Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

15 juillet 2011 Un magasin de producteurs fonctionnant sur le principe de la vente directe ouvre à Gap, au n°2 de la rue des Silos. Il offre une gamme complète de produits : fruits, légumes, produits laitiers (dont fromage), viandes, boissons, épicerie, fleurs et plantes. Basée sur la saisonnalité et la proximité des productions, l’offre est adaptée au concept de développement durable et propice à un bilan carbone raisonnable.

 

Le système est comparable à un marché permanent, du mercredi au samedi, avec une facilité d’accès, des fruits ou légumes parfois cueillis le matin même, ce qui devrait éviter les achats de précaution, prélude au gaspillage, et aller dans le sens, donc, d’une empreinte écologique raisonnée.

 

A la suite des photos, la présentation détaillée de cette aventure humaine...

 

  Voir aussi l'inauguration dans les actualités d'octobre 2011.

 

 

P1160803.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160806.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1160807.JPG

 

 

 

 

 

 


Les chevilles ouvrières de cette aventure. De gauche à droite :

Michel Ricard, Jean-Pierre Ayasse, Jacques Maurel, Fabrice Baille, Frédéric Cointe

 

P1160811.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leurs indispensables collaboratrices, Virginie et Sylvie

 

P1160818.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce fut un véritable défi auquel furent confrontés les initiateurs de ce projet :

 

LES MOTIVATIONS

 

Autrefois beaucoup de familles urbaines avaient un proche parent dans le milieu rural. La compréhension des attentes des consommateurs, des contraintes de production étaient comprises de tous.

Peu à peu des intermédiaires se sont installés. Au simple contact humain, des professionnels de la commercialisation et de la communication s’y sont substitués.

Cette situation a provoqué une incompréhension importante entre les deux extrémités de la filière avec des excès en tous genres : fraises en hiver, politique de commercialisation irrationnelle (promotions à des prix en dessous des coûts de production, maintien d’un tarif de vente élevé freinant les achats alors que la production disponible est abondante…), panique alimentaire type « vache folle », « malbouffe »….

 

Ces intermédiaires sont devenus incontournables. Cette situation a eu des effets déplorables pour les deux parties.

La prise de conscience actuelle est une chance pour l’agriculture de reconstituer des liens avec les consommateurs. Les marchés, les paniers d’AMAP, les magasins de producteurs sont autant d’outils même s’ils ne peuvent être exclusifs pour maintenir cette relation.  

 

Notre volonté a été de créer sur GAP un magasin de producteurs avec pour objectif de fournir des produits de saison uniquement, de proximité, d’une grande fraîcheur. Notre présence constante et à tour de rôle sur le lieu de vente, permettra de faire apprécier notre profession et nos productions.

 

Cette action nécessite pour chacun de nous une modification de nos organisations de travail : embauche au sein de nos exploitations, investissement en matériel de transport, de stockage, de conditionnement. Pour chaque exploitation cela représente une somme comprise entre 10000 et 45000 euros dès la première année et 45 à 100 jours de travail supplémentaires.

 

En commun nous avons créé un règlement intérieur, une société, loué un local, suivi un stage spécifique.

Tout cela en continuant notre activité sur nos exploitations respectives dans un contexte plus que morose.

Depuis le mois d’octobre 2009 nous avons effectué en plus de rencontres bimensuelles, une à deux réunions téléphoniques par semaine. Nous avons visité plusieurs magasins de producteurs existants, dans d’autres agglomérations : Avignon, Ile-sur-la-Sorgue, Orange, Pépin, Lyon, trois magasins dans l’Ain…

Chacun a également pris le temps de s’informer auprès de collègues déjà implantés, de fournisseurs ... 

 

LES ACTEURS DU PROJET

 

Nous sommes cinq exploitations à nous regrouper. Nous avons chacun une spécialisation différente. Les produits dont nous ne pourrons pas assumer la culture seront toutefois présents grâce à des agriculteurs ou agricultrices dépôts-vendeurs. Ces derniers seront choisis en fonction de la qualité de leurs produits, de leur proximité. Leur présence sur le lieu de vente sera nécessaire quelques jours par an pour présenter leurs produits.

