Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 23:27

Du 5 juillet au 5 août 2011, une exposition installée à la bibliothèque municipale de Gap, intitulée « A la recherche de Vivian Maier », retrace la période française de la photographe, à travers 50 photos inédites. Nombre de visiteurs sont venus, à Gap, comme dans le Champsaur précédemment, chercher à identifier des visages, retrouver un parent, un ami.


 P1170748.JPG

 

En effet, Vivian Maier, née en 1926 à New-York, avait pour mère Maria Jaussaud, qui vécut à Saint-Julien-en-Champsaur avant d’émigrer aux Etats-Unis où elle rencontra le futur père de Vivian, Charles Maier.

 

Autoportrait

P1170760.JPG

 

En 1929, les parents de Vivian se séparent et elle trouve refuge, avec sa mère, chez Jeanne Bertrand, originaire elle-aussi des Hautes-Alpes, dans le Bronx à New-York. C’est grâce à cette dernière, photographe professionnelle, que Vivian découvre la photographie.

 

Vers 1932, Vivian retourne dans le Champsaur avec sa mère, sa grand-mère ainsi que Jeanne Bertrand.

Puis en 1938 c’est un retour aux Etats-Unis. En 1943, sa grand-tante Marie-Florentine Jaussaud décède et Vivian hérite de son domaine champsaurin (Beauregard).

 

Au début des années 50, Vivian revient en France pour régler la succession. Elle met en vente le domaine aux enchères. C’est pendant ce laps de temps qu’elle parcourra la campagne champsaurine, photographiant les personnages qu’elle rencontre.

 

P1170758.JPG

 

Elle repart à New-York en 1951, puis s’installe définitivement à Chicago en 1956. Là, elle devient gouvernante auprès d’enfants de familles aisées. Sa passion pour la photo ne la quitte pas pour autant. Elle photographie toutes les scènes de la vie quotidienne de ce temps-là. Elle revient dans le Champsaur en 1958 ou 1959 où elle réalise à nouveau de nombreuses photos.

 

Puis elle parcourt le Monde avant de finir ses jours dans un modeste appartement loué par ceux qui l’ont connue comme gouvernante. En proie à des difficultés financières, ses biens sont vendus aux enchères en 2007, dont des caisses de pellicules. John Maloof se porte acquéreur d’un lot et découvre la qualité des clichés.

Il n’aura pas le temps de faire connaissance de l’auteur des clichés, Vivian Maier décèdera le 21 avril 2009, après un bref séjour en maison médicalisée consécutif à une chute sur la glace, peu avant qu’il ne la retrouve.

 

L’année 2009 marque donc le début de sa reconnaissance mondiale…posthume.

 

Cette exposition n’est qu’une goutte d’eau parmi des milliers de photographies réalisées par Vivian Maier (quelques 120000 négatifs !). Gageons que de nombreuses autres manifestations verront le jour, issues de ce fonds détenu par deux acheteurs principaux (John Maloof pour l’essentiel et Jeff Goldstein pour les 10% restants). D’autant que s’est créée, à l’initiative de Philippe Escallier, une association dénommée «Les Amis de Vivian Maier» qui a œuvré afin que cette exposition voie le jour.

 

P1170752.JPG

 

L’histoire de Vivian Maier, unique et universelle à la fois, témoigne des nombreux départs vers l’Amérique des habitants de nos vallées à la fin du XVIIIème et au début du XIXème siècle. Mais elle apporte, dans une relecture sans doute idéalisée et romancée, un témoignage précieux sur la valeur ajoutée que constitue l’être humain sur son terroir, rural ou urbain.

 

 

 

 

P1170761.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170762.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170763.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170766.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22 juillet 2011 Journée ordinaire de cet été qui n’en est pas un. Pas tout à fait. L’ Etablissement Français du Sang (EFS site de Gap) a établi ses quartiers (presque installé son camp, pourrait-on dire) dans les locaux de l’Hôtel de Ville, à Gap, comme il le fait souvent lorsque ce n’est pas dans ceux du conseil général ou dans des établissements scolaires.

 

En effet, si une partie des Français est en vacances, la vie continue, avec ses aléas, drames et problèmes de santé. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur n’est  pas autosuffisante en matière de don du sang même si les haut-alpins se montrent bons élèves.

 

 Donner son sang est un geste simple, quasiment indolore, et un acte civique. Les conditions à remplir et la fréquence des dons sont précisés  ici. Les utilisations du sang et de ses composés sont  multiples.

P1170962.JPG

 

 

Pour inciter les donneurs à se manifester, l’EFS de Gap avait, outre la signalétique habituelle à travers la cité, sollicité Claude Verdié, dit l’Augustin, pour une interpellation plus directe des passants, façon tambour des villes, ainsi que Nathalie, en charmante gavotte.

 

Claude Verdié, dit l'Augustin (contact 06 81 12 37 32)

P1170833.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le don du sang : un don de soi par un don aux autres

P1170836.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 


La collation qui suit le don est un agréable moment de convivialité

P1170834-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claude dit l’Augustin, et Nathalie

P1170839.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23 juillet 2011 Sur le  marché du samedi, à Gap, Lionel PIFFARETTI, du  GAEC Le Gapençais, propose des glaces fermières aux produits locaux ou proches. Cette initiative, nouvelle et intéressante, participe d’une tendance au retour aux sources, à savoir privilégier la production locale, qui offre traçabilité, saveur et fraîcheur. Les filières courtes contribuent au  respect de l’environnement. Dans ce même état d’esprit, on ne peut que souligner la récente inauguration, à Gap, du Panier gapençais, magasin de producteurs (voir  ici).

