Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 22:53

Jeudi 13 novembre 2014 Gap Théâtre de la passerelle   C’est à l’invitation du conseil général des Hautes-Alpes et en l’honneur de l’UNICEF qui fêtait deux anniversaires (25 ème anniversaire de la signature de la  Convention internationale des droits de l’enfant, adoptée par les Nations unies le 20 novembre 1989, et 50ème anniversaire de la création de l’Unicef France) que Marcel Rufo, pédopsychiatre renommé, est venu rencontrer les haut-alpins.

 

L’homme est affable et possède un véritable talent de conteur. Il a déroulé pendant 90 minutes son expérience de praticien dans le domaine de la famille, émaillée de nombreux exemples, anecdotes et témoignages, avant de répondre aux questions du public. Debout et disert, avec un sens de l’humour affirmé, il a captivé les presque 900 personnes présentes dans la salle (il y avait une liste d’attente !) même si certains s’attendaient à un exposé plus conventionnel. La convivialité y a gagné.

 

La famille, son rôle et son évolution, notamment la famille recomposée, telle était la thématique de départ de la conférence qui s’est ouverte avec cette citation en forme de question de l’humoriste Raymond Devos, posée par l’animateur Vincent Uzest : Comment identifier le doute avec certitude ? Si on doute, c’est pour être heureux et pour avoir des enfants plus heureux que nous a répondu le psychiatre. Il a aussi évoqué Freud qui disait qu’il y avait trois métiers impossibles : parent, psychanalyste, enseignant.

 

Puis il a poursuivi son propos en évoquant des cas concrets comme cette jeune fille anorexique qui a été requinquée par une grand-mère corse, ou cette chipie de trois ans qui ne voulait pas aller sur le pot. il a ensuite abordé ce qu’il nomme le scandale de l’échec scolaire, indiquant qu’il devrait y avoir tout au plus 5 % d’enfants en grande difficulté à l’entrée au collège et non les 15 % actuels, proposant des solutions personnelles.

 

Il a encore abordé des sujets comme l’adoption, la gestation pour autrui (il y est opposé), la procréation médicale assistée (il y est plutôt favorable pour des raisons qu’il exposera), la réforme des rythmes scolaires (il est partisan de la classe le samedi matin, des savoirs partagés, de l’apprentissage précoce des langues, de la coopération des différents partenaires…), la séparation, la garde alternée, les comportements sociaux, l’identité sexuelle…

 

Marcel Rufo a conclu en préconisant, tout en étant parent, de garder ses défenses infantiles actives, puis a échangé avec le public avant de dédicacer quelques uns de ses ouvrages.

 

P1770214-copie-1.JPG

 

 

Une salle bondée

P1770322.JPG

 

L'équipe de l'UNICEF 05, invitée d'honneur, autour de sa présidente, Michèle Brielles (au centre)

P1770195.JPG

 

La présidente de l'UNICEF 05, Michèle Brielles, puis Monique Estachy, 5e vice-présidente du conseil général en charge de la cohésion sociale et de la solidarité intergénérationnelle, ont tour à tour pris la parole pour évoquer le rôle de l'UNICEF et le partenariat noué avec le département (Les Hautes-Alpes, département ami des enfants).

P1770204.JPG

 

L'animateur de la conférence accueille le Professeur Marcel RUFO

P1770228.JPG

 

La conférence était retranscrite en langue des signes, un véritable exploit

physique pour les deux jeunes femmes sollicitées.

P1770203.JPG

P1770209.JPG

 

 

Chaleureux et maître de ses sujets

P1770233.JPG

 

En fin de conférence, la parole est donnée au public

P1770302.JPG

 

Marcel Rufo répond aux questionnements avec un langage clair et une bonne dose d'humour

P1770316.JPG

 

Moment d'échange

P1770319.JPG

 

Séance de dédicaces

P1770371.JPG

 

Quelques uns des best-sellers

P1770375.JPG

 

 

L’enregistrement de la conférence (qualité salle) ici

 

 

Partenariat conseil général 05 – UNICEF (extrait du site du conseil général)


Les Hautes-Alpes ont été reconnues en 2013 auprès de l’UNICEF comme « Département ami des enfants ». C’est le 3ème département à s’engager dans cette labellisation.

