Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 20:42

Mardi 8 juillet 2014 Gap Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption  Sylvain Pluyaut, organiste dijonnais, a ouvert les Mardis de l’Orgue 2014.

 

Professeur au conservatoire régional de Dijon et titulaire de plusieurs prix, Sylvain Pluyaut a enregistré un CD en 1995 sur l’ orgue Jean Dunand de la cathédrale de Gap.

 

Le concert, organisé en trois parties, faisait entendre des œuvres classiques (Rameau), romantiques (Lefebure-Wely, Guilmant), modernes (Jacques Berthier), ponctuées d’ œuvres vocales interprétées par la Chorale des Cordeliers, dont un magnifique extrait du Cantique de Jean Racine.

 

Sylvain Pluyaut, en bon pédagogue, est descendu à plusieurs reprises pour apporter des explications au public sur les œuvres jouées. Public un peu clairsemé pour cette première de la saison (200 personnes environ pour 400 à 500 en moyenne).

 

Michel Bernard-Reymond, président des Amis de l’Orgue, présentait les œuvres de ce concert et dirigeait la Chorale des Cordeliers.

 

P1690855.JPG

 

 

Un orgue...

P1690893.JPG

 

 

Un public...

P1690860.JPG

 

 

 

Un organiste... (Sylvain Pluyaut) et un vidéaste (Xavier Petit)...

P1690870.JPG

 

 

Une chorale...

P1690880.JPG

 

 

Un public...

P1690885.JPG

 

 

Un chef de choeur-présentateur...

P1690892.JPG

 

 

Un concert...

P1690894.JPG

 

 

Des explications...

P1690900.JPG

 

 

Un écran pour retransmettre au public...

P1690907.JPG

 

 

Un puissant projecteur...

P1690913.JPG

 

 

Merci...

P1690910

 

 

 

 

Deux vidéos...

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 22:19

Vendredi 4 juillet 2014 Gap  Déambulation au départ de la place Gavotte  Les Têtes de Linettes, beaucoup de gapençais les connaissent. On avait pu notamment les découvrir le 8 mars dernier au Royal pour la Journée de la femme ou l’été dernier dans les déambulations de Gap en Famisol ou encore en automne au Cabaret Pop (en liquidation judiciaire, hélas).

 

Et comme tout le monde a aimé, il fallait forcément qu’elles reviennent…

Ce trio vocal féminin, pur « produit » haut-alpin, composé de Fanette, Julie et Floriane, toutes auteures-compositrices (osons ce terme) manient aussi bien la dérision qu’elles triturent leurs cordes vocales. Cela donne un mélange étonnant et détonant, qui surtout ne détonne pas.

 

Au fil d’un périple à bord d’un carrosse très spécial, le public à ses trousses, entre deux averses, le trio escalade les murs, envahit la salle du conseil municipal où une Linette se fait première magistrate, opère une incursion, ballon de rugby en mains, au milieu des supporters de l’équipe de France de football en pleine retransmission en plein-air du match France-Allemagne (huitièmes de finale de la Coupe du Monde), donne un mini- récital intimiste dans une ancienne chapelle reconvertie en salle de concert.

 

Bien sûr, le chant est omniprésent mais les voix se font aussi onomatopées et le corps, outil de percussion. Les instruments assurent les transitions au cours de la déambulation. Et toujours, l’humour et l’ironie, la joyeuse provocation, pas loin de la folie douce. Bref, un doux moment de déraison musicale pour les quatre-vingts spectateurs qui ont accompagné ce trio de charme et de choc  « recruté » par la direction de la Culture de la Ville de Gap pour ce vendredi en famisol…

 

Au départ de la place Gavotte

P1690659.JPG

 

 

Invitation

P1690663.JPG

 

 

Déambulation avec haltes

P1690668.JPG

 

 

En fond, de couleur ocre, la plus vieille maison de Gap (certes rénovée...)

P1690672.JPG

 

 

Prise de risque

P1690685.JPG

 

 

 

P1690697.JPG

 

 

Facétie avec la complicité du public

P1690711.JPG

 

 

 

P1690713.JPG

 

 

Arrivée à l'Hôtel de Ville

P1690717.JPG

 

 

 

P1690720.JPG

 

 

 

P1690728

 

 

Dans la salle du conseil municipal

P1690729.JPG

 

 

Une nouvelle maire

P1690732.JPG

 

 

 

P1690735.JPG

 

 

P1690736.JPG

 

 

 

P1690738.JPG

 

 

P1690740

 

 

 

P1690744.JPG

 

 

Le match France-Allemagne bat son plein...

P1690652.JPG

 

 

...bonne occasion pour la jouer "provoc" avec un ballon de rugby

P1690747.JPG

 

 

 

P1690751.JPG

 

 

 

P1690756.JPG

 

 

Carrosse cherche bras pour pousser...

P1690758.JPG

 

 

Mini-récital intimiste dans l'ancienne chapelle des Pénitents

P1690761.JPG

 

 

 

P1690771.JPG

 

 

Eh oui, elles ont un CD

P1690784.JPG

 

 

Avant de se quitter...

