Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 21:50

  Actualités septembre 2010   link


  Journées européennes du Patrimoine link


 

 

Retrouvez le texte de Richard Duchamblo suivi des photos de la cérémonie du 66e anniversaire de la Libération de Gap du 20 août 2010

 

La Libération de Gap, 20 août 1944

 

Extrait de l’ouvrage éponyme de Richard Duchamblo (Père Joseph Richard), qui fut prêtre et résistant, dans les Hautes-Alpes. Il a notamment écrit une collection de dix-neuf cahiers de «Maquisards et Gestapo», histoire de la Résistance et des Résistants dans les Hautes-Alpes.

 

Dimanche 20 août 1944 ! ... Vers 15h, un obus fumigène tombe près du Petit Séminaire de Charance, puis un second au-delà vers Chabanas, puis une salve sur le poste de Puymaure : c’est le signe de l’attaque prévue à Sisteron ! A la jumelle, nous voyons les soldats allemands descendre en courant. Les Américains tirent depuis le village de La Selle. Bientôt, toute une colonne de voitures et de chars descend la route de Veynes. Sur une voiture, un drapeau français ! …La colonne s’arrête au quartier de Sabbat, devant le pont du chemin de fer. Une seule voiture, avec un drapeau blanc, traverse d’abord Gap. L’abbé Paul Chevallier, qui montait à bicyclette, voit les Américains et redescend aussitôt en vitesse, criant à tue-tête : « Les Américains sont là ! … ». Mais, déjà, les coups de canon ont convaincu les ennemis. Partout, aux fenêtres des deux lycées, apparaissent des linges blancs. Les engueulades des sous-officiers, les menaces…, ne peuvent arrêter les soldats qui se rendent, même devant des Maquisards. Seul, un groupe qui tente de fuir vers Briançon, engage le combat (Guerlitch, agent de la Gestapo, qui tentait de fuir, y est mortellement blessé) avec le groupe de Louis Boisramé, avant Pont-Sarrasin. Un autre groupe, dans une ferme située entre Romette et La Rochette, repère les Maquisards qui se sont ainsi dévoilés et le tir d’un fusil mitrailleur abat le chef Boisramé. Un monument en pierre, en forme de Croix de Lorraine, marque l’endroit de sa mort.

 

Les maquis entrent en ville. Les tout premiers libèrent les prisonniers enfermés à la caserne Desmichels. Un groupe défile boulevard de la Liberté (devenu boulevard de la Libération), rencontrant sur la place de Verdun, devant le lycée, des soldats allemands qui gesticulent, joyeux, car ce sont des polonais qui cherchent à fraterniser. Un autre groupe file vers la Préfecture, avec l’intention de pendre le préfet Durocher aux grilles de sa préfecture. Heureusement, par la rue Ernest-Cézanne, les Américains les ont devancés. Durocher, bien que nommé par Vichy, était un vrai Résistant, que le général de Gaulle nommera gouverneur de Sarrebrück. Les officiers du Château-Girard et de Fons-Régina sont, sans ménagement, poussés vers la place de Verdun. Un vieil officier boiteux, qui ne marche pas assez vite, reçoit des coups de pied, c’est regrettable ! Quelques filles, accusées de faveurs pour les Allemands, sont tondues. Toute la nuit, on fête cette victoire non sanglante. Mais, dans la nuit aussi, les responsables de l’ordre et de la sécurité font partir vers Veynes les soldats prisonniers. A la Freissinouse, un tri sera fait et l’on verra, au matin du lundi, tout un groupe de soldats allemands revenir sur Gap en chantant. Ce sont les Polonais ! …

Au petit matin, aussi, la situation faillit basculer car la colonne allemande, accrochée à l’entrée du Valgaudemar, était parvenue au col de Manse. Mais, voyant venir à sa rencontre des chars américains, elle fit demi-tour, se faisant de nouveau accrocher à Pont-Haut.

 

 

 

 

Cérémonie, square Ladoucette, à l’issue de l’hommage rendu sur divers lieux de recueillement.