Faciliter la scolarisation des enfants handicapés, associer les enfants aux prises de décisions. Bref, prendre de l’avance sur le minimum que la loi française impose. Tel est l’objectif de la démarche « Ami des Enfants » portée par l’UNICEF depuis 2002, d’abord auprès des villes et en France puis auprès des départements.

Avec 22 % de la population ayant moins de 18 ans, le Conseil Général des Hautes-Alpes a placé l’enfance au cœur de son action locale. Devenir « Département ami des enfants » en s’engageant avec UNICEF France, c’est pour le Conseil Général 05, faire le choix de développer une dynamique d’innovation pour la promotion des droits de l’enfant, au-delà des compétences déjà étendues du département.

Au moment où l’on célèbre le 25ème Anniversaire de la ratification de la Convention Internationale des droits de l’Enfant (1989-2014) mais également le 50eme Anniversaire de la création de l’UNICEF France (1964-2014), le Conseil Général des Hautes-Alpes organisera donc du 17 au 21 Novembre 2014, une semaine de festivités autour des droits de l’enfant. Une mobilisation de l’ensemble des Hautes-Alpes autour du Conseil Général et du Comité Départemental de l’Unicef pour faire de cette semaine, une fête pour les enfants.

 

 

UNICEF Hautes-Alpes

Adresse et contacts


1 rue Colonel Roux
05000 GAP

Téléphone : 06 42 29 24 45
Email : unicef.gap@unicef.fr

Présidente : Michèle Brielles

Informations / Horaires d'ouverture :

 Horaires des permanences et de la boutique: le mercredi et le samedi de 9h30 à 12h00 et de 15h00 à 18h uniquement le mercredi. Fermeture du 1er juillet au 1er septembre.

 

 

 

14657_429_Affiche_sde_1_web.jpg

14658_561_Affiche_sde_3_web.jpg

14659_582_Affiche_sde_2_web.jpg

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 18:30

La ville de Gap a commémoré le 96ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918 mettant fin aux combats de la Première Guerre mondiale. Depuis 2012, loi du 28 février, le 11 novembre est également une journée d’hommage à tous les morts pour la France. On commémore aussi cette année le centième anniversaire du déclenchement des hostilités.

 

Retour en images sur la cérémonie gapençaise.

 

  P1770025.JPG

 

 

Arrivée de l'étendard

P1770039.JPG

 

 

P1770041.JPG

 

 

P1770055.JPG

 

 

Le public, cette année, a été placé derrière des barrières

P1770044.JPG

 

 

Arrivée des porte-drapeaux, souvent des anciens combattants

P1770047.JPG

 

 

L'harmonie municipale, fidèle à toutes les cérémonies

P1770068.JPG

 

 

Passage des troupes en revue par le colonel Armel Dirou, chef de corps du 4ème Régiment de Chasseurs

P1770071.JPG

 

 

Remises de décorations

P1770079.JPG

 

 

Lecture de messages par des collègiennes...

P1770100.JPG

 

 

...puis par le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard

P1770106.JPG

 

 

Dépôt de bouquets par de jeunes enfants au pied du monument aux morts

P1770109.JPG

 

 

Dépôt de gerbes par les autorités, accompagnées par des enfants des écoles de la commune

P1770128-copie-1.JPG

 

 

Recueillement

P1770135.JPG

 

 

Les enfants représentant les écoles de Gap interprètent La Marseillaise sous la direction de Laurent Harduin

P1770137.JPG

 

 

La vidéo

 


 

 

 

 

La fin de la cérémonie approche dans une atmosphère recueillie

P1770138.JPG

 

 

Les autorités vont saluer les anciens combattants

P1770144.JPG

 

 

Le départ de l'étendard marque la fin de la cérémonie

P1770152.JPG

 

 

Aubade de l'harmonie municipale sur l'esplanade Muret

P1770167.JPG

 

 

A la Maison du Poilu, le préfet et l'inspecteur d'académie sont venus remercier les enfants

P1770178.JPG

 

 

Place à un petit rafraîchissement

P1770187.JPG

 