P1690786.JPG

 

 

 

 

...une petite vidéo pour la route...

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 21:58

Jeudi 3 juillet 2014 Gap  Place de la République  C’est le groupe de reggae Meta and The Cornerstones qui a ouvert la saison estivale de la programmation Gap en Famisol initiée par la Direction de la Culture de la Ville de Gap.

 

Entre Tilburg aux Pays-Bas et Cascais au Portugal, le groupe de musique reggae a posé ses valises à Gap, le temps d’un concert chaleureux. Ce groupe réalise une synthèse de la musique afro-pop, hip-hop, rock, et soul music, transcendant les barrières géographiques et linguistiques, mêlant anglais, français, wolof et fulani.

 

Meta Dia a baigné durant son enfance sénégalaise dans la musique de Gregory Isaacs et Bob Marley qu’il entendait à la radio, et a très vite concrétisé son rêve de devenir musicien, formant son premier groupe, Yalla Suuren, en l’an 2000. Après plusieurs collaborations, reconnaissances, et un court séjour à New-York, Dia a créé le groupe Meta and The Cornerstones avec  Adrian Djoman (basse), Shahar Mintz (guitare solo), Andre Daniel (clavier), Ian Joseph (batterie) et Daniel Serrato (guitare), lesquels ont apporté chacun leur influence (caribéenne, africaine, américaine…). Le groupe  a joué avec les plus grands : Luciano, Steel Pulse, Clinton Fearon, Alpha Blondy, Israel Vibration, Lee Perry,Tanya Stephens, Gentleman, Groundation …

 

En 2007, le groupe a été personnellement invité par la star internationale sénégalaise Youssou N’Dour à se produire au Nokia Theatre de New-York puis a réalisé son premier album en 2008.

 

Le groupe actuel est composé de Meta Dia (chanteur), Rupert McKenzie (basse), Aya Kato (clavier), Wayne Fletcher (batterie), Shahar Mintz (guitare) et Daniel Serrato (seconde guitare). En avril 2013, un second album, produit par VPAL – VP Records et distribué par Fontana/Universal, a vu le jour (premier groupe africain à signer avec ce label). Réalisé à Kingston en Jamaïque dans le mythique studio Tuff Gong (dur comme un gong, surnom de Bob Marley qui créa ce studio pour s’affranchir des producteurs jamaïcains), il constitue un hommage aux ancêtres et vise, en 14 titres, à préserver l’héritage et l’histoire de l’humanité, faisant le lien entre Afrique et Jamaïque.  

 

P1690607.JPG

 

 

Martine Bouchardy, maire adjointe à la Culture

ouvre la saison 2014 de Gap en Famisol...

P1690575.JPG

 

...puis Armand Vache, administrateur du Quattro,

présente le groupe de musique reggae

P1690579.JPG

 

 

 

P1690587.JPG

 

 

P1690595.JPG

 

 

P1690596.JPG

 

 

P1690599.JPG

 

 

P1690602.JPG

 

 

P1690614

 

 

 

P1690618.JPG

 

 

 

P1690621.JPG

 

 

 

P1690624.JPG

 

 

 

P1690625.JPG

 

 

 

P1690628.JPG

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 20:15

Samedi 28 juin 2014  Gap Le Quattro  C’est devant 800 spectateurs environ que les chorales Sing’Phonie et A Croche Chœur ont présenté une version des Carmina Burana de Carl Orff, dans une réduction pour deux pianos et percussions.  Issue de 24 poèmes médiévaux, l’œuvre donne la primauté au rythme avec une présence intense des percussions mais fait également la part belle aux chœurs et aux solistes. La thématique est profane et se réfère davantage aux plaisirs et vicissitudes de l’existence qu’à une dimension religieuse même si religion et vie quotidienne furent très largement intriquées au Moyen-Age. Cette cantate scénique s’ouvre et se referme avec un chœur de légende,  O Fortuna. Barbara Blivet, soprano, Vincent Vantyghem, baryton et Gilles San Juan, ténor, ont mis leur talent de soliste au service des chœurs, soutenus par la précision rythmique des deux pianistes, Danièle Dusseau et Michel Lestchiner.

 

Ce concert est le fruit de deux ans de travail avec des choristes motivés sous la houlette de Kevin Oss, américain devenu…gapençais et musicien professionnel.

