Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 18:19

Dimanche 22 février 2015 Gap La Justice  L’association musulmane et culturelle de Gap (AMCG) proposait un après-midi  «portes ouvertes » afin de faire découvrir la mosquée El Salem, permettre le dialogue ainsi que la compréhension mutuelle à travers des échanges sur le vivre ensemble.

 

Ouvert en juin 2013, ce lieu de prière permet à la communauté musulmane de pratiquer sa religion dans des conditions convenables, ce qui n’était pas le cas avant. Une souscription a contribué à financer ces locaux anciennement utilisés par la Ville comme atelier-relais.

 

Rachid Néguaz, président de l’AMCG, n’a pas ménagé sa peine pour expliquer l’organisation des lieux et répondre aux nombreuses questions du public, une centaine de personnes durant l’après-midi. Ce moment d’échange s’est achevé par un débat à 16h00 associant visiteurs et représentants des différentes communautés religieuses.

 

L’AMCG propose également des conférences, des cours d’éducation islamique, d’arabe et de jurisprudence.

 

La mosquée est située 5 rue du Beau Château à Gap.

 

 

Avant de pénétrer dans la mosquée, il convient de se déchausser et d’ôter ses chaussettes.

La mosquée de Gap

Rachid Neguaz, président de l’AMCG, donne des explications aux visiteurs et répond aux questions

La mosquée de Gap

Les murs de la mosquée comportent des éléments qui facilitent le déroulement de la prière.

La mosquée de Gap

Parmi ces éléments, l’heure joue un rôle fondamental pour le déroulement des prières.

La mosquée de Gap

Le conseiller général Claude Feutrier et la députée Karine Berger sont venus dialoguer avec Rachid Neguaz. L’occasion de découvrir que la députée maîtrise des rudiments d’arabe, langue à laquelle elle se forme à Paris pour enrichir son bagage culturel.

La mosquée de Gap

Ce calendrier très particulier permet de définir l’heure exacte des cinq prières quotidiennes. Et par voie de conséquence, celle du Adhan (appel à la prière).

La mosquée de Gap

Date du jour selon le calendrier hégirien (le panneau affiche en alternance le calendrier grégorien)

La mosquée de Gap

Ce magnifique lustre a été offert à l’association par un bienfaiteur.

La mosquée de Gap

Là prend place l’imam pour les prières et le sermon du vendredi (Joumou’a), ce dernier attirant chaque semaine une centaine de personnes.

La mosquée de Gap

Une centaine de visiteurs au cours de la journée, parmi lesquels des représentants de différents cultes, réunis pour une large part dans le groupe interreligieux Gap Espérance.

La mosquée de Gap

Et, dimension conviviale, accueil des visiteurs avec thé à la menthe et pâtisseries orientales.

La mosquée de Gap

Partager cet article

Repost0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 22:13

Samedi 21 février 2015 Gap CMCL  Qui n’a jamais goûté les jailles n’est pas encore totalement gapençais. Au-delà de la boutade, la dégustation des jailles (ou repas des jailles), est traditionnellement organisée par l’association Le Pays Gavot. Mais qu’est-ce donc que les jailles ? Un ragoût de gorge de cochon avec des pommes de terre qui était servi à l’occasion de la tuaille du cochon autrefois à la campagne.

 

Cette édition 2015 a accueilli quelque 200 personnes pour une soirée « encadrée » par les bénévoles de l’association et animée par l’orchestre Eric Masse. Quelques images…

 

 

Préparées à Neffes, mangées à Gap, les jailles

Préparées à Neffes, mangées à Gap, les jailles

Gap en jailles
Environ 200 convives

Environ 200 convives

Il faut un certain nombre de bénévoles pour servir tout ce monde

Il faut un certain nombre de bénévoles pour servir tout ce monde

L'orchestre Eric Masse

L'orchestre Eric Masse

Gap en jailles
Les danseurs ont vite investi la piste avant même que le repas ne commence

Les danseurs ont vite investi la piste avant même que le repas ne commence

Vestiaire improvisé mais opérationnel

Vestiaire improvisé mais opérationnel

Gap en jailles
Ce qui s'appelle mettre la main à la pâte

Ce qui s'appelle mettre la main à la pâte

Avec des gants s'il vous plaît

Avec des gants s'il vous plaît

Et voici le plat principal: les jailles

Et voici le plat principal: les jailles

Partager cet article

Repost0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 20:56

Dimanche 8 février 2015  Gap  Le Quattro  L’Office municipal de la Culture de Gap, OMCG, présidé par Françoise Faure, a proposé comme chaque année un concert animé par des associations adhérentes. Intitulé « Musiques d’hier, d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs » ce spectacle a mis en scène, en ouverture, Cyrille et son orgue de Barbarie, puis Kausasun, groupe de musique andine, la chorale Le Bois de Saint-Jean, Heteroclit, musique actuelle, Jazz Manouche, l’Accordéon-Club gapençais, Pianissimo, l’Orchestre d’Harmonie, avec des intermèdes assurés par un quatuor de clarinettes du conservatoire et un final avec tous les musiciens.

 

Durant ces 2h30 de divertissement, on a pu entendre pour la première fois dans ce concert Hetero Clit dont la musique actuelle, surprenante pour les non initiés, mais très intéressante, a donné un coup de jeune à la manifestation et suscité des commentaires divers et contrastés, entendu par exemple : « ça fait du bien quand ça s’arrête » (c’est déjà ça !). Il est pourtant important que le renouvellement et la transition s’opèrent pour amener un nouveau public et que l’OMCG reste en phase avec son temps. Nouveauté également pour ce concert, Jazz Manouche, animé par Claude Jeannet, professeur de guitare, et l’association Pianissimo, présidée par Nicole MELANI avec un accompagnement musical au piano de Pierre JAUFFRET, musicien bien connu dans la cité gapençaise. Retour en images et vidéos, et rendez-vous pour le 17ème Printemps des poètes du 7 au 22 mars, sur le thème de « L’insurrection poétique »

 

