pierre JAUBERT, avant que ne soit servi du vin chaud (à consommer avec modération évidemment) par le Comité des fêtes et d'animations de la Ville de Gap.

Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap

Arrivée de membres de la Garde napoléonienne.

Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap

Raymonde Eynaud, présidente du Pays Gavot et membre de l'ANERN, est interviewée par BFM TV.

Napoléon de retour à Gap

Le bâtiment historique dans lequel Napoléon passa la nuit du 5 au 6 mars 1815, et la plaque signalétique apposée initialement, complétée par le panneau commémoratif inauguré ce 5 mars 2015. Napoléon arriva après son avant-garde alors que la nuit était tombée depuis plusieurs heures. Ici en compagnie de Françoise, de la direction de la Culture et membre du Pays Gavot. Cambronne quitte l'auberge.

Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap

Marie-Noëlle BOURBON, professeure au conservatoire de musique de Gap (à gauche sur la deuxième photo), a coordonné la partie musicale de la manifestation.

Napoléon de retour à Gap
Napoléon de retour à Gap

Dernière photo souvenir.

Napoléon de retour à Gap

Et c'est le moment du bivouac. Le lendemain, Napoléon quittera Gap à 14h30, par la porte Lignole et le pont de Burle.

Napoléon de retour à Gap

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 23:32

Mercredi 4 mars 2015 Gap  Place Saint-Arnoux   Le Carnaval des Alpes a attiré plus de 1000 participants dans les rues de Gap. Le matin, les « petits » de moins de cinq ans ont défilé avec familles et amis, au nombre de 3 à 400. Puis l’après-midi, le carnaval des « grands » a attiré environ 1000 enfants et adultes, déguisés pour beaucoup, sur le thème de la gourmandise retenu pour cette édition.

 

Le cortège du matin est parti de la place Saint-Arnoux et a rejoint l’Esplanade de la Paix Nelson Mandela via la Rue Colonel Roux et la Place Jean Marcellin. Celui de l’après-midi est parti du même endroit mais a réalisé une boucle passant par la Place de la République, la Place Grenette, la Rue Jean Eymar, l’Esplanade de la Paix Nelson Mandela, la Rue Carnot, la Place aux Herbes, avant de rejoindre son point de départ.

 

Un seul cortège pour le défilé contre deux par le passé, mais il y avait aussi moins de monde et une ambiance plus feutrée. Le vent a contrarié légèrement la manifestation, emportant ou renversant quelques éléments du dispositif de fête et contraignant les organisateurs à laisser le personnage principal à son point de départ et annuler l’embrasement de Caramentran. Le Cirque de la Lune a dû également alléger sa prestation, notamment ses jonglages de feu.

 

Côté organisation, le Collectif Carnaval, avec la Ville de Gap, la Maison du tourisme, le Comité des fêtes et d’animations, les Marionnettes des Alpes, les Vitrines de Gap avec son animateur Aymeric, la Confrérie de la pomme des Alpes, Le Cirque de la Lune, les troupes de rue Takalakata, Monik et les Sex Pistons, Les Enjoliveurs (La fanfare des papillotes), le club photo UAICF (Union Artistique et Intellectuelle des Cheminots Français, pour le concours de déguisement) ont coordonné et/ou animé cette manifestation festive annuelle.

 

Quatre parties :

Les défilés en images

Les portraits

Les à-côtés

Les vidéos

 

Voir l’édition 2014

Les défilés en images

Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images
Les défilés en images

Les défilés en images

Les portraits

Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Les vaillantes bénévoles du comité des fêtes et d'animations

Carnaval des Alpes 2015 à Gap
Carnaval des Alpes 2015 à Gap

By Macha & Amarine

Carnaval des Alpes 2015 à Gap
Carnaval des Alpes 2015 à Gap
Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Mathéo et Olivia avec leur maman et leur grand-mère

Carnaval des Alpes 2015 à Gap
Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme (libre interprétation de propos du scientifique Lavoisier, inspirée d'Anaxagore)...

Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Les à-côtés

Même les bacs à fleurs se déguisent (et s'habillent pour l'hiver).

Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Le défilé est guetté au coin de la rue...

Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Monsieur Carnaval, pour cause de vent, est resté sur la ligne de départ et a échappé à l'embrasement...

Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Le vent a provoqué quelques désordres...mais pas de blessés.

Carnaval des Alpes 2015 à Gap
Carnaval des Alpes 2015 à Gap
Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Deux membres du club photo de l'UAICF ont réalisé les portraits pour le concours de déguisements.

Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Rue Jean Eymar, des pots décoratifs sont détournés de leur usage...

Carnaval des Alpes 2015 à Gap
Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Il faisait assez beau à Gap mais les nuages n'étaient pas loin...