 

Quelques images et vidéos :

 

P1690396.JPG

 

 

 

800 spectateurs environ

P1690379.JPG

 

 

Arrivée des choristes au milieu du public

P1690395.JPG

 

 

 

P1690397.JPG

 

 

 

P1690396-copie-1.JPG

 

 

P1690403.JPG

 

 

 

P1690404.JPG

 

 

 

P1690405.JPG

 

 

 

P1690407.JPG

 

 

P1690409.JPG

 

 

P1690410.JPG

 

 

P1690413.JPG

 

 

P1690416.JPG

 

 

P1690425.JPG

 

 

P1690432.JPG

 

 

 

P1690445.JPG

 

 

P1690460.JPG

 

 

P1690466.JPG

 

 

P1690474.JPG

 

 

Après l'effort, le réconfort

P1690476.JPG

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 16:08

21 juin 2014  Riche édition de la Fête de la Musique dans les rues de Gap avec  83 groupes répartis dans 23 lieux différents, sans compter les invités de dernière minute…

 

 

 

 

P1680876.JPG
 

 

 

Retour en images  au gré d’un parcours aléatoire et subjectif :

 

Place Jean Marcellin 

 

Cuivres du conservatoire

P1680859.JPG

 

 

 

 

Place aux Herbes

 

Ensembles du conservatoire

 


P1680906.JPG

 

 

 

P1680922.JPG

 

 

 

P1680927.JPG

 

 

 

P1680969.JPG

 

 

P1680979.JPG

 

 

P1690045.JPG

 

 

 

 

Temple protestant

 

Chorale Guillaume Farel

P1690152.JPG

 

 

 

 

Rue de la Terrasse

 

 

Un exemple de "off" avec Karine, Malika, Jean, Pascal, Marc

P1690167.JPG

 

 

 

 

Rue Carnot

 

Chorale Les bons amis

P1690169.JPG

 

 

 

Invitée-surprise, la fanfare Monik et les Sex Pistons

P1690184.JPG

 

 

 

Variété-pop avec Dégats une fille

P1690196.JPG

 

 

 

Pop-rock avec Kotorep

P1690199.JPG

 

 

 

Au Y des rues de France et Pérolière

 

Reggae-dub festif avec Forest Riddim

P1690221.JPG

 

 

 

Place de la République

 

Plateau avec les ateliers de l'association Impulse: reggae avec Fayabro, rock avec Walc, Pop-Rock avec Red pPhone, 2Day, Métal avec Dark Ascendancy, Rock-Reggae avec Dizziness, Rock alternatif festif avec Zomething, Rock-métal alternatif avec The Creeps, chant, percussions et danses africaines, ensemble de batterie.

 

P1680952.JPG

 

 

P1690027.JPG

 

 

P1690110.JPG

 

 

P1690270.JPG

 

 

P1690279.JPG

 

 

P1690284.JPG

 

 

 

Place Gavotte

 

Danses israéliennes avec Mosaïc Danse

P1680954.JPG

 


Danse country avec Alpache Mountains

P1690070.JPG

 

 

Encore un peu de "off" avec une jolie voix

P1690131.JPG

 

 

 

 

Esplanade de la Paix - Nelson Mandela

 

 

Les voix enfantines de l'école maternelle de Puymaure

P1680958.JPG

 

 

Kevin Oss, le plus gapençais des américains, et ses chorales

P1690206.JPG

 

 

 

 

Esplanade du conseil général

 

Section hip-hop

P1680982.JPG

 

 

P1680985.JPG

 

 

Danses polynésiennes avec Vahiné Ratéré

P1690075.JPG

 

 

P1690079.JPG

 

 

P1690084.JPG

 

 

Démonstrations de danse jazz, classique, orientale et...salsa avec Ainsi Danse

 

P1690087.JPG

 

 

P1690100.JPG

 

 

 

 

Place de Verdun

 

La place était dédiée à la musique Electro par Hétéro clit: Maxime KRK, Neketona, Brenzi, The Words, Koeten, Brenzi vs Automakids avec également un spécial "back to back"

 

P1690231.JPG

 

 

 

A l'hôtel de Verdun, une des organisations privées, avec Manu

P1690235.JPG

 

 

 

 

 

A la préfecture

 

Ensemble vocal Thélia

P1680986.JPG

 

 

 

Orchestres à cordes du conservatoire


P1680994.JPG

 

 

P1690013.JPG

 

 

P1690019.JPG

 

 

 

La Placette

 

Les Mandoles

P1690122.JPG

 

 

Qui n'aimerait chanter avec Jackie Hosquet que l'on rencontre aussi au sein du groupe Reflux

P1690129.JPG

 

 

Du rock avec Les staff Only

P1690257.JPG

 

 

 

 

Salle du Royal

 

Des chansons basques avec Michel Aguer précédées des musiques irlandaises d'Aveline Gau

P1690138.JPG

 

 

L'épopée Le Roi du New-Dayland chantée par son compositeur, Eugène Mignon

P1690223.JPG

 

 

 

 

A côté du cinéma Le Club

 

Danse en continu avec Canelle 05, Tiempo Latino, Tango passion, La Milonguita

 


P1690144.JPG

 

 

...et bal

P1690228.JPG

 

 

 

 

 

Eglise des Cordeliers

 

Messe en ut mineur de Mozart (extraits) et musique sacrée

 

P1690239.JPG

 

 

P1690244.JPG

 

 

P1690252.JPG

 

 

 

 

Chapelle des Pénitents

 

Un ensemble mythique à la présence trop rare qui magnifie depuis plusieurs décennies la musique des Andes, de Bolivie, de l'Equateur et du Pérou, c'est Kausasun  .