Concert 2015 de l'OMCG

Concert 2015 de l'OMCG

Environ 900 spectateurs

Environ 900 spectateurs

Appréciable

Appréciable

Cyrille et son orgue de Barbarie

Cyrille et son orgue de Barbarie

Chorégraphie sur orgue

Chorégraphie sur orgue

Chant et orgue de Barbarie

Chant et orgue de Barbarie

Kausasun, musique andine

Kausasun, musique andine

Quatuor de clarinettes du conservatoire

Quatuor de clarinettes du conservatoire

Chorale Le Bois de Saint-Jean

Chorale Le Bois de Saint-Jean

Hetero Clit, musique électroacoustique

Hetero Clit, musique électroacoustique

Jazz Manouche

Jazz Manouche

Accordéon Club gapençais

Accordéon Club gapençais

Pianissimo

Pianissimo

Orchestre d'harmonie

Orchestre d'harmonie

Vue rapprochée

Vue rapprochée

Françoise Faure, présidente de l'OMC

Françoise Faure, présidente de l'OMC

Final avec tous les musiciens

Final avec tous les musiciens

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 22:23

Samedi 10 janvier 2015  Gap  Esplanade de la Paix-Nelson Mandela 14h00   C’est un cortège de 6000 personnes qui a défilé de l’esplanade jusqu’à la préfecture pour rendre hommage aux victimes de l’attentat perpétré au siège du journal Charlie Hebdo à Paris le mercredi 7 janvier 2015 et aux victimes des événements qui ont suivi les 8 et 9 janvier. A Briançon, on a dénombré 2000 participants.

 

Initié par une intersyndicale CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNSA, l’appel au rassemblement avait été relayé par de nombreuses organisations et particuliers, dans les médias et sur les réseaux sociaux notamment.

 

Les organisateurs avaient souhaité l’absence de bannières et banderoles distinctives et seuls quelques élus arboraient une écharpe tricolore. Par ailleurs, en tête de cortège, l’animation distillée par mégaphone n’a pas été du goût de tous, certains souhaitant davantage de recueillement. Ce qui a fait dire à un élu présent que c’était « la dictature du mégaphone ». Mais les organisateurs ont indiqué que les journalistes disparus auraient probablement apprécié un cortège « vivant ». En outre, les mêmes organisateurs ont regretté que le préfet et les élus ne se soient pas fondus dans le cortège, se plaçant en tête de celui-ci alors qu’ils n’étaient pas à l’origine du rassemblement. Chacun se fera son idée…

 

Peu importe au fond car il était d’abord question de rendre hommage à des frères en humanité, assassinés pour avoir proclamé haut et fort la liberté d’expression, s’être courageusement interposés ou  avoir été au mauvais endroit au mauvais moment. Ce que la foule présente a bien compris malgré quelques dissonances : ce sentiment de former une communauté fraternelle, solidaire et tolérante, soucieuse de défendre des libertés fondamentales chèrement acquises et de s’élever contre la barbarie et l’intolérance. Etre là, c’était aussi témoigner de la volonté de résister à tous les extrémismes, se dresser contre la haine, le racisme, le fanatisme. C’était exprimer sa compassion, partager l’émotion individuellement ressentie, exprimer son refus de l’instrumentalisation et de la tentation du repli communautaire : oui, nous étions tous des Charlie à ce moment là.

 

Bien au-delà des polémiques qu’ont pu susciter les publications de Charlie Hebdo, tout le monde a bien compris que l’enjeu était sociétal, qu’un modèle de société était bafoué et qu’il n’était pas question de se replier sur soi, de laisser le terrain aux prédicateurs de tout poil, mais au contraire, de marcher la tête haute et d’affirmer notre détermination à faire vivre nos valeurs démocratiques et humanistes. En cela, ce rassemblement était important. Même si certains ont regretté que, organisé un samedi plutôt qu’un dimanche, une partie de la population (celle qui travaillait) fût empêchée de participer.

 

Pour terminer, Anima Gap propose à chacun(e) d’entre vous, adultes ou enfants, de rendre hommage plus particulièrement aux victimes de ces événements terroristes, connues ou inconnues, en réalisant un ou des dessins qui leur seront dédiés. Ces dessins, qui peuvent être accompagnés d’un texte, sont à nous apporter le mercredi 14 janvier 2015 à 14h00 place de la République à Gap. Ils seront photographiés pour constituer une galerie « in memoriam » puis proposés pour affichage à diverses institutions publiques locales.

 

Dans ce but, voici la liste des victimes des attentats du 7 janvier 2015 et des événements des 8 et  9 janvier :

 

7 janvier 2015

 

Jean Cabut, dit Cabu, dessinateur, 76 ans

Georges Wolinski, dessinateur, 80 ans

Stéphane Charbonnier, dit Charb, dessinateur, 47 ans

Bernard Verlhac, dit Tignous, dessinateur, 57 ans

Philippe Honoré, dit Honoré, dessinateur, 73 ans

Bernard Maris, dit Oncle Bernard, économiste, 68 ans

Elsa Cayat, psychanalyste, 54 ans

Franck Brinsolaro, policier, 48 ans, chargé de la protection de Charb

Ahmed Merabet, policier, 42 ans (brigade VTT)

Frédéric Boisseau, agent de maintenance, 42 ans, employé de l'entreprise Sodexo, première victime

Michel Renaud, ancien directeur de cabinet du maire de Clermont-Ferrand, 69 ans

Mustapha Ourrad, correcteur, 60 ans

 

8 janvier 2015

 

Tuée à Montrouge (Hauts-de-Seine) :

 

Clarissa Jean-Philippe, 25 ans, policière stagiaire

 

 

9 janvier 2015

 

Tuées lors de la prise d'otage de vendredi, porte de Vincennes à Paris, dans un supermarché casher :

 

 Yoav Hattab

Philippe Braham

Yohan Cohen

François-Michel Saada

 

 

P1800266.JPG

 

 

 


 

 

 

La population converge vers le lieu de rassemblement

P1800256.JPG

 

 

Hommage d'un musicien

P1800259.JPG

 

 

P1800260.JPG

 

 

 

P1800263.JPG

 

 

P1800271.JPG

 

 

P1800278.JPG

 

 

 

 


 

 

 

Au départ

P1800286.JPG

 

 

Sur les "grands boulevards"

P1800295.JPG

 

 

P1800302.JPG

 

 

P1800305.JPG

 

 

6000 participants

P1800313.JPG

 

 

 

P1800319.JPG

 

 

P1800320.JPG

 

 

P1800322.JPG

 

 

Devant la préfecture

P1800329.JPG

 

 

P1800339.JPG

 

 

Le préfet des Hautes-Alpes, interviewé par une TV locale

P1800344.JPG

 

 

P1800346.JPG

 

 

Prise de parole, au nom des journalistes, de Lionel Arce Menso, directeur départemental du Dauphiné Libéré

P1800347.JPG

 

 

Il a été demandé une minute d'applaudissements

P1800359.JPG

 

 

Prise de parole de jeunes manifestantes

P1800369.JPG

 

 

P1800370.JPG

 

 

Une minute de silence est observée en mémoire des victimes de la barbarie terroriste

P1800375.JPG

 

 

 

La Marseillaise n'a pas été appréciée par tous...