 

Lionel Piffaretti nous annonce une initiative de la  Chambre d’agriculture des Hautes-Alpes, du 21 au 23 octobre 2011 : Brin de Culture (le concept  ici). Des exploitants agricoles accueillent des animations culturelles, comme le fera Lionel, sur son exploitation des Fauvins, avec des conteurs russes.

 

 

 

 

 

Lionel Aubert

P1170953.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant l’été, les travaux continuent au CHICAS.

P1170238.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 13:47

18 au 29 juillet 2011 La 22ème  Université Européenne de Saxophone a pris ses quartiers d’été dans la cité gapençaise. Manifestation inscrite dans le paysage culturel local, elle réunit, on pourrait l’oublier, une partie de l’élite mondiale de l’instrument sous l’impulsion initiale de  Claude Delangle, professeur au Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris, avec l’appui de l’association locale qui donne son nom à l’événement, pilotée par Bruno Espitallier.

 

Bien sûr, l’Université Européenne de Saxophone accueille des étudiants du monde entier, avec une forte présence japonaise, mais entend également aller à la rencontre du public à travers de nombreux concerts donnés à Gap (salle de la chapelle des Pénitents, église des Cordeliers : Quatuor invité  Diastema, Jardins de la Providence), mais aussi à l’Argentière-la-Bessée (église) et à Montmaur (château) avec la participation d’une artiste plasticienne, Paule RICHE.

 

Vous pouvez retrouver  ici les images de l’édition 2010.

 

Les professeurs virtuoses présents cette année :

Claude DELANGLE, Odile et Blandine DELANGLE (saxophone, piano, basson… la musique est une affaire de famille autour de Claude, accessible et chaleureux)

Max BONNAY (accordéon)

Christian WIRTH

Fumie ITO (pianiste accompagnatrice)

Lars MLEKUSCH

Cyrille LEHN (qui ne néglige pas non plus le piano)

Masataka HIRANO

Vincent DAVID

Damien ROYANNAIS

Eric DEVALLON

 

Et les quelque 54 étudiants de l’Université de 15 nationalités, qui se produisent à l’occasion des deux concerts de fin de stage.

 

Un petit aperçu de quelques concerts :

 

 

Lundi 18 juillet

La famille Delangle (Claude, Odile, Blandine) avec le concours de Max Bonnay, constitués en formation : El Quartetto Nuevo, ont revisité l’univers d’ Astor Piazzola et de ses condisciples, Gustavo Beytelmann, Nestor Marconi, Ruben Rada, Pablo Ziegler, Albert Hamann avec des arrangements de Max Bonnay.

 

Cette musique qui évoque les origines du  tango et la condition des esclaves noirs d’Amérique du Sud, avec une dimension de triste nostalgie, berce notre âme, dans une quiétude parfois troublée par des accents puissants et saccadés qui expriment l’intensité des émotions et la dimension passionnelle des relations dans cette culture latino-américaine.

 

 

 

 

P1170400.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170419.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 20 juillet

Un duo saxophone et piano a réuni Christian Wirth et Fumie Ito dans un répertoire principalement consacré à Jean-Sébastien Bach. Mais on a pu entendre des œuvres de facture plus contemporaine, de Sylvain Kassap, François Rosse, Thierry Alla, William Albright.

 

Maîtrise et précision instrumentales caractérisaient ce concert apprécié par un public très large.

 

 

 

Christian Wirth

 

P1170701.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Une salle attentive

 

P1170702.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170705.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170706.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170713.JPG

 

 

 

 

 

 

Lorsque piano et saxophone entrent en résonnance

 

P1170720.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170728.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fumie Ito et Christian Wirth 

 

P1170732.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 21 juillet

Lars MLEKUSCH et Cyrille LEHN (au piano) ont proposé un répertoire essentiellement orienté vers la musique contemporaine. Si l’on peut comprendre qu’une fois atteinte la perfection dans l’interprétation du répertoire classique et contemporain « traditionnel » comme György Ligeti ou Luciano Berio, les artistes souhaitent explorer des pistes et des univers sonores différents, une partie du public, la plus néophyte sans doute, a été fortement décontenancée par une œuvre comme celle de Giorgio Netti,  Affrettandosi verso il centro della luce risonante, interprétée au saxophone soprano, où la déconstruction musicale et la déstructuration mélodique confinent à l’imperceptible. Plusieurs personnes, venues découvrir l’instrument, ont quitté la salle. Peut-être faudrait-il, comme cela a été fait par ailleurs, introduire ce répertoire dans des concerts de facture plus classique.

 

 

 

Lars MLEKUSCH

 

P1170771.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Cyrille LEHN

 

P1170779.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 23 juillet

Pour les spectateurs qui n’auraient pas pris la peine de revenir ce samedi soir, les regrets seraient de mise. La virtuosité, au sens fort du terme, était au rendez-vous avec le duo saxophone et piano  Vincent David et Fumie Ito. Le public qui a suscité plusieurs rappels ne s’y est pas trompé.