 

 

P1690259.JPG

 

 

P1690262.JPG

 

 

P1690265.JPG

 

 

P1690268.JPG

 

 

 

 

Voir l'édition 2013

 

 

Partager cet article

Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 12:53

Samedi 7 juin 2014 Gap Esplanade du conseil général   Rêvons ensemble, c’était l’ambition des 135 jeunes (et moins jeunes) artistes amateurs du  Cirque de la Lune et le titre de leur spectacle. Pendant plus de deux heures, jongleries, clowneries, acrobaties au sol et aériennes ont enchanté un public venu en nombre, environ 700 spectateurs.

 

Décliné en quatre parties, le spectacle a commencé par «  Le cirque fait son cinéma » présenté dans le cadre d’une thématique du Musée-Muséum de Gap  (Le Cirque des Lumières) et plus récemment encore au festival  « Etang d’Arts » au Parc Borély à Marseille.

 

A suivi une création du groupe parents-enfants chorégraphiée par Aurélie Dauphin.

 

Ensuite « Rêvons ensemble » a pris le relais pour emmener le public autour du monde à partir d’une boîte à musique.

 

Enfin, « Les éclaireurs d’étoiles » ont assuré le bouquet final en jonglant avec le feu,  comme ils l’avaient fait à Gap pour les fêtes de Noël et à Marseille au mois de mai.

 

Beaucoup de travail derrière tout cela et la fierté de le montrer.

 

Retour en images :

 

 

P1670887.JPG

 

 

Ouverture du spectacle par le président, Jean-Noël Eynaud

P1640860.JPG

 

 

 

P1640864.JPG

 

 

P1640868.JPG

 

 

 

P1640872.JPG

 

 

P1640875.JPG

 

 

P1640893.JPG

 

 

P1640896.JPG

 

 

P1640948.JPG

 

 

 

P1650060.JPG

 

 

P1650085.JPG

 

 

P1650193.JPG

 

 

P1650221.JPG

 

 

P1650289.JPG

 

 

P1650327.JPG

 

 

P1650362.JPG

 

 

P1650482.JPG

 

 

P1650538.JPG

 

 

P1650572.JPG

 

 

P1650644.JPG

 

 

P1650680.JPG

 

 

P1650826.JPG

 

 

P1650930.JPG

 

 

P1650958.JPG

 

 

P1650997.JPG

 

 

P1660065.JPG

 

 

P1660112.JPG

 

 

P1660146.JPG

 

 

P1660282.JPG

 

 

P1660324.JPG

 

 

P1660362.JPG

 

 

P1660375.JPG

 

 

P1660518.JPG

 

 

P1660564.JPG

 

 

P1660602.JPG

 

 

P1660627.JPG

 

 

P1660663.JPG

 

 

P1660696.JPG

 

 

P1660719.JPG

 

 

P1660774.JPG

 

 

P1660808.JPG

 

 

P1660819.JPG

 

 

P1670007.JPG

 

 

P1670032.JPG

 

 

P1670046.JPG

 

 

P1670162.JPG

 

 

P1670194.JPG

 

 

P1670296.JPG

 

 

P1670483.JPG

 

 

P1670524.JPG

 

 

P1670550.JPG

 

 

P1670628.JPG

 

 

P1670666.JPG

 

 

P1670686.JPG

 

 

P1670844.JPG

 

 

P1670887-copie-1.JPG

 

 

P1670990.JPG

 

 

P1680050.JPG

 

 

P1680057.JPG

 

 

P1680115.JPG

 

 

P1680177.JPG

 

 

P1680216.JPG

 

 

P1680225.JPG

 

 

P1680249.JPG

 

 

P1680259.JPG

 

 

P1680281.JPG

 

 

P1680306.JPG

 

 

P1680331.JPG

 

 

P1680342.JPG

 

 

P1680359.JPG

 

 

P1680373.JPG

 

Noma, dans ses oeuvres

P1680377.JPG

 

 

P1680399.JPG

 

 

P1680408.JPG

 

 

P1680412.JPG

 

 

P1680453.JPG

 

 

P1680488.JPG

 

 

P1680537.JPG

 

 

P1680646.JPG

 

 

P1680679.JPG

 

 

 

Voir les éditions:

 

2012

 

2013

 

 2013 bis


Partager cet article

Repost0
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 21:56

Mardi 3 juin 2014 Gap Le Quattro  Cette année encore, les élèves du Conservatoire de Gap se sont surpassés pour proposer un divertissement inspiré d’un courant musical impressionniste sur des compositions de Fauré, Debussy, Ravel, Poulenc et Milhaud. Impressions françaises, telle était en effet la dénomination de ce spectacle de danse, chorégraphié par Jocelyne Liberatore, accompagné par des élèves des classes de flûte de Claire Marzullo et de piano de Céline Désormeaux.