 


 

 

 

 

 

P1800382.JPG

 

 

Les grilles de la préfecture, lieu d'expression et d'affichage

P1800383.JPG

 

 

Une composante festive du cortège

P1800391.JPG

 

 

P1800393.JPG

 

 

P1800401.JPG

 

 

P1800403.JPG

 

 

P1800411.JPG

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 20:09

Jeudi 1er janvier 2015 Gap Théâtre de la passerelle  C’est dans une salle remplie que s’est déroulé le concert du Nouvel An, à deux reprises, 15h00 et 17h00. Cette année, point d’orchestre et de valses viennoises mais, comme l’a souligné Guy Robert, président du Comité des fêtes et d’animations de la ville de Gap, une nouveauté, le groupe Joyfully Gospel qui a placé ce concert sous le signe de la liberté (Freedom).

 

Le maire de Gap, Roger Didier, a présenté ses vœux à la population, non sans évoquer avec malice la qualité du déneigement de la ville qui suscite quelques critiques. Il a ensuite demandé au public d’observer une minute de silence à la mémoire de Jean-Yves Dusserre, président du conseil général et sénateur des Hautes-Alpes, disparu le samedi 27 décembre 2014, qui aurait eu 62 ans ce premier janvier.

 

Le groupe de gospel Joyfully fait référence tout le long du concert à la discrimination raciale et à l’espérance spirituelle d’une vie meilleure – il  est cité Nelson Mandela et Martin Luther King – passant de l’hommage aux negro-spirituals à une revisitation moderne des grands standards et à des créations contemporaines notamment pour les dix ans du groupe célébrés cette année. D’un Amazing Grace à Bob Marley en passant par Oh Happy Day et un clin d’œil au(x) film(s) Sister Act, le public a passé un moment rythmé et chaleureux.

 

P1800027.JPG

 

Présentation du concert et voeux du maire

P1790876.JPG

P1790881.JPG

 

 

P1790894.JPG

 

 

P1790903.JPG

 

 

P1790912.JPG

 

 

P1790916.JPG

 

 

 


 

 

 

 

 

 

P1790927.JPG

 

 

P1790931.JPG

 

 

P1790941.JPG

 

 

P1790944.JPG

 

P1790952.JPG

 

 

P1790957.JPG

 

 

P1790959.JPG

 

 

P1790964.JPG

 

 

P1790965.JPG

 

 

P1790967.JPG

 

 

P1790970.JPG

 

 

P1790979

 

 

P1790981.JPG

 

 

P1790985.JPG

 

 

P1790988.JPG

 

 

P1800010.JPG

 

 

 


 

 

 

 

P1800014.JPG

 

 

P1800020.JPG

 

 

 


 

 

 

 

 

P1800024.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

 

P1800040.JPG

 

 

 

P1800042.JPG

 

 

P1800043.JPG

 

 

P1800046.JPG

 

 

P1800047.JPG

 

 

P1800052.JPG

 

 

P1800060.JPG

 

 

P1800069.JPG

 

 

P1800073.JPG

 

 

P1800077.JPG

 

 

P1800094.JPG

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 21:57

Retour en images et vidéos sur les animations de Noël à Gap. Nous traiterons ultérieurement les animations de fin d’année. Nous ne prétendons pas être exhaustifs malgré les 146 photos et 12 vidéos mises en ligne. Ne figurent pas notamment la plupart des spectacles payants.

Organisation: Direction de la Culture de la Ville de Gap, Comité des fêtes et d'animations, et les partenaires, notamment associatifs, cités.

 

Voir l’édition 2013     ici  et 

 

 

Samedi 13 décembre 2014

 

Le groupe musical Tom Sawyer...

P1780303.JPG

 

 

 

...et les peluches géantes

P1780295.JPG

 

 

P1780307.JPG

 

 

 

Inauguration du marché de Noël


Concert des Trombones et Saxos du conservatoire sur la place Jean Marcellin

P1780311.JPG

 

 

P1780320.JPG

 

Discours du maire de Gap, Roger Didier

P1780342.JPG

 

A deux pas de là, le père Noël accueille ses premiers "clients"

P1780319.JPG

 

 

EXPOSITION "Il était une fois le père Noël"

à la chapelle des Pénitents, du 13 au 31 décembre 2014, de 10 à 12h et de 13h30 à 18h30.

(sauf jours fériés, fermeture à 16h00 les 24 et 31 décembre, entrée libre)

 

P1780356.JPG

 

 

P1780358.JPG

 

Visite de l'exposition, guidé par Pierre-Marie LOPEZ

P1780359.JPG

 

 

P1780360.JPG

 

 

P1780363.JPG

 

 

P1780364.JPG

 

 

P1780368.JPG

 

 

P1780371.JPG

 

 

 

P1780374.JPG

 

 

EXPOSITION à La Grange (La Placette) du 13 au 31 décembre 2014

de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h30 (fermeture à 16h00 les 24 et 31 décembre, fermée le lundi matin et le jeudi 18 décembre, entrée libre)

 

Dominique Jouve revisite la composition artistique, mettant en scène des matériaux naturels et en  perspective l'espace et le temps: à voir absolument...

 

 

P1780375.JPG

 

 

P1780376.JPG

 

 

P1780378.JPG

 

 

P1780381.JPG

 

 

P1780391.JPG

 

 

 

Le feu solidaire de l'association AMD

P1780407.JPG

 

 

P1780415.JPG

 

 

 

Dimanche 14 décembre 2014

 

 

Concert de l'ensemble "Sax et Trombones de Noël" du conservatoire, à l'abri de la pluie, place aux Herbes

P1780417.JPG

 

 

P1780426.JPG

 

 

Au même moment, place Jean Marcellin, le groupe de jazz manouche Tchava Genza

P1780443.JPG

 

 

A la cathédrale, la crèche attend Noël, hors de toute polémique bien que ce monument  appartienne à l'Etat

P1780451.JPG

 

 

Le spectacle de feu du Cirque de la Lune a dû être annulé du fait des conditions météorologiques. Il n'a pas été reprogrammé durant les vacances de Noël en raison de nombreuses contraintes techniques.