 

Les membres associés à ce projet sont :

 

 . Le GAEC de l’Espérance : MM. Lucien AYASSE, Jean-Pierre AYASSE et Vincent FARNAUD Belhomme 05130 Piégut

 . Le GAEC de Pic Ponçon : Mme Catherine FLAUD, MM. Jean -François PONS et Fabrice BAILLE, quartier des Eyssagnières 05000 Gap

. M. Frédéric COINTE, Le Grand Lara, 05000 La Bâtie-Vieille

.  EARL de Saint Martin, M. Jacques et Fanny MAUREL 05130 Tallard

. Le GAEC de Quint, MM. Alain et Michel RICARD, quartier de Quint 05000 La Freissinouse

.  Une vingtaine de dépôts vendeurs

 

 

PRESENTATION DETAILLEE

 

Fiches descriptives des producteurs :

 

Le GAEC de Quint  

Alain et Michel Ricard

 

Nous sommes deux frères associés depuis 20 ans. Quatre générations ont travaillé la même terre, dont trois en arboriculture.

 

Notre exploitation est située à 1000 mètres sur la commune de la Roche des Arnauds à proximité de La Freissinouse. Les conditions climatiques à cette altitude sont bénéfiques à la qualité gustative et visuelle des fruits. Nous exploitons 20 hectares de pommiers et poiriers ainsi que 35 ha de céréales.

 

La vente en commun semble pour nous un très bon moyen pour maîtriser une partie de notre commercialisation, comprendre les attentes des consommateurs. En mutualisant nos actions et notre travail, nous amortirons les fluctuations du marché si nocives au maintien de nos activités.

 

 

Le GAEC de Pic Ponçon  

Cathy FLAUD, Jean- François PONS, Fabrice BAILLE

 

Le GAEC de Pic Ponçon a été créé en février 2009 avec Jean-François PONS installé auparavant en individuel, Catherine FLAUD sa compagne et Fabrice BAILLE, le cousin de M. PONS.

 

Depuis trois générations nous produisons du lait de vache sur la ferme familiale située aux Eyssagnières à Gap.

Pour continuer à vivre de notre métier une diversification a été nécessaire. En effet, la filière laitière est en crise depuis plusieurs années. Nous avons préféré valoriser notre production plutôt que de produire plus.

C’est pourquoi un atelier de 40 chèvres de race Alpine a été associé à la production du lait de nos 20 vaches Montbéliarde.

 

 Aujourd’hui, nous fabriquons des fromages de vache et de chèvre sur l’exploitation. Notre autonomie en fourrage et céréales ainsi que la vente de nos produits à proximité donnent un bilan énergétique très satisfaisant.

La démarche de travailler dans un point de vente collectif nous motive beaucoup car la commercialisation des produits fermiers prend beaucoup de temps, et le travail collectif est intéressant.

 

Exploitation Cointe  

Frédéric COINTE

 

Issu du milieu agricole, après une activité de comptable, je me suis installé grâce à un exploitant cessant son activité à la Haute Corréo. J’ai pu reprendre une exploitation en élevage ovins. Ainsi actuellement j’exploite une cinquantaine d’hectares sur la Haute Corréo et la Bâtie-Vieille et je vais également développer plus d’une dizaine d’hectares en sylvo-pastoralisme (pâture pour les ovins et développement du bois).

 

L’exploitation est en train d’agrandir son cheptel en faisant plusieurs agnelages par an pour pouvoir apporter plus de produits ovins. Une partie du troupeau va en montagne l’été, une autre partie reste sur l’exploitation grâce aux pâturages et au sylvo-pastoralisme.

 

Par mauvais temps la bergerie est là pour accueillir tout le monde et un hangar photovoltaïque protège la récolte pour les animaux et le matériel d’exploitation.

Mon souhait est de pouvoir faire partager ma production aux consommateurs, pour être plus proche d’eux.

 

L’EARL de Saint Martin

Jacques MAUREL

 

Installé depuis 1992, je suis la quatrième génération d’agriculteurs sur la ferme familiale.