 

Ce moment attendu et parfois redouté permet de valoriser le travail effectué tout au long de l’année par les différentes classes de danse, mélange de rigueur et de technique pour faire émerger au final des talents naissants ou confirmés à travers une production artistique.

 

Retour en images :

 

 

P1640635.JPG

 

 

 

Tableaux d'ouverture


 

P1640636.JPG

 

 

 

P1640637.JPG

 

 

P1640638.JPG

 

 

 

P1640639.JPG

 

 

P1640640.JPG

 

 

 

 

La musique, fil conducteur


 

P1640647.JPG

 

 

 

CRD03-2014-06-09_17h47_45.png

 

 

 

P1640652.JPG

 

 

P1640659.JPG

 

 

 

CRD05-2014-06-09_17h56_37.png

 

 

P1640662.JPG

 

 

CRD07-2014-06-09_17h59_27.png

 

 

P1640689.JPG

 

 

P1640711.JPG

 

 

CRD08-2014-06-09_18h01_23.png

 

 

P1640716.JPG

 

 

P1640722.JPG

 

 

P1640735.JPG

 

 

CRD10-2014-06-09_18h03_17.png

 

 

CRD11-2014-06-09_18h05_25.png

 

 

CRD12-2014-06-09_18h10_29.png

 

 

P1640742.JPG

 

 

 

CRD13-2014-06-09_18h16_01.png

 

 

P1640747.JPG

 

 

CRD14-2014-06-09_18h44_09.png

 

 

P1640760.JPG

 

 

 

P1640765.JPG

 

 

P1640772.JPG

 

 

CRD15-2014-06-09_18h33_51.png

 

 

CRD16-2014-06-09_18h36_21.png

 

 

P1640780.JPG

 

 

P1640791.JPG

 

 

En guise de post-face

P1640800.JPG

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 19:22

Organisé par le Théâtre de la passerelle avec le concours de la ville de Gap et de nombreux partenaires institutionnels et privés, ce festival des Arts de la rue aura rassemblé, pour sa deuxième édition, quelque 13 000 spectateurs en trois jours, du 30 mai au 1er juin 2014 (avec les doubles comptes !).

 

Pas moins de huit compagnies ont investi la ville, du Parc de la Pépinière au Domaine de Charance en passant par le centre-ville. Dans des registres différents, la Culture est venue à la rencontre du grand public avec l’idée d’atteindre la plus grande diversité de population possible et d’opérer une « relecture » de la cité gapençaise. Reprenons la terminologie du document de présentation : Bonimenteurs, comédiens, acrobates, bricoleurs de génie, clowns, jongleurs ou magiciens du feu, la palette d’artistes de cette édition 2014 est variée, ludique, singulière, surprenante à souhait.

 

P1630918.JPG

 

 

Un petit descriptif de chaque spectacle en toute subjectivité :

 

Avec Contre Nature, du collectif Tricyclique Dol, on est embarqué dans un cheminement sur les pentes du Domaine de Charance parsemé d’anomalies qu’il faut déceler et décontextualiser. On revisite un espace que de nombreux gapençais arpentent régulièrement et pourtant, hors des sentiers battus, on découvre des lieux inexplorés, comme une mare ou une zone humide, et on se laisse surprendre par une ruche en mouvement ou le barrissement d’un éléphant. On a du mal parfois à faire la distinction entre réel et réalité augmentée. C’est le seul spectacle payant (sept euros).

Ordre de marche : Dans le minibus tu monteras, dans les bois au guichet tu te présenteras, les instructions attentivement tu écouteras, au feu vert dans le noir tunnel tout seul tu t’engouffreras, au tourniquet sur tes oreilles les écouteurs tu placeras, aux points bleus autour de toi tu observeras, sur les chaises disséminées tu t’assiéras, au balisage serpenté tu te fieras, aux anomalies tu seras attentif, au terminus tu boiras le verre offert et le livre d’or tu complèteras…

 

 

Dans Prise de parole sur la place de la République, un improbable bonimenteur semble avoir convié une famille de spectateurs auprès de lui pour lui faire raconter une tranche de sa vie. Que nenni, en réalité cette petite famille est celle de Sébastien Barrier, le clown magicien, qui met en scène femme et enfants avec mention spéciale pour son petit garçon, si calme, qui résiste et acquiesce aux verbigérations de ce papa qui tient le public en haleine par la simple litanie de ses discours-fleuves, lesquels, l’air de rien, embrassent largement les travers de notre société si complexe et futile à la fois…

 

Sur l’esplanade Lesbros, devant le conseil général, Hula Hoopla !!! nous donne le vertige lorsque Julot, acrobate intrépide et créateur du spectacle, escalade un mât de neuf mètres de haut d’une souplesse étonnante pour aller réaliser des figures de style avec des hula hoops, cerceaux que l’on fait tourner autour du corps. Les enfants (mais pas que) poussent des cris de frayeur, applaudissent et…en redemandent. Un véritable exploit.