 

 

Mercredi 17 décembre 2014

 

Une fois de plus l'ensemble de trombones et saxophones est présent au rendez-vous, rue Jean Eymar, cette fois.

Il a profité de l'occasion pour poser...mais chut c'est un secret...

P1780652.JPG

 

 

P1780658.JPG

 

La rue Carnot illuminée

P1780668.JPG

 

 

Les "Joyfully Gospel" et le tripode de Noël ont cessé prématurément leur déambulation malgré une météo acceptable qui n'a pas dissuadé les Trombones et saxos de Noël du conservatoire de se produire. Nous ne publions donc pas de photos de cette animation.

 

 

Samedi 20 décembre 2014

 

 

La préfecture sensibilise en ces temps de fête...

P1780679.JPG

 

...désignez un SAM qui ne boira pas avant de sortir...

P1780680.JPG

 

 

 

Déambulation "Noël en Provence" avec le groupe aubagnais "Estello Aubanenco"

P1780715.JPG

 

 

P1780732.JPG

 

 

Démonstration de sculptures sur glace par trois sculpteurs haut-alpins

 

P1780738.JPG

 

 

P1780745.JPG

 

 

La glace noire, nouveauté sur cette animation, est obtenue avec un colorant alimentaire qui teinte la glace, de qualité professionnelle, dans la masse

P1780756.JPG

 

 

 

P1780757.JPG

 

 

Michal Zamojski, Xavier Bernard, Marcel Piot, les trois sculpteurs

P1780766.JPG

 

 

P1780771.JPG

 

 

P1780775.JPG

 

 

P1780776.JPG

 

 

P1780777.JPG

 

 

La partie du marché de Noël installée sur la place aux Herbes

P1780784.JPG

 

 

 

P1780790.JPG

 

 

P1780805.JPG

 

 

P1780816.JPG

 

 

Place Jean Marcellin, la maison du père Noël attend son illustre hôte parti distribuer des papillotes

P1780819.JPG

 

 

P1780821.JPG

 

 

Retour place aux Herbes

P1780823.JPG

 

 

P1780827.JPG

 

 

 

P1780833.JPG

 

 

P1780837.JPG

 

 

P1780842.JPG

 

 

P1780844.JPG

 

 

P1780848.JPG

 

 

 

Dimanche 21 décembre 2014

 

La Pastorale du Pays Gavot, c'est en résumé l'histoire d'une population alpine, avec ses traditions et ses métiers, qui va, mobilisée par les bergers (cette année), se diriger vers Bethléem où se prépare un événement d'une grande spiritualité. La mise en scène, vivante et agrémentée de parler local (occitan alpin et ses variantes), intègre également des animaux de la crèche et est d'une grande truculence.

L'association organise, le samedi 21 février 2015, le repas des jailles, plat traditionnel, voir  ici

 

Pastorale.jpg

 

 

P1780863.JPG

 

 

P1780866.JPG

 

 

P1780872.JPG

 

 

P1780874.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

P1780884.JPG

 

 

P1780886.JPG

 

 

P1780903.JPG

 

 

 

P1780909.JPG

 

 

P1780915.JPG

 

 

P1780922.JPG

 

 

P1780928.JPG

 

 

 

Monik & les Sex-Pistons, une fanfare déjantée qui joue souvent les trublions pour le plus grand plaisir du public

P1780946.JPG

 

 

 

 

Les Amants flammes, spectacle de feu de la compagnie Attrap'Lune qu'on avait pu découvrir l'an dernier. Jonglerie et poésie sur la place aux Herbes mais la disposition du public, à revoir, a fait bien des mécontents qui n'ont pu voir le spectacle. Séance de rattrapage:

 

 

P1780952.JPG

 

 

AmantsFlammes02.png

 

 

AmantsFlammes03.png

 

 

AmantsFlammes04.png

 

 

 

AmantsFlammes05.png

 

 

AmantsFlammes06.png

 

 

AmantsFlammes07.png

 

 

AmantsFlammes08.png

 

 

AmantsFlammes09.png

 

 

AmantsFlammes10.png

 

 

P1780956.JPG

 

 

P1780961.JPG

 

 

 


 

 

 

 

P1780967.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

P1780977.JPG

 

 

 

P1780983.JPG

 

 

 


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


 

 

 

 

P1790002.JPG

 

 

La chaleur du feu

P1790003.JPG

 

 

 

Lundi 22 décembre 2014

 

Balades gratuites en calèche pendant la durée du marché de Noël

 

P1790025.JPG

 

 

P1790027.JPG

 

 

P1790032.JPG

 

 

P1790035.JPG

 

 

 

Le clown Patrak de la compagnie Artem

P1790051.JPG

 

Humour garanti...

P1790068.JPG

 

...et mise à contribution du jeune public

P1790085.JPG

 

 

 

Les Voix animées, groupe vocal de six chanteurs, tout en subtilité

 

P1790115.JPG

 

 

P1790119.JPG

 

 

P1790131.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Mardi 23 décembre 2014

 

Dans le hall de l'hôpital

P1790137.JPG

 

 

 

UNE KERMESSE DE NOËL

 

Excellente initiative avec de nombreux jeux traditionnels pour enfants...et adultes.

Une occasion de prendre l'air et de se distraire en famille.

(Direction de la Culture, Pays Gavot, Maison du Tourisme, association Ludambule, Echiquier alpin)

 

P1790139.JPG

 

 

P1790140.JPG

 

 

Un stand de maquillage, vite pris d'assaut, animé par Carole, une vraie artiste...

De gauche à droite: Noria, Louison, Carole et Marie

P1790149.JPG

 

Quand on vous dit une vraie artiste...

P1790145.JPG

 

 

Cyrille Ri-Tourneur de Maniv'Ailes & son orgue de barbarie (petit modèle)

P1790153.JPG

 

 

P1790157.JPG

 

 

P1790162.JPG

 

 

P1790163.JPG

 

 

 

P1790165.JPG

 

 

P1790167.JPG

 

 

P1790176.JPG

 

Le soleil était présent mais la place de la République est restée...à l'ombre

P1790178.JPG

 

 

Cyrille Ri-Tourneur de Maniv'Ailes & l'orgue de barbarie (grand modèle)

P1790181.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

P1790203.JPG

 

 

 

P1790218.JPG

 

 

Tout un programme

P1790264.JPG

 

 

P1790269.JPG

 

 

P1790271.JPG

 

 

P1790280.JPG

 

 

 

Une partie des jeunes gagnants du jeu organisé par la Maison du tourisme à l'occasion de Noël (décorer une boule de Noël)

P1790317.JPG

 

Tirage par la main innocente de Yéliz, à gagner: forfaits en station de ski, vol en montgolfière...