 

 

 

Voir l'édition 2013

 

 

 

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 19:48

Samedi 18 octobre 2014 Gap Théâtre de la passerelle  En 1988, Pierre Escolle, professeur de trompette du conservatoire de musique de Gap, créait le Big Band Jazz (BBJ) sur une suggestion de Yves Rambaud, professeur de saxophone. Déjà, Paul Courtial, en 1979, avait esquissé cette formation. Plus anciennement encore, au début des années 70, l’orchestre des jeunes du conservatoire interprétait des standards de jazz comme Tiger Rag…

 

Trente ans plus tard, Pierre Escolle, toujours alerte même s’il souhaiterait que la nouvelle génération prenne la relève dans les années à venir, a dirigé successivement les trois formations incarnant le BBJ, des novices aux expérimentés et professionnels. Sur la scène finale, une soixantaine de musiciens.

 

Parmi les anciens du BBJ dont certains avaient pu être présents, plusieurs sont devenus des professionnels reconnus (Luc Fénoli, Romain Thivolle, Olivier Pelmoine, Mickaël Rambaud, Guy Rebreyend, Sébastien Waldner…).

 

En ouverture, en hommage au premier Big Band, a été interprété The Continental, musique de Con Conrad immortalisée par le film The Gay Divorcee (1934) de Mark Sandrich avec Fred Astaire et Ginger Rogers. Ont suivi des œuvres comme le Cha-Cha d’Eric Larrivé, compositeur gapençais, The Easy Swing avec notamment un joli solo de Noémi(e) au saxophone alto, Speak Low, une bossa nova, Caravan de Duke Ellington…

On a encore entendu l’interprétation spectaculaire de Marylène Ollivier dans All or Nothing at All de Arthur Altman (1939) ou le Sing Sing Sing de Benny Goodman et en bouquet final Coconut Champagne, célèbre titre de Maynard Ferguson. Impossible de tout citer (d’autant qu’il n’y avait pas de programme) mais l’ambiance était là pour les quelque 600 spectateurs présents.

 

Petit aperçu :

 

 

  P1760320.JPG

 

 

P1760315.JPG

 

 

 

P1760319.JPG

 

 

P1760330.JPG

 

 

P1760354.JPG

 

 

P1760359.JPG

 

 

P1760361.JPG

 

 

P1760367.JPG

 

 

Pierre Escolle cède sa place pour un "morceau" à Yves Rambaud

P1760379.JPG

 

 

P1760381.JPG

 

 

P1760392.JPG

 

 

P1760402.JPG

 

Marylène Ollivier a fait vibrer le public par son interprétation de All or Nothing at All

P1760410.JPG

 

 

P1760454.JPG

 

Tous en scène

P1760459.JPG

 

 

Après le spectacle, séance de pose pour les photos souvenirs


P1760493.JPG

 

 

P1760495.JPG

 

 

Au générique du film anniversaire projeté

2014-10-20_18h56_29.png-generique.png

 

 

 

Vidéos

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 17:10

Dimanche 12 octobre 2014 Gap Centre social Les Pléïades  La Grande Tétée est une opération nationale organisée depuis 2005 visant à promouvoir l’allaitement maternel. A Gap, c’est l’association Le Cordon Lacté qui met en œuvre cette manifestation.

 

Le bureau vient d’être renouvelé, en juin dernier, c’est Martine GUERINI qui en est la nouvelle présidente, et Elodie COMBES la secrétaire et trésorière. Martine, la présidente, a une formation d’auxiliaire de puériculture à la base mais s’est formée comme conseillère en allaitement avec  La Leche League qui bénéficie du label de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

 

L’association, outre un soutien et un accompagnement en matière d’allaitement, propose des rencontres autour de différentes thématiques (la place du père, de la famille, l’apport de la sophrologie et de l’ostéopathie, le portage du bébé, la relaxation, les massages). Elle tient des permanences au bâtiment G de la Résidence du Val du Plan, rue des Hauts du Châtelard à Gap.

 

Parmi les projets à venir, une sensibilisation aux gestes de premiers secours chez les nourrissons et les jeunes enfants.