 

Place aux Herbes, Passage Désemboîté, de la Compagnie Les Apostrophés, fait surgir un accordéonniste qui tente de trouver sa place dans un espace fort délimité où des cartons surgis de nulle part tentent de trouver leur place dans le décor, manipulés et projetés par des personnages très élégants. Les cartons volent bas, haut, s’entrechoquent, le château menace de s’effondrer, mais les jongleurs costumés connaissent leur affaire : des bras providentiels s’interposent sur la bonne trajectoire, replacent, renvoient, empilent, stabilisent, créent et défont des équilibres plutôt instables. Toujours en mouvement, les acteurs maîtrisent cette désorganisation apparente et chaque objet finit par trouver sa place. Alors le spectacle peut se déplacer tout autour de la place et des objets, détournés de leur usage habituel (balai, baguette de pain…), deviennent des objets de jonglage ou…des partenaires de tango…

 

Rictus, sur la place Jules Ferry, porte bien son nom. Cette poésie urbaine est malgré tout grinçante.  Christophe Lafargue, dit Garniouze, trimbale un vénérable meuble à tiroirs dont il extrait toute la misère et la révolte du monde. Le texte semble très actuel... Pourtant, il date de 1897 et est signé Jehan Rictus (Les Soliloques du pauvre, éditions Au Diable Vauvert). On est sidéré par la force du discours de cet homme que la société a déclassé mais qui trouve encore l’énergie, dans un ultime effort peut-être, de crier ses vérités à la face du monde.

 

 

Au Pré de la Danse, à Charance, Leaving Room a posé ses accessoires : des balles de jonglage, une harpe chanteuse et une Balance de Lévité. Car la marque de fabrique de Yoann Bourgeois et Marie Fonte, accompagnés par Laure Brisa à la harpe et au chant, c’est la quête du « point de suspension » , instant fugace où un corps atteint son apogée, s’immobilise avant que sa chute n’intervienne. Ce fut source d’inspiration pour Isaac Newton dans sa théorie de la gravitation universelle. D’ailleurs l’artiste a proposé après la fin du spectacle un moment d’expérimentation afin qu’une vingtaine de personnes (pas des enfants) puissent éprouver cette sensation unique.

Cette rêverie acrobatique et musicale introduite par un ostinato têtu transporte le spectateur dans un doux balancement qui s’achève par une fugue impromptue des acrobates puis de la musicienne qui laisse le public un instant encore suspendu à ses songes…

 

Le moins que l’on puisse dire, est que la machine de Skryf, Scripteur de sable, ne laisse pas les passants indifférents. Ce drôle d’insecte monté sur roues, par le truchement d’un logiciel et d’une buse alimentée par un réservoir, inscrit en lettres de sable, sur les pavés du centre-ville, maximes et humeurs poétiques. Cet art éphémère s’il en est imprime dans les esprits le texte fugace emporté par le vent et les pieds des passants.

 

Enfin, les Installations de feu de la Compagnie Carabosse, féérie incandescente, imprègnent les allées, pelouses, torrent et frondaisons du Parc de la Pépinière d’une odeur d’antan, quand la cire et la pâle lueur des bougies donnait une atmosphère mystérieuse aux pièces de la maison et circonscrivait l’espace familier aux limites indéfinies d’un halo lumineux fragile et évanescent.

On chemine sur l’allée qui longe l’arrière du musée-muséum sous l’arche qui s’illumine au gré de l’allumage des 3500 pots à feu par la vingtaine d’opérateurs. Cette arche d’une centaine de mètres constituée en réalité d’unités circulaires distinctes pesant au total environ dix tonnes, a été assemblée en une semaine par les seize coéquipiers de la Compagnie. Celle-là même qui a fait les beaux jours du Vieux-Port en 2013 pour Marseille, capitale européenne de la Culture. On s’interpelle, se photographie, se bouscule. Puis on se disperse dans le parc pour déambuler de braseros en lanternes et guirlandes, d’installations lumineuses en installations mécaniques, automates animaliers ou humains, tourniquets et musicien bien vivant. Si l’on se poste dans une allée on peut voir défiler une partie des 3000 visiteurs de la première soirée, amis, famille, voisins, collègues et figures locales. Sur son petit vélo, le directeur du Théâtre de la passerelle, Philippe Ariagno, parcourt les nervures sablées du parc, à l’écoute des commentaires et des réactions : la magie est là…

Bizarrement pourtant, il n’y a pas de spectacle à proprement parler, mais un univers irréel où le parc devient une sorte de lieu de rite celte où s’accomplit un étrange cérémonial dans l’odeur âcre et la tiédeur des lumignons se consumant.

 

Et maintenant, retour en images et vidéos, sans commentaires…ou presque :

 

 

P1630914.JPG

 

 

 

Contre Nature

 

A la demande du Théâtre La Passerelle nous avons retiré les vidéos concernant cette animation pour en préserver le mystère.