Sur la thématique populaire dans l’Europe musicale, la sonate en fa majeur d’Edward Grieg, légère et enlevée, a laissé place à la vivacité de la Suite Espagnole d’Isaac Albeniz, avec notamment les célèbres Asturias et Aragon. Puis les  danses polovtsiennes, extraites de l’opéra d’Alexandre Borodine  Le Prince Igor, ont imprimé leur puissance et leur force d’évocation, chorégraphie en moins. Toutefois, la réduction de cette œuvre monumentale pour instrument et piano pose question tant l’œuvre originale est spectaculaire, même si l’on ne peut mettre en cause la remarquable interprétation du duo. On peut bien sûr comprendre cette nécessité musicalement historique de mettre à portée du plus grand nombre les œuvres du répertoire mondial.

Tzigane de Maurice Ravel devait conclure en magnifique bouquet final ce concert d’exception, c’était sans compter sur un public enthousiaste qui a rappelé plusieurs fois le concertiste. Vincent David a donc interprété une danse russe et une œuvre plus contemporaine associant saxophone et bande sonore, rythmée et bruitée, du plus bel effet.

 

 

 

 

Vincent David

 

P1170968.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170981.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fumie Ito, talentueuse pianiste accompagnatrice

 

P1180016.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent David et Fumie Ito ont été ovationnés par le public

 

P1180026.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claude Delangle est venu féliciter Vincent David après le concert

 

P1180030.JPG

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 23:41

programmation du 18 au 22 juillet

 

LES LUNDIS DE LA PROVIDENCE

 

18 juillet 2011 Hélène Tysman,  pianiste virtuose, premier prix du Conservatoire National Supérieur de Paris, finaliste du prestigieux concours Chopin à Varsovie, a honoré de son talent les jardins de la Providence.

 

Dans le cadre du  festival de Chaillol, éclectique mais dont la question de la démocratisation culturelle constitue un axe central, Hélène Tysman a interprété avec sensibilité la première Partita de Jean-Sébastien Bach en sib majeur, la 4ème Ballade de Frédéric Chopin en fa mineur, trois pièces de «Gaspard de la Nuit» de Maurice Ravel (Ondine, Gibet et Scarbo), la Mephisto-Valse de Franz Liszt, et une étude de Chopin en rappel.

 

Le festival de Chaillol, dont le directeur artistique est Michaël Dian, a maintenant conquis ses lettres de noblesse. Essaimant dans le Champsaur puis dans le Gapençais et le Dévoluy, de Veynes à Chorges en passant par Tallard, il propose parallèlement aux concerts des balades musicales, des rencontres avec les musiciens, des ateliers musicaux, des stages, du chant choral, des conférences, des rencontres littéraires…

Ce festival s’inscrit dans la programmation départementale «  L’Accordée ».

 

 

 

Hélène Tysman

 

P1170280.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170286.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Michaël Dian, directeur du festival de Chaillol avec Martine Bouchardy,

maire adjointe à la Culture

 

P1170250.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Un public attentif

 

P1170292.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Une sensibilité toute artistique

 

P1170299.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Comme souvent, l’hélicoptère qui dessert le centre hospitalier a troublé la quiétude du concert, mais les urgences n’attendent pas

 

P1170239.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES MARDIS DE L’ORGUE (19ème saison)

 

19 juillet 2011 Sylvain Pluyaut, professeur d’orgue au Conservatoire Régional de Dijon, est un habitué de l’orgue gapençais. Il a notamment enregistré un CD sur l’instrument en 1995. Invité en juin 1998 à se produire sur l’orgue de la salle du  Concertgebouw d’Amsterdam et sous la baguette de Yehudi Menuhin, il est sollicité actuellement pour participer à une session de formation pour des organistes à Moscou et se produira dans cette même ville à cette occasion.

Pédagogue dans l’âme, il a pris le temps d’expliquer au public, démonstration sur orgue portatif à l’appui, certaines subtilités des œuvres interprétées, œuvres de Couperin, Bach, Corrette, Dubois, Liszt.

 

Le concert, un moment perturbé par une animation extérieure liée au passage du Tour de France, s’est conclu par une magistrale improvisation sur un thème populaire proposé par Michel Bernard-Reymond, président des Amis de l’Orgue et présentateur du concert.

 

 

 

 

Notre Dame de l'Assomption, cathédrale de Gap dont la croix sommitale culmine à 64 mètres

 

P1170679.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Sylvain Pluyaut

 

P1170624.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’organiste avait convié, exceptionnellement, quelques personnes (des enfants en premier lieu) à monter pour visualiser le «cadre» de l’instrument, toutefois l’acoustique est meilleure en bas.

 

P1170630.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le concert est retransmis sur grand écran

 

P1170681.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Sylvain Pluyaut en pédagogue

 

P1170686.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES JEUDIS DU KIOSQUE

 

21 juillet 2011 Le groupe de rock pop «  The Popopopops » révélé en 2008 à l’occasion des Transmusicales de Rennes a attiré 700 personnes dans le parc de la Pépinière. Inspirés notamment par la nouvelle scène anglaise, ces jeunes musiciens préparent leur premier album.

Toniques et trouvant le point d’équilibre entre musique pop et rock énergique, ces quatre garçons tracent leur route sur la nouvelle scène française.

 

 

 

 

 

P1170790.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170791.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170803.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

700 personnes sont venues écouter le jeune groupe de rock

 

P1170813.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES VENDREDIS ITINERANTS

 

22 juillet 2011 C’est à un spectacle de cirque aérien peuplé de créatures que nous conviait ce nouveau vendredi sur l’esplanade du conseil général. Une arche, disposée en zone centrale, partageait le public en deux, avec deux visions sensiblement différentes du spectacle.