P1790319.JPG

 

Les représentants de la Maison du Tourisme posent avec le père Noël. Son directeur, Pierre Kovacic, va rejoindre le Queyras prochainement

P1790320.JPG

 

 

La chorale des montagnes, dirigée par Kévin Oss. On se souvient de son clip de Noël et de la collaboration d'André Manoukian à un enregistrement studio.

P1790323.JPG

 

Pas très bien installée et dans le noir, elle aurait mérité mieux...

P1790326.JPG

 

Il est vrai que sa venue n'était pas annoncée dans le programme des animations de Noël

P1790329.JPG

 

 

P1790331.JPG

 

 

P1790333.JPG

 

 

P1790336.JPG

 

 

 

Mercredi 24 décembre 2014

 

Parade urbaine avec la compagnie Cartoon Show

 


 

 

 

 

A notre demande, le groupe a posé et, trouvant l'idée sympa, a renouvelé à plusieurs reprises des haltes pour permettre au public de se faire prendre en photo avec lui.

P1790355.JPG

 

 

P1790373.JPG

 

 

P1790377.JPG

 

 

P1790379.JPG

 

Intrusion musicale dans une boutique

P1790384.JPG

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Le père Noël pose souvent pour Anima Gap

P1790388.JPG

 

Il distribue aussi des papillotes aux donneurs de sang

P1790412.JPG

 

 

LE CHANT DU FILAMENT à l'Usine Badin (extension du Théâtre de la passerelle située 7 rue du Forest d'Entrais)

  Installation, concert d'ampoules

Du 20 au 30 décembre 2014, de 14 à 18h00 (relâche le 25) - gratuit

 

Euh, comment dire... c'est introspectif et cela questionne, comme toute expérience dite artistique...

Le mieux est de découvrir...

 

P1790413.JPG

 

 

P1790414.JPG

 

 

P1790426.JPG

 

 

 

P1790428.JPG

 

 

P1790431.JPG

 

 

 

 

Séance publique au stade de glace l'Alp'Arena sur les deux pistes avec un joli show de l'Axel Gap patinage artistique et l'arrivée du père-Noël par la voie des airs.

 

 


 

 

 

 


 

 

 

 

 

P1790457.JPG

 

 

P1790459.JPG

 

 

P1790467.JPG

 

 

P1790471.JPG

 

 

P1790474.JPG

 

 

P1790479.JPG

 

Nathalie Vincent, gapençaise d'origine lilloise, animatrice télé et coach personnelle et d'entreprise...

P1790486.JPG

 

 

...a posé avec le père Noël et souhaite de joyeuses fêtes à tous...

P1790489.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 12:50

Lundi 15 décembre 2014 Gap  Elle était attendue cette nouvelle salle d’escalade, dans une ville alpine qui compte de nombreux pratiquants. Certes il existait quelques installations, notamment dans les gymnases de la ville, mais loin de pouvoir répondre à la demande et de satisfaire aux critères permettant d’organiser des compétitions.

 

« Tout vient à point à qui sait attendre » a indiqué le maire, Roger Didier, avant de demander d’observer une minute de silence en mémoire de Michel Aubert, président disparu du Club Alpin gapençais avec lequel il avait entamé les premières réflexions sur ce projet. Rappelant la culture sportive de ce territoire, avec des champions comme Sylvain Millet et Stéphanie Bodet, il a précisé que Sylvain Millet (ASPTT) et Rolland Marie (CAF) avaient été étroitement associés à la conception de cette salle, en raison de leurs compétences techniques.

 

Au cours de quelques mois de travaux, la salle a été complètement isolée, l’été dernier, et son sol abaissé de 80 cm afin d’obtenir une hauteur de onze mètres. Ajoutons des vestiaires, une mezzanine qui accueillera ultérieurement une structure de blocs (pan d'escalade).

 

Quelques chiffres relatifs à cette structure artificielle d’escalade (SAE): 36 mètres de linéaire au sol, point le plus haut à 11 mètres, dévers le plus important atteignant 6 mètres, 28 relais, 3500 prises, plus de 90 voies à terme, 435 m2 de surface à grimper. L’espace à venir, côté mezzanine, mesure 4.50 m de haut, 9.50 m de large et représentera 45 m2 de surface grimpable.

 

Le mur est homologué pour accueillir des compétitions régionales. La salle d’escalade est la propriété de la ville de Gap mais sera cogérée par l’ASPTT escalade et le CAF (Club Alpin Français) de Gap, à travers une association, Le Duo des Cimes, présidée par Sylvain Millet. Elle sera ouverte aux licenciés comme aux non licenciés avec des créneaux spécifiques pour les premiers.

 

Les entreprises qui ont participé à la réalisation de la salle : Peller (gros œuvre et charpente métallique), Chaix (étanchéité), Isolance (flocage, isolation), PNR (cloisons, doublage), Charles menuiseries (menuiseries, bois), Fabris (carrelage), Scara et Compagnie (électricité), Gapençaise de chauffage (plomberie), Arc en Ciel (peinture) et Grimpomania (mur d’escalade).

 

Coût des travaux : 508 000 euros TTC dont 50 000 euros d’aide de la région PACA, autres aides attendues du conseil général des Hautes-Alpes et de la Fédération Française de Montagne et d’Escalade.

 

Duo des Cimes

Salle d’escalade

18ter route de la Justice

05000  GAP

 

 

P1780464.JPG

 

 

L'un des deux vestiaires, qui intègre aussi des sanitaires

P1780478.JPG

 

 

Le futur pan (mur de blocs) permettant une grimpe sans équipement

P1780481.JPG

 

 

P1780486.JPG

 

 

Joli surplomb de six mètres

P1780487.JPG

 

 

 

P1780493.JPG

 

 

 

P1780495.JPG

 

 

 

P1780496.JPG

 

 

P1780500.JPG

 

 

 

L'inauguration

 

Lorsque le maire s'essaie à l'escalade

P1780507.JPG

 

 

 

P1780511.JPG

 

 

Discours...