 

 

Affiche officielle de l'édition 2014

affiche_une_01.jpg

 

 

Initiation au portage du bébé

P1760122.JPG

 

 

La photo officielle de la Grande Tétée à Gap

P1760131.JPG

 

 

Elodie COMBES, secrétaire et trésorière, Martine GUERINI, présidente de l'association Le Cordon Lacté

P1760133.JPG

 

 

 

 

 

Voir l’édition 2013


Partager cet article

Repost0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 21:43

Dimanche 7 septembre 2014  Gap  Le Quattro  Dans le cadre de la fête de la Saint-Arnoux, un spectacle a été proposé par le Comité des Fêtes et d'Animations, inspiré par le divertissement présenté le samedi soir sur France 2 par Patrick Sébastien, Le plus grand Cabaret du Monde. Le plus beau Cabaret s’invite à Gap, sur le modèle de l’émission télévisée, a fait vibrer le public gapençais pendant deux heures avec des numéros d’artistes accomplis exerçant leur talent dans différents registres. Le tout orchestré par Marc Santerre, animateur de la soirée.

 

Des fantaisies musicales des Zazas Folies à Thony Lymer, artiste transformiste, en passant par les arabesques aériennes au ruban d’Aurélie Dauphin, connue à Gap pour son passage récent au Cirque de la lune, et les chorégraphies laser de Tom Shanon, il y en avait pour tous les goûts.

 

On a pu encore entendre les voix de Myriam et Sylvain, dans la grande tradition du cabaret, découvrir les portés acrobatiques du Duo Héraclès, la peinture à l’envers de Bruno Rivière, les lévitations d’Arno le magicien, les équilibres et le duo canin de Willy Weldens.

 

Seul bémol, le spectacle, présenté le dimanche soir, n’a pas permis aux familles de venir en masse car il y avait école le lendemain, mais la salle était cependant bien remplie, 6 à 700 personnes.

 

Retour en images et vidéos.

 

Les Zazas Folies

  P1750546.JPG

 

Marc Santerre, le présentateur

P1750537.JPG

 

Myriam chante "Cabaret"

P1750561.JPG

 

Tom Shanon et ses chorégraphies au rayon laser

P1750569.JPG

 

Sylvain chante "New-York"

P1750578.JPG

 

Bruno Rivière, peintre performeur

P1750584.JPG

 

 

P1750585.JPG

 

Thony Lymer, transformiste, en Mylène Farmer

P1750588.JPG

 

Myriam chante "Mein Herr"

P1750613.JPG

 

 

P1750629.JPG

 

Guy Robert, président du comité des fêtes, et Cyrille Paris, régisseur du Quattro

P1750633.JPG

 

Aurélie Dauphin...ou la grâce aérienne

P1750644.JPG

 

Thony Lymer en Dalida

P1750675.JPG

 

Willy Weldens et son partenaire canin

P1750693.JPG

 

Les Zazas Folies incarnent le groupe mythique des années 70, ABBA

P1750700.JPG

 

 

 

Vidéos

 

 

 

Aurélie Dauphin

 


 

 

 

 

 

Sylvain

 


 

 

 

 

 

Thony Lymer

 


 

 

 

 

 

 

Willy Weldens

 

 


 

 

 

 

 

Les Zazas Folies

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 13:07

Vendredi 5 au dimanche 7 septembre 2014  Comme toute  Saint-Arnoux qui se respecte, la fête de Gap déclinait la trilogie traditionnelle : retraite aux flambeaux – feu d’artifice – bal populaire. S’ajoute à ces réjouissances un spectacle d’exception au Quattro, Le plus beau Cabaret s’invite à Gap, sur lequel nous reviendrons. Le tout orchestré par la dynamique équipe du Comité des Fêtes et d’Animations de la Ville de Gap, emmenée par Guy Robert.

 

Le vendredi soir donc, à 21h40, départ du défilé de l’Esplanade de la Paix-Nelson Mandela, flambeau à la main pour les adultes et lampion coloré et lumineux pour les enfants. L’harmonie municipale, dirigée par Bruno Espitallier, ouvre la marche, et le cortège se dirige vers l’Est de la ville, entraînant dans son sillage petits et grands.