 

CréatuR, tel est le nom de ce voyage étrange proposé par  La compagnie des Tréteaux du Cœur Volant, créée en 1985, implantée en Champagne-Ardennes, au cours duquel on assiste à l’éclosion de créatures qui jouent avec l’espace, l’air et le feu, à travers les créations d’un artiste-plasticien.

 

On est à la fois intrigué et séduit par cette forme d’exploration artistique qui sort en partie des sentiers battus.

 


 

 

 

 

 

P1170845.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170861.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

De la nuit surgit un échassier

 

P1170873.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Du cocon émerge la vie

 

P1170890.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Grâce aérienne

 

P1170892.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

L’arche permet un spectacle bipolaire

 

P1170907.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Violence et fascination du feu

 

P1170928.JPG

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 13:47

19 et 20 juillet 2011  Le Tour de France a fait étape à Gap. Course mythique et fête populaire à la fois, cette manifestation a ses passionnés et ses détracteurs, avec au milieu, l’immense foule des spectateurs venue encourager les coureurs, rechercher le long des routes ou sur les lignes de départ et d’arrivée, sensations fortes, atmosphère festive, visualisation de célébrités, autographes de coureurs et personnalités, gadgets de la caravane publicitaire…

Voir  ici et  , ou encore   des images de l'édition 2010

 

Le Tour de France, c’est aussi un événement pour une commune qui le reçoit, avec des animations mises en place pour l’occasion. Ainsi a-t-on pu assister, la veille de l’arrivée, à une représentation théâtrale de la célèbre comédie de Molière « Les Fourberies de Scapin » avec notamment Gérard Holtz, présentateur télé le jour et acteur le soir. Le jour de l’arrivée sont entrés en scène les lanceurs de drapeaux Palio di Asti et Gli Alfieri di Costigliole d’Asti, le groupe folklorique Rododendro, références italiennes à l’étape du lendemain avec la cité jumelle de Gap, Pinerolo, et le soir, la formation internationale M’Duzet qui a revisité les standards de la chanson italienne. Dans la journée, onze exposants venus d’Italie proposaient leurs produits gastronomiques et artisanaux sur l’Esplanade de la Paix.

 

On ne saurait passer sous silence l’excellente exposition, salle de l’Hôtel de Ville du 14 au 20 juillet, de Jean et Simone Drouault, consacrée au Tour de France et plus particulièrement, à ses passages dans les Hautes-Alpes. Ces deux passionnés présentaient des images d’archives, des coupures de journaux d’époque, des témoignages et souvenirs de coureurs et dirigeants. Ce n’était là qu’une toute petite partie de l’immense travail de collecte réalisé depuis trente ans par Jean et Simone, qui possèdent un fonds sans doute unique en France et constamment mis à jour, sur cette prestigieuse course. Un seul regret cependant, que le directeur du Tour, Christian Prudhomme n’ait pas encore honoré de sa visite l’une des expositions qu’ils organisent depuis un certain nombre d’années. Espérons que cet appel sera entendu, car le Tour de France, c’est une épreuve sportive, certes, mais aussi un volet de l’histoire sportive de notre pays avec une dimension culturelle.  

 

 

 

La pièce de Molière, Les Fourberies de Scapin, présentée le 19 juillet à 21h15 au CMCL, était mise en scène par la Compagnie de la Reine, dirigée par Jean-Daniel Laval, directeur du Théâtre Montansier de Versailles.

 

Soutenue par le lunettier Optic 2000® cette tournée vise, outre à faire partager le plaisir théâtral, à apporter une aide concrète à la Fondation Voir & Entendre ainsi qu’à la recherche sur les maladies de la vision et de l’audition.

 

Gérard Holtz, présentateur du Tour durant la journée, endosse le costume de Géronte le soir. C’est donc un double défi que relève cet homme de cœur, humaniste et sachant partager, en toute simplicité, son talent professionnel et son amour pour le théâtre.

 

 

 

 

 

P1170491.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Gérard Holtz, sur le point d’endosser son costume de Géronte

 

P1170328.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

La salle du CMCL est comble pour accueillir Les Fourberies de Scapin

 

P1170331.JPG

 

 

 

 

 

 

 

A droite, le fils de Gérard Holtz qui joue également dans la pièce

 

P1170344.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170353.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170375.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170381.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170444.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170448.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170459.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gérard Holtz, remercie tous les contributeurs de cette tournée

 

P1170473.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne saurait passer sous silence l’excellente exposition, salle de l’Hôtel de Ville du 14 au 20 juillet, de Jean et Simone Drouault, consacrée au Tour de France et plus particulièrement, à ses passages dans les Hautes-Alpes.

 

P1170498.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170506.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170507.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1170511.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ambiance dans la zone d’arrivée

 

 

Sur la ligne d’arrivée

 

P1170513.JPG

 

 

 

 

 

 

Daniel Mangeas, speaker du Tour de France

 

P1170526.JPG

 

 

 

 

 

 

 

L’arrivée de jeunes coureurs cadets-juniors a précédé celle des coureurs du Tour, dans le cadre d’une opération de promotion du vélo par l’organisateur ASO. Ceux-ci pédalent durant les 30 premiers puis 30 derniers kilomètres de l’étape en cours et sont recrutés dans les communes qui accueillent le Tour.