 

...du maire de Gap, Roger Didier

P1780515.JPG

 

...entouré de Rolland Marie, Sylvain Millet, Bernard Jaussaud, Mme Aubert

P1780523.JPG

 

...du vice-président de la région PACA, Bernard Jaussaud

P1780528.JPG

 

...du président de l'association Le Duo des Cimes, Sylvain Millet

P1780532.JPG

 

 

Couper du ruban inaugural

2014-12-21_12h18_36.png

 

 

En vidéo...

 


 

 

 

 

 

 

 

 

P1780545.JPG

 

 

Démonstration à la suite du couper de ruban

P1780549.JPG

 

 

 

 

 

En vidéo...

 


 

 

 

 

 

 

 

Rolland Marie, guide de haute-montagne, et Sylvain Millet, champion d'escalade

P1780569.JPG

 

 

Et les pratiquants s'élancèrent...

 

P1780580.JPG

 

 

P1780583.JPG

 

 

P1780594.JPG

 

 

P1780601.JPG

 

 

P1780606.JPG

 

 

Infos pratiques:

 

P1780612.JPG

 

 

P1780613.JPG

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 21:13

Vendredi 5 et samedi 6 décembre 2014 Gap   Le  Téléthon, c’est d’abord, depuis 1958, une association de parents et de malades, l’ AFM-Téléthon, qui mène un combat sans relâche contre des maladies génétiques, rares et lourdement invalidantes, notamment les maladies neuromusculaires (myopathies…). Puis depuis 1987, un événement médiatique venu des Etats-Unis (né en 1966) qui ne cesse de prendre de l’ampleur.  Les fonds recueillis d’année en année ont permis l’émergence de centres de recherche, le décryptage du génome humain et la mise en oeuvre de la thérapie génique.

 

A Gap,  de nombreux bénévoles ont donné de leur temps pour organiser et encadrer des animations visant à récolter des dons, afin de permettre à l'association l’AFM-Téléthon de poursuivre son combat contre la maladie.

 

On pouvait ainsi pédaler en rythme et en musique dans une salle de fitness ou un magasin de sport, acheter pain et tartes cuits au four banal (un grand succès), se faire coiffer, jouer au bridge, assister à un concert-spectacle au CMCL ou dans un bar, acheter des objets décoratifs, jouer au badminton, consommer crêpes et vin chaud, voir déambuler des étudiants infirmiers en tenue, participer à un marathon de jeux, à un parcours musculation et détente… bref, chacun pouvait trouver de quoi exprimer sa générosité tout en passant un bon moment.

 

Prélude à ces animations, le lancement des illuminations de Noël en présence des élus municipaux et du public.

Quelques images de cet événement solidaire (il est possible de donner en appelant le 36 37 ou  ici).  

 

 

P1770964.JPG

 

De jeunes participants au Téléthon 2014

P1770962.JPG

 

 

Mathilde et Isabelle ont donné de leur temps pour le Téléthon, comme de nombreux bénévoles

P1780252.JPG

 

 

Batakoa Batucada, groupe de percussions brésiliennes de l'association Tousamba a donné le tempo

P1770976.JPG

 

 

Le maire s'apprête à lancer le compte à rebours des illuminations

P1770979.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Un épicéa de 22 mètres provenant du col Bayard, 14 guirlandes à leds de 20 mètres, 400 mètres de guirlandes classiques, soit 680 mètres au total. Et seulement 12 euros d'électricité pour quatre semaines avec une consommation inférieure à 500 watt...

P1770993.JPG

 

 

 

 

D'autres lumières dans la ville

 

P1780009.JPG

 

P1780013.JPG

 

 

La vitrine mise en oeuvre et en scène par Jules Chiariello, collectionneur gapençais

P1780015.JPG

 

Décoration de Noël de la Maison du tourisme

P1780247.JPG

 

 

Dans la rue Pasteur

P1780016.JPG

 

 

De l'ambiance rue Pérolière

P1780019.JPG

 

 

Diverses structures privées ont participé au Téléthon

P1780004

P1780027.JPG

 

 

 

 

Le Centre Municipal de la Culture et des Loisirs (CMCL) a accueilli de nombreux spectacles. Parmi ceux-ci, le concert de Stéphan Orcière le vendredi soir précédé du show de Sébastien Bono, sosie de Michael Jackson.

Malheureusement, il semble qu'un problème de communication n'ait pas permis de remplir la salle, loin de là, pour un spectacle de 90 minutes d'une grande qualité. Nous vous en proposons donc un aperçu...et vous invitons à effectuer un don au 36 37

 

Stephan Orcière et Sébastien Bono, sosie de Michael Jackson, avant leur entrée en scène

P1780030.JPG

 

Plus vrai que nature

P1780058.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Stephan Orcière, du talent et de la sensibilité

P1780084.JPG

 

 

Son album  ici

P1780106.JPG

 

Pas de Stéphan...sans Aglaë à la danse

P1780075.JPG

 

 

P1780127.JPG

 

 

P1780193.JPG

 

 

P1780211.JPG

 

Quand Stéphan(e) dédicace une affiche pour Stéphane

P1780232.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

P1780238.JPG

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 21:06

Dimanche 30 novembre 2014  Gap  Le Quattro  C’est devant environ 900 spectateurs que l’ Orchestre d’harmonie de la ville de Gap, dirigé par Bruno Espitallier, a donné son grand concert annuel dédié à la protectrice des musiciens.

 

Deux questions à Thierry Bigot, président de cette association musicale, ici

 

Sur un tempo alerte, l’orchestre a décliné successivement trois univers, le cinéma, le jazz et les musiques du monde.

De Ben Hur à Super Frog en passant par l’Inspecteur Gadget, d’un medley jazzique au Jambo Africa de Mario Bürki, les musiciens ont enchanté le public deux heures durant. Public qui a rappelé deux fois les musiciens pour un Copacabana de Barry Manilow et un  Batumambe de l’Orchestre régional de Ségou (Mali) réarrangé pour le Combo belge afin de devenir le  générique de l’émission de France 3, Strip-Tease.

 

L’Orchestre d’harmonie de la ville de Gap est un pilier des manifestations de la cité, participant à de nombreux événements aussi divers que les cérémonies officielles, les moments festifs et les concerts inscrits dans sa programmation. Ses effectifs se sont rajeunis cette année avec le déplacement de la répétition générale hebdomadaire du samedi après-midi vers le vendredi soir, facilitant la présence de tous.