 

Arrivée au Bocage, au niveau de la fête foraine, sérénade de l’harmonie puis tous se dirigent en musique vers le stade Bayard pour assister au feu d’artifice, tiré par K2M Artifices, une entreprise familiale basée à Charance, sur les hauteurs de Gap. Les troupes ont grossi avec près de 1000 spectateurs. Après le féérique spectacle pyrotechnique d’une dizaine de minutes, illustré par le titre-phare du Rondò Veneziano, place à la fête foraine, ses stands, ses manèges et ses chichis, ceux de Christian dit Moustache par exemple, une tradition familiale depuis quatre générations…

 

Le lendemain soir, samedi, à 21h30, bal de la Saint-Arnoux avenue Emile Didier, avec l’orchestre Christian Yann, venu de Villeneuve-lès-Avignon dans le Gard, avec 11 musiciens et danseuses. Et bien sûr, toujours la fête foraine.

 

P1750170.JPG

 

 

 

 


 

 

 

 

 

P1750176.JPG

 

 

P1750177.JPG

 

 

La Liseuse, imperturbable

P1750181.JPG

 

 

 

P1750184.JPG

 

Traditionnellement, le maire de Gap est présent à la fête de sa commune

P1750199.JPG

 

Bruno Espitallier entraîne l'harmonie municipale à une cadence soutenue

P1750203.JPG

 

 

P1750204.JPG

 

Sous le regard paisible des vaches du carrefour du Musée (dit des Cèdres)

P1750209.JPG

 

Procession lumineuse

P1750217.JPG

 

Arrivée au Bocage, lieu de la fête foraine

P1750227.JPG

 

Sérénade

P1750230.JPG

 

Et c'est reparti, en direction du stade Bayard où doit être tiré le feu d'artifice

P1750238.JPG

 

 

 

 

  Cyrille, du Comité des fêtes, rappelle les règles de sécurité...

P1750241.JPG

 

 

...au public massé derrière les barrières.. mais surtout à ceux qui ne le sont pas...

P1750243.JPG

 

 

Et à 22h00 le spectacle pyrotechnique débuta...

 

P1750285.JPG

 

 

P1750288.JPG

 

 

P1750308.JPG

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Puis la fête foraine prit le relais

 

P1750433.JPG

 

P1750434.JPG

 

 

P1750327.JPG

 

 

P1750329.JPG

 

 

P1750425.JPG

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

P1750340.JPG

 

 

P1750436.JPG

 

 

P1750504.JPG

 

 

P1750507.JPG

 

 

 

P1750518.JPG

 

 

La famille de Christian, dit Moustache, vend des chichis (mais pas que) depuis quatre générations

P1750526.JPG

 

Les forains ont pu obtenir de stationner leurs caravanes sur le parking du Quattro en raison

de l'état délicat de l'aire habituelle de stationnement située derrière les manèges.

P1750413.JPG

 

 

Entre deux tâches festives, les membres du Comité des fêtes et d'animations trouvent le temps de se restaurer

P1750437.JPG

 

 

Et le bal de la Saint-Arnoux commença

 

P1750440.JPG

 

 

P1750459.JPG

 

 

P1750471.JPG

 

 

P1750477.JPG

 

 

P1750493.JPG

 

 

P1750497.JPG

 

 

Une équipe de choc, chanteuse et danseuses

P1750486.JPG

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Voir l’édition 2013


Partager cet article

Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 22:54

Vendredi 22 août 2014 Gap  Déambulation   Colin Tampon, Escorte percutante au service du Quidam, comme se définissent les comédiens de la  Compagnie Transe Express, tirerait son nom d’une batterie de tambours suisses dénommée ainsi après la bataille de Marignan (1515). Ces batteries auraient par la suite servi d’escortes aux personnalités importantes.