 

P1170538.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Animations dans la zone d’arrivée et caravane publicitaire

 

P1170547.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170550.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Indispensable mascotte

 

P1170553.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170559.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170563.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170564.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170569.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170570.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Derniers préparatifs techniques, dans l’urgence

 

P1170576.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la tribune d’arrivée, toute fraîche vice-championne de France cadette de saut à la perche, Mileva Guérin et sa maman Florence

 

P1170579.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170583.JPG

 

 

 

 

 

 

Arrivée imminente des coureurs, les caméras se positionnent

 

P1170590.JPG

 

 

 

 

Les premiers coureurs

 

 

P1170602.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170603.JPG

 

 

 

 

 

 

L’hélicoptère affrété par France-Télévisions. C’est une entreprise de l’aéropole de Gap-Tallard qui fournit la plupart des machines.

 

P1170605.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Le peloton est arrivé très morcelé

 

P1170607.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Tout support est bon pour apercevoir les coureurs

 

P1170621.JPG

 

 

 

 

 

 

 

LES ANIMATIONS

 

 

Les lanceurs de drapeaux Palio di Asti et Gli Alfieri di Costigliole d’Asti

 

P1170644.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170650.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170657.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170659-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170666.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe folklorique Rododendro, invité par le comité de jumelage,

a été surpris par une violente averse

 

P1170680.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous remercions le conseil général qui nous a facilité l’accès à la zone d’arrivée.


 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 12:53

programmation du 11 au 15 juillet 2011

 

LES LUNDIS DE LA PROVIDENCE

 

11 juillet 2011 le quatuor Alfama a ouvert la suite des lundis consacrés à la musique classique dans les jardins du couvent de la Providence, édifice acquis par la commune et occupé par une partie de ses services.

D’une grande expressivité, ces musiciens belges talentueux ont restitué avec finesse toutes les subtilités des œuvres d’ Arriaga, Webern, Britten et Ravel.

Créée en 2005, cette formation de musique de chambre, composée de Elsa de Lacerda et Céline Bodson au violon, de Kris Hellemans à l’alto et de Renaat Ackaert au violoncelle, tire son nom d’un quartier de Lisbonne, l’ Alfama, dédale d’escaliers où alternent ruelles sombres et espaces lumineux.

 

 

 

 

P1160309.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Martine Bouchardy, maire adjointe chargée de la Culture présente

une voiture miniature caractéristique du tramway de Lisbonne

 

P1160307.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160361.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160363.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES MARDIS DE L’ORGUE (19ème saison)

 

12 juillet 2011 Ce deuxième mardi a accueilli dans la cathédrale de Gap, Notre-Dame de l’Assomption, Luca Mariani, natif de Gap, hautboïste de renom international, et Gaétan Jarry, jeune organiste déjà titulaire de plusieurs premiers prix d’orgue et de clavecin.

Concertos de Bach, de Marcello, de Bellini, Elegie et Abend Lied de Rheinberger, Toccata de Widor et œuvres de Franz Liszt (Lieder, Ave Maria) dans le cadre du bicentenaire de sa naissance, ont jalonné ce parcours musical éclectique, conclu en beauté par un solo de hautbois sous les voûtes du chœur et face au public.

 

Luca Mariani, formé au Conservatoire national supérieur de musique (CNSM) de Lyon où il obtient un premier prix, a depuis connu une carrière internationale, jouant sous la baguette de chefs prestigieux comme Daniel Barenboïm, Sir Simon Rattle, Claudio Abbado, Mariss Jansons, Siji Ozawa. Hautbois solo de formations symphoniques jusqu’en 2010, il partage aujourd’hui son temps entre orchestre, musique de chambre et enseignement.

 

Gaétan Jarry, admis au CNSM de Paris en 2007, crée la même année l’ensemble Marguerite Louise, dédié au répertoire de la musique sacrée des 17ème et 18ème siècles. Il s’est produit dans des lieux renommés comme la Chapelle royale de Versailles, l’église Saint Gervais et la Cité de la musique à Paris. Il dirige depuis 2010 les Petits chanteurs de Saint François à Versailles.

 

 

 

 

 

P1160503.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160508.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160514.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160523.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1160524.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1160533.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

LES VENDREDIS ITINERANTS

 

15 juillet 2011 La compagnie «  Les Grooms » connue déjà des gapençais pour ses deux inoubliables passages précédents dans la ville (2007 et 2008), a revisité l’œuvre monumentale du musicien anglais Henry Purcell en proposant « Un roi Arthur », opéra pour fanfare et trois chanteurs.

Dotés d’un incontestable talent, ces artistes à la fois musiciens et acteurs procèdent à une réécriture humoristique d’une frange de l’histoire, prenant à témoin le public et semant le doute sur la réalité des personnages.

Sans décors ni partitions, en toute sobriété, ils parviennent à captiver leur auditoire par des rebondissements constants, ahurissants, cocasses et drôles. Maîtrisant autant la musique (chant lyrique et instruments) que l’espace scénique, ces Grooms possèdent l’art de rapprocher musique savante et musique populaire, théâtre de scène et théâtre de rue.