 

P1630952.JPG

 

 

 

P1630955.JPG

 

 

 

P1630956.JPG

 

 

 

P1630957.JPG

 

 

 

P1630958.JPG

 

 

 

P1630959.JPG

 

 

 

P1630961.JPG

 

 

P1630964.JPG

 

 

P1630967.JPG

 

 

 

P1630968.JPG

 

 

 

P1630965

 

 

 

P1630969.JPG

 

 

 

P1630970.JPG

 

 

P1630971.JPG

 

 

P1630972.JPG

 

 

P1630973.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Vidéo retirée 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1630975.JPG

 

 

 

P1630976.JPG

 

 

 

 

 

 

 

vidéo retirée 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1630982.JPG

 

 

 

 

 

vidéo retirée 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vidéo retirée 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vidéo retirée 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1630983.JPG

 

 

 

P1630984.JPG

 

 

 

P1630987.JPG

 

 

 

 

 

 

vidéo retirée 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vidéo retirée 7

 

 

 

 

 

 

 

P1640445.JPG

 

 

 

 

 

 

 

vidéo retirée 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vidéo retirée 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vidéo retirée 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1640446.JPG

 

 

 

P1640447.JPG

 

 

 

P1640448.JPG

 

 

P1640452.JPG

 

 

 

P1640457.JPG

 

 

P1640456.JPG

 

 

 

 

 

 

vidéo retirée 11

 

 

 

 

 

 

P1640458.JPG

 

 

 

P1640460.JPG

 

 

 

P1640462.JPG

 

 

 

P1640463.JPG

 

 

 

 

 

vidéo retirée 12

 

 

 

 

 

 

P1640465.JPG

 

 

  Un accueil chaleureux au terminus et un rafraîchissement bienvenu

P1640467.JPG

 

 

  Sympathique de sacrifier à la tradition du livre d'or en laissant un petit mot pour faire part de ses impressions

P1640469.JPG

 

 

 

 

 

Prise de Parole

 

 

  P1630993.JPG

 

  Tout se passe en famille

P1630995.JPG

 

 

 

P1630996

 

 

 

P1630999.JPG

 

 

  Vraiment très coopératif le fils de son papa

P1640007.JPG

 

 

 

 

P1640011.JPG

 

 

 

P1640021.JPG

 

 

 

P1640043.JPG

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Hula Hoopla!!!

 

 

 

P1640053.JPG

 

 

 

 

P1640055.JPG

 

 

 

P1640064.JPG

 

 

 

P1640067.JPG

 

 

P1640081.JPG

 

 

 

P1640083.JPG

 

 

 

P1640084.JPG

 

 

 

P1640095.JPG

 

 

 

P1640099.JPG

 

 

 

P1640102.JPG

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage désemboîté

 

Spectacle également donné à Veynes, Serres, Aspres-sur-Buëch, Saint-Bonnet, Embrun, Chorges, dans le cadre des Excentrés du Théâtre La passerelle de Gap 

 

P1640124.JPG

 

 

 

P1640129.JPG

 

 

 

P1640137.JPG

 

 

 

P1640142.JPG

 

 

 

P1640147.JPG

 

 

 

P1640148.JPG

 

 

P1640155.JPG

 

 

P1640160.JPG

 

 

P1640176.JPG

 

 

P1640184.JPG

 

 

P1640188.JPG

 

 

P1640193.JPG

 

 

P1640203.JPG

 

 

P1640212.JPG

 

 

P1640214.JPG

 

 

P1640218.JPG

 

 

P1640221.JPG

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Rictus

 

Un personnage saisissant pour un monologue criant de vérité(s)

 

P1640389.JPG

 

 

 

P1640390.JPG

 

 

P1640401.JPG

 

 

P1640405.JPG

 

 

P1640407.JPG

 

 

P1640408.JPG

 

 

P1640409.JPG

 

 

 

 

 

Leaving Room

 

 

Sur les pentes de la montagne de Charance

P1640480.JPG

 

 

 

P1640479.JPG

 

 

 

P1640526.JPG

 

 

 

P1640527.JPG

 

 

P1640532.JPG

 

 

P1640536.JPG

 

 

P1640537.JPG

 

 

P1640558.JPG

 

 

P1640564.JPG

 

 

P1640576.JPG

 

 

P1640583.JPG

 

Fuite...temporaire

P1640593.JPG

 

 

P1640599.JPG

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Le Scripteur de Sable

 

 

P1640488.JPG

 

 

P1640489.JPG

 

 

 

P1640492.JPG

 

 

P1640499.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Installations de feu

 

 

P1630923.JPG

 

 

 

P1630925.JPG

 

 

 

P1630926.JPG

 

 

P1630928.JPG

 

 

P1630931.JPG

 

 

P1630933.JPG

 

 

P1630937.JPG

 

 

 

P1630940.JPG

 

 

 

P1630946.JPG

 

 

Deux équipes de choc pour prévenir tout risque et porter secours:

Les secouristes de la Croix Rouge Française (qui fête ses 150 ans cette année) et les pompiers du SDIS 05 

P1640256.JPG

 

 

Non loin de là...