 

Toujours est-il que ce groupe de percussionnistes (et parfois flûtistes), sept hommes et une femme, dotée de la parole, sont atteints d’un grain de folie (grimacière) et sont incapables de marcher droit. Investis d’une noble tâche, ils sont chargés de se mettre au service de tout un chacun, puisant dans la foule l’exécutant de la mission du moment : diriger les tambourineurs, distiller une recette culinaire, remplacer le pape, rechercher un individu suspect, incarner une rock star…

 

Déambulant de place en place, Gavotte, aux Herbes, Jean Marcellin et République, ils slaloment dans la ville suivis par un public hilare et prêt à esquisser un pas de danse si nécessaire, s’invitant dans des commerces ou haranguant à coup de tambour les passants ou consommateurs attablés aux terrasses des cafés.

 

Leurs tenues bouffantes aux rayures tricolores à l’imitation des Gardes suisses, de même que leurs maquillages lunaires, leur garantissent un succès immédiat. A pas redoublés, rythmés par les tambours, redoutables de précision et créant un effet d’entraînement, le public est finalement conduit au terminus où il s’agit, rien de moins, de disperser les cendres de Jeanne la Pucelle restituées par les Anglais…

 

La pluie s’est invitée juste en fin de spectacle mais l’on s’en moque…

comme de colin-tampon.Comme  le vent chez  Georges Brassens…

 

Ce spectacle clôt la programmation estivale Gap en Famisol 2014. Il est encore possible jusqu’au 13 septembre, chaque samedi, rue de France à 10h30 ou place Jean Marcellin à 11h15, de venir écouter des artistes locaux s’exprimant dans des styles variés.

 

Organisation: Direction de la Culture de la Ville de Gap

Programmation estivale Gap en Famisol

 

P1740809.JPG

 

 

De longs préparatifs

P1740695.JPG

 

Enfin prêts

P1740704.JPG

 

En avant...marche

P1740709.JPG

 

Premier grain de folie

P1740711.JPG

 

Et c'est l'arrivée place Gavotte

P1740714.JPG

 

 

P1740717.JPG

 

Les tambours s'invitent dans les commerces

P1740718.JPG

 

 

P1740721.JPG

 

Quidam désigné pour diriger, non sans talent, les tambours

P1740729.JPG

 

 

P1740734.JPG

 

 

P1740740.JPG

 

Autre quidam, maîtresse des recettes

P1740756.JPG

 

 

P1740767.JPG

 

Quand le téléphone sonne

P1740775.JPG

 

 

P1740779.JPG

 

Isabelle a remplacé le pape François qui n'a pu venir à Gap (c'était ça l'appel téléphonique ci-dessus)

P1740795.JPG

 

 

P1740798.JPG

 

Visiteurs inattendus pour ce café gapençais

P1740823.JPG

 

 

P1740826.JPG

 

On recherche

P1740844.JPG

 

 

P1740849.JPG

 

 

P1740850.JPG

 

 

P1740857.JPG

 

 

P1740866.JPG

 

Pris au piège

P1740877.JPG

 

Facétieux

P1740879.JPG

 

 

P1740921.JPG

 

 

P1740937.JPG

 

Nouveau quidam, rock star plus vraie que nature

P1740955.JPG

 

 

P1740960.JPG

 

 

P1740967.JPG

 

Rock star qui signe même des autographes

P1740969.JPG

 

 

P1740975.JPG

 

 

P1740972

 

 

P1740981.JPG

 

 

 

Vidéos

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 23:13

Jeudi 21 août 2014 Gap Parc de la Pépinière   Djeli Moussa Condé, griot des temps modernes, manie la kora, mi-luth mi-harpe mais résolument mandingue,  avec dextérité. De sa voix envoûtante, il chante la Guinée-Conakry de son enfance imprégnée d’espérance mais dénonce aussi les excès du monde contemporain et soutient les causes humanitaires. Avec ses musiciens, il marie la tradition avec une dose de modernisme, inspirée de la pop music avec une pointe d’électro.

 

Repéré par Souleyman Koly, il devient auteur-compositeur, et à partir de 1989, commence une carrière internationale puis  s’installe à Paris en 1993. Il a notamment collaboré avec Manu Dibango, Salif Keïta, Richard Bona, Mory Kante, Alpha Blondy, Césaria Evora…

 

Son dernier album, Djeli, enregistré à Ménilmontant, sera suivi d’une centaine de concerts de 2012 à 2014. Le prochain album, Womama, sortira en janvier 2015.