 

 

 

 

 

 

 

P1160838.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160823.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160825.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160855.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160885.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160901.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160907.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1160912.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160919.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160930.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160938.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160944.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1160947.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160949.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160951.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160952.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160955.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160967-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160971.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160976.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160981.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160983.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160984.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160988.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160996.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170006.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170007.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170009.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170012-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170015.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1170017.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170023.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170035.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1170039.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170042.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170045.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170053.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170060.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170067.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170078.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170094.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Acteur d’un jour…

 

P1170099.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170102.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170103.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170107.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1170117.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1170125.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Dédicaces

 

P1170144.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FIN

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 21:40

LE DEFILE

Tradition bien établie en France depuis 1880, le  défilé du 14 juillet 2011 (18h00) s’est décliné à Gap en tricolore : le bleu de la gendarmerie, le  blanc des troupes alpines du 4e Régiment de Chasseurs (sans oublier le kaki bien sûr) et le rouge des véhicules des pompiers. Le défilé a été précédé d’une cérémonie protocolaire: passage en revue des troupes, présentation des armes, hommage rendu aux anciens combattants, aux soldats partis en opérations extérieures ou tombés au champ d’honneur, présentation des différents corps aux autorités, remise de décorations…

Le défilé proprement dit a présenté un échantillon des différents véhicules d’intervention,  véhicules blindés, véhicules de secours et d’assistance technique, véhicule de commandement et, originalité de la manifestation, des représentants de la patrouille équestre de la Ville de Gap.

A la fin de la cérémonie, largement sonorisée par l’ harmonie municipale, fidèlement présente à de nombreuses manifestations, les autorités ont salué les anciens combattants.

 

 

 

 

P1160592.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1160593.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160598.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160610.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160612.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160618.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160625.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160634.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160645.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160649.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160656.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160658.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160660.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160666.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160668.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Le char de reconnaissance AMX-10 RC

 

 

P1160672.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160676.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160677.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les véhicules des pompiers sont adaptés aux différents types d’intervention

 

P1160683.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160689.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160690.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160691.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160692.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160694.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160696.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160702.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160707.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160718.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

LE FEU D’ARTIFICE

 

Chacun a son « truc » pour observer les feux d’artifice : de loin, de près, en famille, entre amis…

2500 gapençais avaient choisi la place de Verdun. Plusieurs centaines le sommet de la colline de Puymaure. D’autres encore, des points de vue isolés ou les étages supérieurs des immeubles parfois excellemment situés…

A 22h00, le tonnerre lumineux s’est déclenché, accompagné d’une bande sonore qui donnait encore de l’ampleur à l’événement. Les « Ah!» et les « Oh! » fusaient au rythme des bouquets, chandelles et autres étoiles…

Puis le calme est soudain retombé sur la ville, brièvement avant que le bal de la Fête Nationale prenne le relais sur la partie opposée de la place.

 

 

 

 

 

P1160730.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160753.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160754.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160755.JPG

 

 

 

 

 

 

Plusieurs centaines de spectateurs s’étaient massés sur la colline de Puymaure

 

P1160768.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Sur la place de Verdun, l’heure est déjà au démontage

 

P1160770.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

LE BAL POPULAIRE

 

Animé par la formation Les Anges Blancs, il a attiré cette année beaucoup de monde et les plus jeunes n’étaient pas forcément les plus créatifs sur la piste asphaltée. Une partie du public s’est dispersée dans la ville pour consommer glace ou boisson (chaude pour certains !), occasion d’un moment de détente.

 

Le spectacle pyrotechnique et le bal étaient organisés par le Comité des fêtes et d’animations de la Ville de Gap.

 

 

 

 

 

P1160772.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160786.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1160787.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160793.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160797.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160801.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

FIN

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 21:02

25 juin 2011  Le Rotary Club de Gap-Charance a organisé une exposition à ciel ouvert «Toiles et talents» tout au long de la rue Carnot. Quelque 120 artistes, dans des styles très divers, se sont prêtés à cette manifestation qui mettait l’art à portée du public. On pouvait notamment admirer les remarquables toiles de Georges Savitzky dit Monon, des travaux d’enfants, des photographies d’Agnès Baudoin, des œuvres de particuliers illustrées musicalement, des sculptures de Bruno Galvin.

Une tombola permettant de gagner diverses œuvres d’art, tirée par une main innocente, a conclu cette manifestation. Les sommes récoltées seront remises à l’association gapençaise «  Enfant en Danger », qui œuvre dans le domaine de l’écoute, de l’orientation, de la prévention, de l’accompagnement, en ce qui concerne la maltraitance à enfants.

 

 

 

 

P1140834.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Matthieu Bouton, musicologue et hautboïste, a illustré en traits sonores

les œuvres de Brigitte Laytou et Andréa Garnier

 

P1140839.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140842.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140846.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Giesela, l’une des bénévoles de « Enfant en Danger »,

sur le stand dont l’association bénéficiait au cœur de l’exposition

 

P1140858.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140880.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140891.JPG

 

 

 

 

 

 

 

La main innocente

 

P1140900.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26 juin 2011 La 14ème fête de la paix a accueilli, au milieu d’animations diverses, de nombreuses associations oeuvrant pour  la paix, la solidarité, la tolérance dans le Monde. Dans le cadre très champêtre du Pré de la Danse, à Gap-Charance, stands, débats, repas champsaurin, démonstrations, balade littéraire, ateliers ont animé cette journée chaleureuse et…pacifique.

 

 

 

 

P1140932.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140935.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140937.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1140938.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les travaux d’extension du Centre Hospitalier Intercommunal des Alpes du Sud (CHICAS) se poursuivent à un rythme soutenu. Le bâtiment de radiologie devrait être achevé fin 2011 tandis que les autres bâtiments devraient être livrés en 2015. La partie haute, desservie par une nouvelle voie, devrait notamment accueillir l’unité gériatrique actuellement installée à l’Adret, dans les locaux de l’ancien grand séminaire, ainsi que la nouvelle chaufferie à bois et les groupes électrogènes. Plus bas, sur un terrain plus instable nécessitant un ancrage en profondeur, le nouveau plateau technique (notamment la chirurgie) prendra place.