P1640259.JPG

 

 

...la Fête du Vélo

P1640261.JPG

 

 

P1640266.JPG

 

 

P1640267.JPG

 

 

P1640274.JPG

 

 

P1640277.JPG

 

 

P1640279.JPG

 

 

P1640281.JPG

 

 

P1640284.JPG

 

 

P1640286.JPG

 

 

P1640290.JPG

 

 

P1640294.JPG

 

 

P1640295.JPG

 

 

 

P1640297.JPG

 

 

P1640299.JPG

 

 

P1640302.JPG

 

 

P1640303.JPG

 

 

P1640304.JPG

 

 

 

P1640305.JPG

 

 

P1640306.JPG

 

 

P1640307.JPG

 

 

P1640309.JPG

 

 

P1640312.JPG

 

 

P1640314.JPG

 

 

 

 A la Vie, A l'Amor, Stephan Orcière et Aglaë, un couple de feu

P1640320.JPG

 

 

 

P1640331.JPG

 

 

P1640347.JPG

 

 

P1640350.JPG

 

 

P1640356.JPG

 

 

 

P1640363.JPG

 

 

P1640365.JPG

 

 

P1640367.JPG

 

 

P1640369.JPG

 

 

P1640372.JPG

 

 

P1640373.JPG

 

 

P1640377.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 15:39

La délégation des Hautes-Alpes de l’Association des Paralysés de France ( APF 05) a organisé, du 18 au 25 mai 2014, la première édition haut-alpine de la Fête du Sourire. Destinée à changer le regard sur le handicap et à favoriser la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, cette manifestation a débuté le dimanche 18 mai par un match de football (championnat PHB entre Gap Foot 05 et L’Avance) au profit de l’association, suivie du vernissage d’une exposition : D’un regard, l’autre… le lundi 19 mai à l’Hôtel du Département.

 

Crédits photos: APF 05

 APF1.JPG

APF2

 

Puis vente de petites tomates et de fleurs sur les marchés de Gap, Embrun, Tallard, Veynes en semaine et, clou de la fête, une journée de clôture le samedi 24 mai, place de la République à Gap, avec des animations, flash mob de danse, discours, lâcher de ballons, concerts des Roger’s (variété française revisitée) et de Manjap (reggae).

 

APF3.JPG

 

Le dimanche 25 mai, un représentant jeune APF PACA, Marc Chabrand, a participé à la Course des Héros à Marseille.

 

Dans les discours des organisateurs, le report de l’application de l’ accessibilité prévue par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, a été vivement regretté.

 

Quelques images de la fête de clôture du 24 mai :

 

Acteurs et citoyens, Isabelle, Jean-Claude et tous les autres...

P1630610.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1630620.JPG

 

 

 

P1630649.JPG

 

 

Durant les discours officiels et...décontractés

P1630680.JPG

 

 

Les Roger's s'investissent beaucoup auprès de l'APF 05 (mais pas que)

P1630727.JPG

 

 

 

P1630732.JPG

P1630733.JPG

P1630734.JPG

P1630735.JPG

 

 

 

 

Les Manjap

P1630769.JPG

 

Avec Jean-Claude AMOROSO

P1630774.JPG

 

 

 

 

P1630797.JPG

 

 

 

P1630808.JPG

 

 

 

 

De nombreux autres événements se préparent...

 

P1630775.JPG

P1630853.JPG

 

 

 

P1630844.JPG

 

 

 

P1630852.JPG

 

 

 

P1630854.JPG

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 13:33

Dimanche 18 mai 2014  Gap Le Quattro   Organisé par l’Association Culturelle Educative et Sportive du Haut-Gap et Pourpre Noire, ce concert réunissait Pourpre Noire, chorale gospel de 50 chanteurs créée en 2010, dirigée par Cyrille MARTIAL, et Tallard Linda’s Mass-Choir, chorale éphémère de 170 stagiaires qui a travaillé 13 heures sous la direction de  Linda TILLERY pour produire six chants pour ce concert.

 

A l’occasion de cette manifestation, un enregistrement professionnel a été réalisé et CD et DVD sont commandables sur le site de  Pourpre Noire.

 

Retour en quelques images et extrait vidéo.

 

 

 

P1630161.JPG

 

 

Pourpre Noire

 

Des solistes talentueux

P1630094.JPG

 

 

Le chef de choeur, Cyrille MARTIAL

P1630099.JPG

 

 

 

P1630122.JPG

 

 

 

P1630133.JPG

 

 

 

P1630137.JPG

 

 

 

P1630146.JPG

 

 

 

 

P1630160.JPG

 

 

 

P1630183.JPG

 

 

Quand les images se superposent

P1630201.JPG

 

 

 

P1630219.JPG

 

 

 

 

Tallard Linda's Mass-Choir

 

 

P1630237.JPG

 

 

 

La charismatique Linda Tillery

P1630253.JPG

 

 

 

 

P1630260.JPG

 

 

 

P1630263.JPG

 

 

 

Tammi BROWN, pointure du gospel

P1630269.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0