Carnaval des Alpes 2015 à Gap

Les vidéos

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 22:38

Jeudi 26 février 2015 Gap Ancienne chapelle des Pénitents   Le chœur grégorien des Hautes-Alpes, fort de ses deux années d’existence et de sa quinzaine de chanteurs, s’est «offert» les services d’un maître de stage, Frédéric Rantières, musicologue parisien, au cours d’une session de deux jours , pour perfectionner la pratique de son art.

Et,  pour faire partager le résultat de ces heures studieuses mais fécondes, un «concert » a été donné devant un auditoire d’une soixantaine de personnes.

 

Le chant grégorien est le chant sacré de la liturgie catholique romaine. Il se chante à l’unisson et sans accompagnement, ce qui permet une forte intériorisation du texte chanté. Il est une branche du plain-chant, ce dernier étant un style musical que l’on retrouve dans différents rites religieux. Si le chant grégorien est né au début du Moyen-Âge, il a connu une évolution tant dans sa notation que dans son interprétation jusqu’au 20ème siècle avec un retour à l’authenticité.

 

Composé d’hommes et de femmes, cet ensemble vocal est présidé par Pierre DELPRAT  et dirigé par Nathalie HARDOUIN. Musique exigeante plus qu’il n’y paraît, le chant grégorien permet à la fois de travailler la technique vocale, l’intériorisation et l’articulation entre paroles et ligne mélodique ainsi que la lecture toute spécifique de ce type musical, passé de la notation à neumes à celle à gros carres avant un retour à l’authenticité avec le Graduale triplex qui réhabilite l’écriture ancienne tout en permettant un apprentissage moderne.

Le chœur grégorien des Hautes-Alpes

Chœur grégorien à Gap

Salle de concert aménagée dans l’ancienne chapelle des Pénitents

Chœur grégorien à Gap

Sous la direction pour ce concert de Frédéric Rantières

Chœur grégorien à Gap

Une dimension pédagogique avec chaque œuvre présentée au public

Chœur grégorien à Gap

Public mis à contribution par ailleurs

Chœur grégorien à Gap
Chœur grégorien à Gap
Chœur grégorien à Gap

Soliste ou chantre

Chœur grégorien à Gap

Groupe réduit pour une œuvre polyphonique médiévale

Chœur grégorien à Gap

Sous les applaudissements du public

Chœur grégorien à Gap

Un petit bis

Chœur grégorien à Gap

Partager cet article

Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 22:42

Dimanche 22 février 2015  Gap  Salle des Pénitents  On les connaissait à travers le groupe Reflux, les quatre amis ont fondé Les Balladins qui, comme leur nom l’indique, perpétuent la tradition itinérante des baladins de jadis, lesquels colportaient la comédie à travers les campagnes. Ici, c’est plutôt la chanson populaire que ce groupe entend transporter de salle en salle, auprès des amateurs, des nostalgiques, des personnes isolées socialement et/ou fragilisées par l’âge ou le handicap.

 

Jacques Achery, Jean-Pierre Bastit (le président), Joël Brun et Jacqueline Hosquet, également pianiste, ont déroulé pendant près de deux heures un répertoire de « tubes » créés par des chanteurs, pour faire simple, nés dans la première moitié du 20ème siècle. D’Aznavour à Reggiani, en passant par Becaud, Brassens, Brel, Delpech, Piaf, des Lacs du Connémara aux Neiges du Kilimandjaro, de Nathalie au Pauvre Martin, des Vieux Amants au Déserteur, du Petit Garçon aux Sabots d’Hélène… les spectateurs ont voyagé dans tout un univers poétique avec une conclusion sur l’hymne occitan Se Canto repris par le public.

 

Spectateurs venus en nombre (200) car la salle était comble. Ravis de cette affluence, les chanteurs par la voix de Jacques Achery ont réalisé un petit sondage en direct à la fin du spectacle pour connaître la source d’information qui les avait amenés à ce concert (affiches, journal, radio, bouche à oreille…).

 

L’une des prochaines étapes de nos Balladins : Le Balladin Gap Comedy Club, justement…

 

Quelques images…

Dans la salle Les Balladins…

Gap a ses Balladins

…devant 200 spectateurs

Gap a ses Balladins

Jacques Achery

Gap a ses Balladins

Jean-Pierre Bastit

Gap a ses Balladins

Joël Brun

Gap a ses Balladins

Jacqueline Hosquet

Gap a ses Balladins

En trio

Gap a ses Balladins

En duo

Gap a ses Balladins

Ensemble pour le Se Canto

Gap a ses Balladins

Salut final

Gap a ses Balladins

Vidéos

Partager cet article

Repost0