 

 

 

 

 

P1150561.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1150729.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150722.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150720.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150725.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

2 juillet 2011 Kausasun (je veux vivre en indien quechua) est en quelque sorte un groupe de légende. L’association gapençaise éponyme œuvre depuis de nombreuses années à faire connaître la réalité des peuples des pays andins à travers leurs diverses formes d’expressions culturelles. Si les musiciens se sont succédé dans cette formation aux apparitions devenues plus rares, un noyau originel continue à faire vivre intensément cette musique qui vous transporte sur les plus hautes cimes. Un sacré moment de dépaysement et d’apaisement. Ne les manquez sous aucun prétexte s’ils passent près de chez vous…

 

 

 

 

 

P1150562.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150568.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1150593.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 et 3 juillet 2011 Le  4ème régiment de chasseurs a organisé ses désormais  traditionnelles Portes ouvertes. Expositions, démonstrations, baptêmes en hélicoptère, bourse aux antiquités militaires et animations diverses ont rythmé ce week-end de rencontre d’une unité militaire et de la population de la ville qui l’accueille sur son territoire.

 

 

 

 

P1150596.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150600.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150606.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Gap accueille pour la 21ème fois le 98ème  Tour de France cycliste les 19 et 20 juillet 2011. Depuis plusieurs semaines, quelque 110 agents municipaux issus de 17 services consacrent une partie de leur mission à préparer l’événement. Parallèlement, des travaux de réfection de chaussée ont eu lieu afin d’offrir un bitume lisse aux coureurs et le stationnement sera bien sûr exclu le long des voies empruntées par la course.

 

 

 

 

 

P1150611.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150900.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 20:35

28 juin 2011 Théâtre de la passerelle à Gap.  Avant-Scènes, centre d’enseignement et de pratique artistique, a offert au public un spectacle d’une belle intensité. Près de 130 danseuses et danseurs ont fait vivre les chorégraphies et la mise en scène de Marianne Barreau-Prunet et Isabelle Barbiéri.

 

Dans une première partie, on est transporté quelque part en Cornouailles, dans un univers à la fois mystérieux et enchanté, aux frontières du visible et de l’invisible, entre rêve et réalité, lande brumeuse et forêt.

La deuxième partie parcourt des univers peuplés de créatures improbables, entre réel et irréel, déconstruction d’un monde familier en territoires oniriques. On a la tête dans les nuages et le cœur enchanté.

 

Avant-Scènes, créée en 2004, propose danse classique, jazz, contemporain, barre au sol et atelier d’éveil. L’association a intégré le Schéma départemental des Enseignements artistiques sous l’égide du conseil général des Hautes-Alpes.

 

 

 

P1150003.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150016.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150025.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150034.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150042.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150052.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150054.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150076.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150088.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150092.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150124.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150139.JPG

 

 

 

 

 

 

Marianne Barreau-Prunet

 

P1150151.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150159.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150179.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150197.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150215.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150237.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150241.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150262.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150270.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Isabelle Barbiéri

 

P1150275.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FIN

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 20:50

Du 6 au 10 juillet 2011, cette manifestation devenue l’un des piliers de l’animation estivale à Gap au début du mois de juillet, a accueilli des groupes de Russie, du Chili, de la Grèce, de Bulgarie. Sans compter le groupe organisateur, le Groupe folklorique du Pays Gavot, et les groupes amis, Les Mantenaires Chansouris, la Taïole, Lei Dansaires de Sant Dounat, Lou Revioure et Rode Osco Manosco.

 

Cette animation festive et traditionnelle est soutenue également par la Ville de Gap, le Conseil général des Hautes-Alpes, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et des partenaires privés.

 

Nous avons choisi de revenir sur deux moments très populaires de ce festival, la transhumance à travers la ville du mercredi 6 juillet et le défilé suivi du lever des couleurs du samedi 9 juillet. Nous sommes revenus  par ailleurs sur l’excellente prestation du groupe russe le jeudi 7 juillet au kiosque de la Pépinière.

 

LA TRANSHUMANCE

 

Elle fut pour le moins mouvementée et spectaculaire…

 

P1150747.JPG

 

 

 

 

 

La rue Carnot est noire de monde

 

P1150750.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150753.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150756.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150757.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150759.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150760.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150761.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150763.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150765.JPG

 

 

 

 

 

 

Quand le maire de Gap tombe « nez à nez » avec le troupeau…

 

P1150771.JPG

 

 

 

 

 

 

Petite escapade en direction de la place Jean Marcellin…

 

P1150773.JPG

 

 

 

 

 

 

 

…sous le regard amusé des passants…

 

P1150774.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Retour dans le droit chemin pour les brebis égarées…

 

P1150775.JPG

 

 

 

 

 

 

P1150776.JPG

 

 

 

 

 

 

 

P1150780.JPG

 

 

 

 

 

 

Terminus pour les 200 coéquipiers ovins

 

P1150785.JPG

 

 

 

 

 

 

Les groupes folkloriques ont suivi tant bien que mal le rythme effréné

impulsé par le vaillant troupeau non encadré par des chiens de berger.