 

Organisation: Direction de la Culture de la Ville de Gap

 

P1740612

 

Djeli et ses musiciens

P1740593.JPG

 

Entrée en scène

P1740604.JPG

 

 

P1740606.JPG

 

 

P1740622.JPG

 

 

P1740626.JPG

 

A la kora

P1740632.JPG

 

 

P1740633.JPG

 

 

P1740651.JPG

 

 

P1740655.JPG

 

 

P1740661.JPG

 

 

P1740671.JPG

 

600 spectateurs

P1740678.JPG

 

Séance d'autographes

P1740685.JPG

 

 

 

 

Vidéos

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 23:11

Mercredi 20 août 2014 Gap  Le 20 août 1944, Gap était libérée par un détachement opérationnel américain placé sous le commandement du Capitaine (devenu colonel)Thomas Piddington. En réalité, la résistance incarnée par les  commandos Hermine dirigés par le lieutenant-colonel Jean Drouot l’Hermine avait juste avant obtenu la reddition des Allemands. Nous avions présenté le  témoignage de Richard Duchamblo à l’occasion du 66e anniversaire de la Libération de Gap du 20 août 2010.

 

Cette journée de commémoration comportait plusieurs volets : une cérémonie interreligieuse, une réception à l’Hôtel de Ville, un circuit de fleurissement des stèles, un rassemblement au cimetière urbain autour de la tombe de Paul Héraud, unificateur de la Résistance dans les Hautes-Alpes, une reconstitution de l’arrivée de la colonne américaine symbolisée par des véhicules du 4ème Régiment de Chasseurs, une cérémonie commémorative devant le monument de la résistance et de la déportation, une sérénade de l’Harmonie municipale suivie d’un vin d’honneur devant la mairie, une soirée organisée par le Comité des fêtes et d’animations avec un groupe musical (mais la pluie…) et un bal de la Libération.

 

Quelques images et vidéos de la partie grand public de cette commémoration :

 

P1740395.JPG

 

 

La reconstitution

 

Arrivée des autorités et associations patriotiques au carrefour de l'Adret

P1740335.JPG

 

 

Un embouteillage se forme à la fermeture (brève) du carrefour

P1740336.JPG

 

Autorités et associations patriotiques

P1740344.JPG

 

 

P1740346.JPG

 

 

P1740348.JPG

 

 

P1740352.JPG

 

 

P1740354.JPG

 

 

Reconstitution

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Cérémonie devant le monument de la Résistance et de la Déportation

 

P1740357.JPG

 

 

P1740358.JPG

 

 

P1740360.JPG

 

 

P1740361.JPG

 

 

P1740362.JPG

 

Dépôt de gerbe par le sous-préfet de Gap, François Drapé, nommé par décret...du 20 août 2013

P1740383.JPG

 

 

P1740387.JPG

 

 

P1740389.JPG

 

Sonnerie aux Morts

P1740390.JPG

 

 

P1740402.JPG

 

Vous avez dit... tout-terrain

P1740409.JPG

 

Les valeureux trombonistes de l'harmonie municipale, sous une pluie battante, s'apprêtent à défiler...

P1740414.JPG

 

...avec les autres musiciens, sous la conduite de Bruno Espitallier

P1740419.JPG

 

Le vin d'honneur sera servi sous la pluie

P1740356.JPG

 

Nouvel embouteillage

P1740420.JPG

 

 

P1740443.JPG

 

 

P1740444.JPG

 

 

P1740459.JPG

 

 

 

Devant l'Hôtel de Ville

 

 

 


 

 

 

 

Le bal de la Libération, place de la République

 

 

L'orchestre Franck Ariasi (SudScène Production)

P1740483.JPG

 

Après la pluie, le bal a pu commencer...