 

P1050818.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dépôt de gerbe par les autorités, ici le maire de Gap, Roger Didier

 

P1050825.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Les anciens combattants, assidus aux cérémonies, seront ensuite salués par les autorités

 

P1050831-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stèle à la mémoire des Résistants victimes de la barbarie nazie

 

P1050840.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Défilé rue Carnot, au son des instruments de l’harmonie municipale

 

P1050846.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’arrivée à l’Hôtel de Ville signe la fin de la cérémonie

 

P1050862.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Un apéritif est offert par la municipalité

 

P1050875.JPG

 

 

 

 

FIN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Anima Gap
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 22:32

 

RETROUVEZ ICI LES MANIFESTATIONS CULTURELLES DE L'ETE 2010 :  link

 


 

Lundi 16 août 2010

 

Dans un monde où l'on évoque de plus en plus les problèmes liés à la culture, le Cinéma Voyageur se propose d'aller directement à la rencontre du public. link

 

Le Cinéma Voyageur est un cinéma libre et ambulant posant ses bagages ici ou là, au gré de ses envies, pour proposer à son public des films libres de droits, qu'ils soient fictions ou documentaires. link

Il était ce lundi l’invité de la ferme Escalle à Gap.

 

Les films projetés :

 

"Paso una abeja" (52 min) réalisé par Samuel Bettex & Florian Pourchi à 21h00. Documentaire sur l'Apiculture en Uruguay: "L'apiculture, de par son essence, c'est plus que récolter du miel ou d'autres produits de la ruche. L'abeille, dans sa quête de pollen et de nectar, contribue à polliniser un grand nombre de fleurs, et elle est donc un acteur important de l'équilibre naturel. Mais l'apiculture c'est avant tout des hommes qui travaillent avec cet insecte particulier. Les évolutions des territoires agricoles, les problématiques environnementales et les questions d'organisation en coopérative, autant de raisons qui poussent l'apiculteur à s'adapter en permanence, en Uruguay comme ailleurs dans le monde. Professionnel ou amateur, l'apiculteur retrouve toujours le chemin du rucher : il enfile alors sa combinaison, allume son enfumoir et entre dans le monde bourdonnant des abeilles.

 

Discussions en présence des réalisateurs - Constat sur l'apiculture mondiale - Présentation de l'Uruguay - La vie en ruralité.

 

 

"Carnets de Rêves" (21 min) + bonus (17 min) réalisé par Baptiste Gourden. Court métrage de fiction avec Rufus et Gabriella Wright: Dans le Paris du 19ème siècle, entre réalisme et poésie, se croisent le regard insouciant d'une fillette, la folie d'Anna, une fille de joie et un homme isolé du regard des autres. Cet homme est déformé du bas du visage. Cela l'empêche d'user de la parole. Il n'émet que des sons se rapprochant d'un chant. Il a la particularité de composer de la musique à partir des rêves. Comme s'il traduisait les songes en musique. Il "chante" dans la rue pour vivre. Habitant dans une maison close, il va faire la rencontre d'Anna qui écrit ses rêves dans des carnets et les lui donne. Parallèlement une petite fille, Juliette, écoute quotidiennement l'homme chanter en face de chez elle. Elle aussi écrit et dessine ses rêves.

 

Bonus: "Carnet de tournage" sur la production atypique de ce film et la démarche engagée des 200 bénévoles.

Discussion sur la production et la diffusion alternatives ancrées dans l'économie sociale. Présentation de toute "l'aventure" Carnets de Rêves, point de départ du cinéma voyageur.

 

 

 P1050796.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les nuits d’été sont propices aux marquages routiers dans les rues gapençaises, moindre circulation et chaleur atténuée…

 

 

 

P1050813.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Anima Gap
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 23:18

 

 

Après le blog du président, voici le


blog Anima Gap

 

qui nous permet d'ajouter de nouvelles pages, le blog précédent, toujours actif, ayant atteint le nombre limite de pages autorisé.

Repost 0
Published by Anima Gap
commenter cet article