 

P1150795.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150798.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150802.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150820.JPG

 

 

 

 

 

 

Tout cela se termine par une joyeuse farandole sur l’Esplanade de la Paix

 

P1150832.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150837.JPG

 

 

 

 

 

 

 

DEFILE ET LEVER DES COULEURS

 

P1160151.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160153.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160155.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160156.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160158.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160159.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160160.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160169.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160170.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160177.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

L’harmonie municipale, dirigée par Bruno Espitallier, accueille en musique les différents groupes puis interprètera les hymnes nationaux au moment du lever des couleurs

 

P1160137-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le maire de Gap, Roger Didier, profite de ce moment, moins protocolaire, avec ses adjoints

 

P1160188.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Raymonde Eynaud, présidente du Groupe folklorique du Pays Gavot, en maîtresse de cérémonie

 

P1160194.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le protocole a rattrapé le maire, un protocole agréable tout de même, la remise

de cadeaux aux différentes délégations...

 

P1160226.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

…occasion également de rappeler la prochaine arrivée du Tour de France cycliste

pour deux jours dans la ville

 

P1160234.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Et comme il se doit, tout finit par des danses…

 

P1160246.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160249-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FIN

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 21:51

Une nouvelle saison de Gap en Fa Mi Sol vient de commencer. Voir  ici la saison 2010.

Comme les années précédentes, les soirées sont thématiques :


Les Lundis de la Providence accueillent principalement la musique classique

Les Mardis de l’Orgue, l’orgue et des accompagnements divers

Les Jeudis du Kiosque, les musiques du Monde

Les Vendredis Itinérants, les arts de la rue.

 

Ces manifestations sont organisées par la Direction de la Culture de la Ville de Gap, avec le soutien, suivant les cas, du Groupe folklorique du Pays Gavot, des Amis de l’Orgue, de l’équipe du Quattro et du Centre Municipal de la Culture et des Loisirs (CMCL).

 

Petit tour en images de la programmation du 5 au 8 juillet :

 

LES MARDIS DE L’ORGUE (19ème saison)

 

C’est le trentième anniversaire de la construction de l’ orgue de la cathédrale de Gap. L’association Les Amis de l’Orgue, créée en 1965, espère que l’instrument, rénové à plusieurs reprises, sera doté à l’occasion d’un prochain relevage (grande révision), d’un combinateur électronique qui facilitera la programmation des registres pour chaque œuvre exécutée.

 

Ces concerts sont soutenus matériellement par la Ville de Gap, le Conseil général, l’Office de tourisme, le ministère de la Culture, la Paroisse Saint-Arnoux et, pensez-y si vous assistez à un concert, la libre participation aux frais des auditeurs.

 

5 juillet 2011 Kinue Aota, organiste originaire de Fukushima au Japon, exerçant son art à la cathédrale de Tokyo, a interprété des œuvres de Bach, Brahms, Alain, Duruflé et Liszt. Ce dernier sera présent dans tous les concerts d’orgue de la saison, en raison du 200ème anniversaire de sa naissance célébré en 2011.

 

 

Kinue Aota. A côté, Xavier, technicien vidéo et cinéaste, prépare la retransmission sur grand écran.

 

P1150690.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150691.JPG

 

 

 

 

 

 

Depuis de nombreuses années, Michel Bernard-Reymond, musicien, président des Amis de l’Orgue,

présente la saison et les concerts.

 

P1150693.JPG

 

 

 

 

 

 

 

LES JEUDIS DU KIOSQUE

 

Traditionnellement, la « première » des Jeudis est animée par un groupe du Festival International de Folklore sur lequel nous revenons par ailleurs.

 

Ce 7 juillet c’est donc l’ensemble « Voljanka » de Jaroslav, sur la Volga, en Russie, qui a fait démonstration de son talent. Ces danseurs, triés sur le volet, confinent à l’excellence. Ils incarnent, à travers leurs danses, la vie quotidienne du peuple russe, avec ses joies, ses peines et ses traditions. Ils sont accompagnés d’une formation orchestrale typique, composée d’accordéons, de balalaïkas, de violons et parfois…de cuillères en bois.

 

 

 

 

P1150854.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150858.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150878.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150888.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Un public venu en masse

 

P1150896.JPG

 

 

 

 

 

 

 

LES VENDREDIS ITINERANTS

 

8 juillet 2011 21h30 « Le Kiosque à Mézigue », présenté par la  compagnie Circ’Hulon, animait ce premier spectacle estampillé Arts de la rue. Malgré quelques longueurs ressenties par plusieurs spectateurs, ce trio de saltimbanques accomplissait de véritables prouesses artistiques. Cependant, il est aisé de comprendre que la performance physique requise par certains temps forts nécessite des intermèdes plus calmes. Au final, ces musiciens-clowns-acrobates ont fait partager un franc moment de détente et de complicité à un public venu très nombreux, un peu plus de 1000 personnes. Ce spectacle est soutenu par la mairie de Graulhet (81), la DRAC Midi-Pyrénées et la Région Midi-Pyrénées.

 

Suivait, à 22h30, une projection en plein-air du film « Femmes du Caire » de Youri Nasrallah (Egypte 2009), organisée dans le cadre de la Caravane des cinémas arabes, par la Direction de la Culture de Gap, l’association  AFLAM, en partenariat avec la  Régie culturelle PACA.

 

 

 

 

 

P1150911.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation par Martine Bouchardy, maire adjointe à la Culture.

A ses côtés, Jean-Louis Dangauthier, directeur culturel, qui a ici préparé sa dernière saison.

 

P1150914.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150916.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150937.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150945.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150959.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150972.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150989.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150991.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160027.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160031.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160035.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160036.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160045.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160052.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160065.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160074.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160076.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160094.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

P1150909.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160107.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Un concentré de technologie…

 

P1160115.JPG

 

 

 

FIN

Partager cet article

Repost0