D’une superficie totale de 270 ha, 55 ha sont consacrés aux cultures de vente (céréales, semences). Le reste est destiné à l’alimentation du troupeau. Celui-ci est constitué de 50 mères de race Charolaise.

 

Tous les animaux sont finis (vaches de réforme, génisses, taurillons et veaux de lait) sur l’exploitation. L’engraissement se fait presque exclusivement avec des aliments produits sur l’exploitation (céréales, pois protéagineux, maïs, foin). La traçabilité est ainsi facilement assurée. Cela constitue un gage de qualité, élément majeur dans le cadre d’une orientation vers la vente directe. L’herbe et notamment les pâturages sont privilégiés. Les estives (collectives ou individuelles) sont également utilisées.

 

La vente directe, par le biais du magasin, sera pour moi l’aboutissement de cette démarche de recherche de qualité et la reconnaissance du travail accompli par un contact privilégié avec le consommateur.  

 

Le GAEC de l’Espérance

Lucien AYASSE, Jean-Pierre AYASSE et Vincent FARNAUD

 

Notre exploitation est située en limite des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute Provence sur les communes de Tallard, Lettret, Venterol et Piégut. L'altitude oscille entre 700m et 1100m.

 

Nous avons essayé de diversifier au maximum nos produits, mais surtout nous essayons de maîtriser leur commercialisation. Les fruits et les légumes sont vendus sur les marchés, les céréales sont destinées à l'alimentation du troupeau sauf 15 ha d’orge transformés en malt, pour la fabrication de bière artisanale (La Tourmente).

 

Enfin le troupeau de 700 brebis de race Mérinos d'Arles est vendu en agnelles de reproduction dans différents élevages et en vente directe (colis d'agneau découpé).

 

Toutes nos productions sont issues d'une agriculture raisonnée avec des méthodes traditionnelles.  

 

Liste des produits des dépôts vendeurs sur le point de vente collectif.

 

- Pain: ESTEBAN Ludovic 05 Savournon

- Vin: domaine de TRESBAUDON Olivier RICARD 05400 Tallard

- Liqueurs : famille LAMBERTI 05400 Tallard

- Oeufs : Ferme TOSCAN  François AUDIER 05000 Gap

-Volailles : GAEC des Sabots de Vénus (EYMERY Thomas et Amandine, RODIGUERO Julie) 05 la Faurie

- Fromages de brebis : GAEC de Champ Marin Famille LAGIER 05 Puy-Sanières

- Poisson : Pisciculture de l’Eau Vive 05 Baratier

- Pâtes : GAEC du Petit Jabron 04 Sisteron

- Huile de colza et tournesol : GAEC du Petit Jabron 04 Sisteron

- Huile d’olive : GAEC Salvator Famille PINATEL 04

- Légumes secs : Didier BARNAUD, la Bréole/ ESTEBAN Ludovic

- Miel : David DELIGNES 04 Piégut

- Confitures : Anne ROBICHON 05 Chaillol

- Huile de noix : Max GERBER 38 St Marcellin

- Volailles grasses : GUITTE Daniel 05 Trescléoux

- Plants : GAEC des Demoiselles Coiffées 05 Remollon

- Lapin : DUSSERRE Daniel 05 la Freissinouse  

 

PERSPECTIVES

 

D’après ce que l’on a pu constater dans les magasins existants, ce sera, pour une trentaine d’exploitations, un débouché conséquent, constant et d’une transparence totale pour chacun des producteurs quel que soit son statut.

 

Ce projet confortera directement l’avenir de soixante foyers d’agriculteurs, d’agricultrices et de salariés d’exploitations ou du magasin.

 

L’emplacement du local permettra de créer un commerce de proximité dans un lieu qui en est dépourvu.

 

Ces points de vente directs à taille humaine, sont autant de rappels au bon sens.

 

Nous espérons votre soutien dans ce projet qui nous tient à coeur et vous remercions de l’accueil que vous lui donnerez.

 

 


Partager cette page

Repost 0
Published by