 

En lien étroit avec le conservatoire à rayonnement départemental, il permet à de nombreux musiciens de s’exprimer collectivement avec un brassage des générations, source d’enrichissement. L’ensemble recrute toute l’année et entretient une ambiance conviviale qui contribue à la dynamique générale de cette formation qui a célébré l’an dernier ses 90 ans d’existence…

 

P1770919

 

Entrée du Quattro, salle de spectacle de 1082 places assises (2068 debout dont 266 assises)

P1770766.JPG

 

 

 

P1770760.JPG

 

 

 

P1770768.JPG

 

 

 

P1770773.JPG

 

Le charismatique directeur musical

P1770801.JPG

P1770807.JPG

 

 

 

P1770815.JPG

 

 

Hommage notamment à Chaplin

P1770819.JPG

 

 

L'orchestre a son présentateur

P1770830.JPG

 

 

P1770831.JPG

 

Ça cartoon

P1770833.JPG

 

 

Tour de pupitres

 

P1770863.JPG

 

 

P1770866.JPG

 

 

P1770875.JPG

 

 

P1770880.JPG

 

 

P1770883.JPG

 

 

P1770886.JPG

 

 

Thierry Bigot, président de l'association Orchestre d'harmonie, adresse de nombreux remerciements

P1770900.JPG

 

Musiques du monde

P1770928.JPG

 

 

P1770932.JPG

 

Au coeur de l'orchestre

P1770943.JPG

 

 

P1770944.JPG

 

Après l'effort, voici bientôt le réconfort, moment convivial

P1770762.JPG

 

 

 

 

Vidéos

 

 

 


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

Voir l’édition 2013

 


Partager cet article

Repost0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 00:06

Samedi 22 novembre 2014  Gap  11h40  C’est avec une semaine de retard, pour cause de météo défavorable, que la rue Jean Eymar rénovée a été inaugurée sous un soleil radieux. Le maire de Gap, Roger Didier, a prestement coupé le ruban inaugural avant qu’une Marseillaise magistrale interprétée par l’orchestre d'harmonie ne fige l’assemblée.

 

Puis une déambulation, physique comme historique, conduite par Jean-Pierre Reybaud, fin connaisseur de l’histoire locale, a débuté « …de la Grande Charrière à la rue Jean Eymar». La Grande Charrière, en occitan alpin, cela signifie la grande rue, là où passaient les charrois (transports en chariot, charrette, tombereau…)  a spécifié JP Reybaud. En effet, la rue était autrefois la plus grande de Gap, à proximité des remparts, reliant la porte Garcine (square Jean Moulin actuel) jusqu’à la porte Jaussaude à l’autre bout de la rue (côté cité administrative Desmichels). Appelée aussi au fil des siècles rue Souveraine puis en 1820 Grande rue*. Il évoque également la rue Rochemaure, aujourd’hui disparue mais encore représentée par une arche, vestige d’une maison écroulée en 1962.

 

Pendant les travaux, on a (re)découvert un puits datant du milieu du XIVème siècle (expansion de Gap dans ses troisièmes remparts), à proximité de la boulangerie située à l’entrée ouest de la partie rénovée (la partie haute de la rue le sera ultérieurement). Ce puits (le puits des Faure) sera valorisé dans un futur proche. Il y avait aussi un puits à l’autre extrémité, côté La Placette, devant les vins Bertrand, le puits des Chabert.

 

A la deuxième halte, au niveau du passage de la Citadelle (qui donnait accès aux citadelles de la colline de Puymaure), Jean-Pierre Reybaud rappelle l’existence d’un magasin UNA qui était tenu par Raymond Sarrazin, et comportait un escalier roulant mécanique, le premier de Gap, faisant la joie des enfants qui s’amusaient à monter et redescendre. Il rappelle également le souvenir de cette épicière (Marie-Jeanne Hiesse) qui a tenu un commerce à cet endroit, de 1956 à 1989, et qui est décédée il y a une quinzaine de jours.

 

La rue accueillait aussi une forte communauté arménienne (épiciers, cordonniers…), c’est encore le cas, et le commerce familial le plus ancien, les vins Bertrand, remonte à quatre générations.

 

Troisième halte, à l’angle de la rue de l’Imprimerie, au-dessus du n° 36, un imprimeur a été sculpté en souvenir de l’imprimerie où étaient imprimés les textes officiels nationaux. Plusieurs petites rues perpendiculaires (des coursives) donnaient accès, pour les soldats, à l’une des dix-neuf tours qui jalonnaient les remparts de Gap (situés à cet endroit à l’emplacement du boulevard de La Libération).

 

Quatrième halte, au terme de la déambulation, JP Reybaud parle du présent de la rue, indique qu’au niveau de la rue de la Tour du Verger, existe un cadran solaire, restauré par Rémi Potey, cadranier, en 1995, mais sans doute l’un des plus anciens du département. En face on peut voir une plaque d’assurance comme on en apposait autrefois pour indiquer que la maison était assurée. La plupart ont été retirées lors de la rénovation des façades. A ce niveau se trouve aussi la fenêtre la plus ancienne de Gap, remontant au XVème siècle et maintenant murée. Jean-Pierre Reybaud évoque enfin Jean Eymar, vétérinaire de son état et ancien maire de Gap, du 17 mai 1925 au 15 juillet 1927. La rue porte son nom depuis 1929. En juillet 1927, Jean Eymar eut un différend avec le commandant de la garnison de Gap et mourut quelques jours plus tard d’un arrêt cardiaque, à son cabinet.

 

Vint alors l’allocution du maire, lequel souligna en premier lieu la météo splendide. Parlant d’un nouveau départ pour cette rue, en plus d’être une récompense et une fête, il se déclara heureux de cette rénovation, du lien social ainsi valorisé et de l’ambition affichée de ne pas voir mourir le centre-ville comme dans de nombreuses villes en France.

 

Insistant sur la nécessité de revitaliser encore et encore ce centre-ville, il a évoqué les aménagements précédents : la place aux Herbes, la place de la République (et la polémique sur les arbres centenaires), le square Henri Dunant (et la polémique sur le savonnier -un arbre- menacé et le stationnement), la place Gavotte (laquelle sera achevée sur le fond avec mise en place d’une statue achetée à l’occasion de l’exposition annuelle organisée par la ville dans les rues de Gap), la zone piétonne historique (flambage des pavés et dalles pour les rendre moins glissants).