P1740513.JPG

...attirant près de 200 personnes

P1740539.JPG

 

P1740523.JPG

 

 

P1740547.JPG

 

P1740555.JPG

 

 

P1740589.JPG

 

 

 

Glenn Miller - In The Mood - L'un des symboles musicaux de la Libération

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques liens pour approfondir :

 

Lien 1

 

Lien 2

 

Lien 3

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 21:45

Mardi 19 août 2014 Cathédrale de Gap  Michel TIRABOSCO et Jean-Marie REBOUL étaient les invités de ce dernier concert de la saison. Un récital Flûte de Pan et Orgue qui a attiré plus de 600 spectateurs. Et il est vrai que la grâce aérienne de cette flûte à tubes de bois entrait en résonnance symbiotique avec les tubes métalliques de l’orgue Jean Dunand.

 

En ouverture, un concerto en La mineur d’Alessandro MARCELLO, écrit initialement pour hautbois, en Ré mineur, et transcrit pour l’occasion. Puis un « tube » classique, l’Air de Papageno, le duo Papagena et Papageno, l’Air de la Reine de la Nuit, extraits de La Flûte Enchantée de Wolgang Amadeus MOZART. Suivaient trois mélodies anglaises de Ralph VAUGHAN WILLIAMS, écrites à l’origine pour violoncelle, avec une intention folklorique.

 

Place ensuite à Astor PIAZOLLA pour un Ave Maria peu connu, musicien qui, sur les conseils de Nadia BOULANGER, musicienne et pédagogue française, retourna avec bonheur composer des musiques dans son pays d’origine, l’Argentine. Du même auteur, Preparense, l’un des premiers tangos de Piazolla, et une improvisation à l’orgue seul par Jean-Marie REBOUL.

 

A suivi Lied und Csardas du compositeur croate Emil COSSETTO, lequel a fortement contribué au développement du chant choral dans son pays, œuvre écrite initialement pour clarinette. Enfin la Rhapsodie hongroise de David POPPER, né à Prague, écrite pour violoncelle, a presque conclu ce récital. En effet, les deux musiciens ont donné en bis une Czardas de Vittorio MONTI, écrite à l’origine pour violon.

 

Si Michel TIRABOSCO est maintenant installé à Genève, où il s’est formé au Conservatoire Supérieur, sa carrière de soliste virtuose le conduit dans le monde entier (Etats-Unis, Amérique du Sud, Luxembourg, Turquie, Liban, Russie, Belgique, Suisse, Allemagne…). Il commence à jouer de la flûte de Pan à 7 ans. A 16 ans il exécute son premier concerto avec orchestre symphonique, enregistre son premier disque à l’âge de 18 ans. Déjà invité des Mardis de l’Orgue il y a cinq ans, Michel TIRABOSCO avait animé avec Frère Isidore, célèbre personnalité de l’Abbaye de Boscodon, disparu le 17 février 2009, des sessions de formation. Pour adapter son instrument à différentes tonalités, il introduit dans les tubes des boules de cire d’abeille…

 

Jean-Marie REBOUL, organiste, a été formé au Conservatoire National de Musique d’Avignon. Il a enseigné à Clermont-Ferrand puis à Ajaccio avant de poser ses valises à Evian-les-Bains. Pianiste de formation, il se produit dans des formations diverses, jazz et classique, le plus souvent en duo ou trio.

Donnant de nombreux concerts en Suisse et en France (notamment pour le mariage de Diana ROSS à Lausanne), il organise également des stages de relaxation pour musiciens et d’initiation musicale pour les jeunes enfants.

 

Organisation: Association Les Amis de l'Orgue

Programmation estivale Gap en Famisol (Direction de la Culture de la Ville de Gap)


P1740232.JPG

 

Jean-Marie REBOUL et Michel TIRABOSCO

P1740214.JPG

 

600 spectateurs

P1740220.JPG

 

 

P1740216.JPG

 

 

P1740222.JPG

 

 

P1740234.JPG

 

 

P1740253.JPG

 

Face à la caméra pour saluer le public situé onze mètres plus bas

P1740250.JPG

 

 

P1740256.JPG

 

 

P1740258.JPG

 

 

P1740278.JPG

 

 

P1740286.JPG

 

 

P1740287.JPG

 

 

Dauphiné Libéré du 17 août 2014

P1740202.JPG

 

Reflet sur pare-brise

P1740323.JPG

 

 

 

Vidéos

 

 

  Retirées à la demande de Michel TIRABOSCO

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0