 

Il a annoncé la poursuite de la rénovation du centre-ville: rue Grenette (en cours), liaison place Gavotte-square Henri Dunant, partie supérieure de la rue Jean Eymar (dès le mois de mars 2015, réflexion de l’équipe municipale). Plus tard, la création d’un vrai parvis devant la cathédrale (demande récurrente de l’évêque de Gap et d’Embrun, Mgr Jean-Michel Di Falco Leandri) afin que le monument d’Etat, véritable bijou architectural, soit mis en valeur comme il convient et que la population puisse se retrouver pour diverses manifestations comme Gap en Famisol. Enfin, le projet du Carré de l’Imprimerie dont la ville maîtrise environ 60% du foncier, dossier complexe mais qui permettra s’il aboutit de créer commerces et logements, de préserver les deux cinémas, Le Centre et Le Club (salle art et essai).

 

Soulignant que cette rue emblématique avait une histoire, comme l’avait montré Jean-Pierre Reybaud, il a indiqué qu’elle avait aussi une âme. Revenant sur les difficultés rencontrées au cours des travaux, il a évoqué le problème de l’accessibilité et a parlé également des surprises que ces travaux avaient réservées, comme ce puits daté du 14ème siècle qui sera nettoyé, éclairé, et rendu visible par un couvercle transparent. Passant alors la parole à Jean-Pierre Jaubert, ancien conseiller municipal et consultant histoire pour la ville, celui-ci a rappelé l’histoire de ce puits, redécouvert déjà il y a une trentaine d’années lors d’une première rénovation, protégé alors par une dalle en béton. Ce puits, dont l’existence en 1376 est relatée dans l’Histoire de la ville de Gap de Joseph Roman, à l’angle de la rue Souveraine et de la rue du Palais de Justice, fut par la suite le lieu d’implantation d’une brandoire, fontaine à pompe évoquée par Justin Barrachin (1888-1967) dans son ouvrage « La Montagne m’a dit… » édité en 1938 et illustré par l’affichiste gapençais Lucien Achille Mauzan.

 

Enfin, parlant d’une rénovation conduite dans le cadre d’une concertation exemplaire avec les commerçants, artisans et riverains, le maire a souligné les relations constructives entretenues avec l’association de la rue Jean Eymar, Madame Faure son ancienne présidente, et Mme Fabienne Keller qui lui a succédé. Egalement des « souffrances » endurées au cours des travaux, notamment dans un contexte de crise économique, de concurrence du commerce périphérique et d’internet. Il a souligné la nécessité de faire preuve de solidarité et de dynamisme, s’est réjoui de la présence dans l’assemblée d’un ancien président de la Chambre du Commerce et d’un actuel de la Chambre des Métiers, exprimant l’espoir de voir se rouvrir des commerces dans la rue. Parlant d’une réalisation d’un bon rapport qualité-prix, il a indiqué le coût de ces travaux qui se monte à 625 000 euros hors taxe, avec la participation du conseil général (74700 euros pour l’aménagement de surface, 61000 euros pour les aménagements souterrains), du conseil régional (70000 euros pour l’ensemble), a remercié les entreprises qui ont exécuté les travaux, Gaudy pour les terrassements et réseaux, Routière du Midi pour le revêtement, PMTP 05, Lagier pour le dallage, ETEC pour les câblages et l’électricité. Remercié également ses collaborateurs, en particulier le directeur des services techniques, le conducteur des travaux,  Vincent Schiazza, son adjoint aux travaux et à la proximité, Jean-Pierre Martin.

 

Terminons sur une note plus personnelle. Nous regrettons que la ville de Gap ne nous envoie pas les dossiers de presse et invitations aux différents événements dont elle est maître d’œuvre,  comme nous l’avions demandé par le passé en fournissant une adresse électronique au service communication.

En effet, Anima Gap a pour objet statutaire : soutenir, promouvoir des animations à caractère culturel, sportif, social, événementiel, scientifique, éducatif ou ludique, organisées sur le territoire de la commune de Gap et organiser des manifestations sur ce même territoire visant d’une manière générale à en favoriser la promotion et le développement.

 

Par ailleurs, force est de constater que la généralisation de l’usage des smartphones et autres appareils connectés permettant les prises de vue, photos et vidéos, engendre une certaine confusion sur les lieux de reportage et justifierait une réflexion déontologique pour respecter quelques règles de base sur le terrain …

 

*d’après les recherches de Paul Guillaume ancien archiviste :

1376 carreria superior

1422 carreria superna

1513 rue de la porte Jaussaude ou Superna

1522 chariero Sobeyrainne

1544 rue Sobeyrane, Soubeyranne, Soverayne, Souveraine

Le mot de souveraine signifie donc rue supérieure,

 Grande rue :  après le conseil municipal du 6 février 1820

puis rue Jean Eymar .

 

Merci à Jean-Pierre Jaubert pour ces précisions.

 

 

P1770524.JPG

 

 

La grande rue

P1770523.JPG

 

 

P1770532.JPG

 

La jeune garde de l'orchestre d'harmonie

P1770533.JPG

 

 

Présent à de nombreuses manifestations, l'orchestre d'harmonie est le fer de lance de l'animation des moments marquants de la vie de la cité gapençaise. L'orchestre, dont le niveau monte d'année en année, répète maintenant le vendredi soir au conservatoire, en remplacement du samedi après-midi, ce qui permet de libérer le week-end. La formation recrute constamment. Inscriptions au conservatoire à rayonnement départemental.

P1770556.JPG

 

Couper du ruban inaugural

P1770562.JPG

 

Le Cirque de la lune, fidèle pilier également des manifestations gapençaises

P1770578.JPG

 

Jean-Pierre Reybaud, en garde-champêtre de circonstance, a animé la déambulation

P1770601.JPG

 

Arrêt jonglage

P1770616.JPG

 

Au-dessus du n° 36, sculpture d'un imprimeur, témoignant du passé de la rue de l'Imprimerie, perpendiculaire à la rue Jean Eymar

P1770622.JPG

 

Gap, ville du sud

P1770637.JPG

 

Fenêtre du 15ème siècle, maintenant murée, la plus ancienne de Gap offerte aux regards

P1770642.JPG

 

Allocution du maire

P1770655.JPG

 

Prise de parole de Jean-Pierre Jaubert

P1770675.JPG

 

Brandoire (fontaine à pompe), illustration de Lucien-Achille Mauzan

P1770698.JPG

Source: "La Montagne m'a dit..." de Justin Barrachin

 

Vin d'honneur final

P1770685.JPG

 

Tout se termine en musique

P1770687.JPG

 

 

 

Partager cet article

Repost0